Champigny veut des gares, parkings et une double boucle à l’Est

La question des transports publics dans l’Est parisien passionne décidément les habitants. Hier soir encore, le gymnase Tabanelli de Champigny sur Marne affichait complet, avec entre 700 et 800 personnes de tous les âges. Les Campinois étaient venus massivement, une navette ayant même été mise à disposition pour faciliter le déplacement, ainsi que quelques Perreuxiens, Nogentais, Fontenaysiens et résidents proches. Comme dans les autres réunions, plusieurs élus (conseillers municipaux des communes concernées) ont pris la parole pour représenter les positions de leurs administrés, aux côtés des simples citoyens. Beaucoup de questions ont été abordées, du tracé aux gares en passant par les caractéristiques techniques.

Plus de gares et de parkings

Contrairement à Saint-Maur la semaine dernière, plaidant en majorité pour la préservation de son cadre de vie et l’absence de nouvelles gares, Champigny a au contraire réclamé plus de stations et de parkings. Beaucoup de témoignages ont rendu compte de la difficulté à rejoindre son lieu de travail au quotidien : A86, départementale 4 (ex Nationale 4) et 48 embouteillées, bus bondés et stations de RER loin de certains quartiers comme ceux des Mordac, Bois l’Abbé et Coeuilly… « J’ai 8 km à faire le matin et ai le choix entre une heure un quart en transport en commun, 25 minutes dans les bouchons ou 2o minutes à vélo au péril de ma vie !« , a détaillé un riverain. Les habitants ont insisté sur la nécessité de nouvelles gares mais aussi, à leurs abords, de parkings autorisés et à des prix abordables.

Une gare près de la zone commerciale d’Ikea Villiers ?

Du côté des élus de Champigny, Villiers et le Plessis Trévise, un consensus a été trouvé pour demander une nouvelle gare « des trois communes » au niveau de la zone commerciale d’Ikéa Villiers, d’où partirait une ligne de bus en site propre en direction des quartiers Bois l’Abbé, Mordac, Coeuilly. Cette gare, située entre les stations Villiers et Champigny les Boullereaux de la ligne de RER E, constituerait l’interconnexion avec la ligne E. Le site est préféré aux deux stations qui l’entourent en raison de son accessibilité et de sa capacité foncière.

Les tracés proposés sur Champigny

Concernant les tracés actuellement dessinés par les deux concurrents sur la ville de Champigny, le Réseau de transport public du Grand Paris propose, en arrivant de Saint Maur Créteil, de créer une nouvelle gare à Champigny le Plant puis une autre près d’Ikea (conformément au voeu des élus locaux), avant de poursuivre vers le Nord Est vers Noisy, Chelles, Clichy Montfermeil… Les maîtres d’ouvrage indiquent également être ouverts à l’idée d’une seconde branche vers Val de Fontenay. Arc Express prévoit de son côté, soit de remonter depuis la gare de Saint Maur Créteil, entre Joinville et Champigny avant de tracer vers Val de Fontenay via Nogent, soit de passer l’actuelle gare de Champigny puis de faire une fourche avec d’une part une remontée Est vers Villiers jusqu’à Noisy le Grand, d’autre part une remontée plus près de Paris qui traverserait Champigny avant de rejoindre Nogent et Val de Fontenay. Le réseau n’a pas prévu a priori de gare intermédiaire entre Villiers et Les Boullereaux mais est prêt à étudier la question. Les deux projets se déclarent compatibles avec Orbival.

Pour une double boucle à l’Est

Beaucoup de participants ont insisté sur la complémentarité entre les deux tracés : à savoir la fourche reliant aussi bien Val de Fontenay que Noisy le Grand d’une part (projet Arc Express) et le prolongement vers Chelles et Clichy Montfermeil (Société du Grand Paris). « Puis qu’il y a une double boucle à l’Ouest, pourquoi pas aussi à l’Est ? » , a-t-on entendu sous les applaudissements. Comme lors des autres débats, l’interrogation concernant la rationalité de proposer deux projets aussi ambitieux en parallèle demeure bien sûr. Et les habitants ont bien conscience qu’il est utopique de réaliser les deux… mais ils plaident le rééquilibrage en faveur de l’Est parisien pour exiger une synthèse au plus grand dénominateur.

Le Haut Val de Marne veut tirer son épingle du jeu

Et le Haut Val de Marne dans tout cela ? Un peu éloignée des tracés actuels, la communauté d’agglomération du Haut Val de Marne (qui rassemble les communes de Boissy Saint Léger, Chennevières, Noiseau, Ormesson, Le Plessis Trévise, La Queue en Brie et Sucy en Brie) a également fait entendre sa voix via l’un de ses représentants, s’inquiétant de l’interconnexion avec le RER A.

Tenir avant de courir

Très concrets dans leurs préoccupations, les citoyens n’ont pas manqué de réclamer l’amélioration de l’existant avant que ne soient réalisés le ou les futurs métro périphériques – qui ne verront pas le jour avant 2017. En ligne de mire : le prolongement de la ligne 1 jusqu’aux Rigollots (Fontenay sous Bois), l’extension du TVM (Trans Val de Marne) et l’amélioration des conditions de circulation du RER A. Sur ces questions, l’équipe Arc Express a indiqué que l’extension du TVM serait bien soumise à enquête publique dès 2011 et que les nouvelles rames à deux étages seraient également mises en circulation sur la ligne A dès 2011. La ligne de RER E devrait, quant à elle, être prolongée jusqu’à la Défense puis Mantes la Jolie.

Expropriations aux abords des gares ?

Un habitant s’est inquiété de possibles expropriations aux abords des nouvelles gares du réseau de transport de la SGP (Société du Grand Paris). Sans directement répondre à la question, l’équipe SGP a indiqué qu’il n’y avait pas de décision unilatérale à craindre de la part de l’Etat, qu’en effet les maires eux-mêmes s’étaient emparés du sujet, faisant chacun dans leur ville la synthèse entre les besoins de la population et les perspectives de développement économique et qu’ils conserveraient la maîtrise des projets dans le cadre des Contrats de développement territorial (CDT) qu’ils concluraient avec l’Etat. Le maire de Champigny, Dominique Adenot, a glissé, à propos de spéculation foncière, qu’il se battrait  pour maintenir la mixité sociale.

Préservation des bords de Marne du côté de Nogent, Joinville, Champigny

Concernant la préservation de l’environnement, une personne s’est interrogée sur l’aspect isolation phonique aux abords de ce futur métro, à qui il fut répondu que les normes en vigueur en la matière seraient respectées. Un représentant associatif local de Joinville Le Pont s’est alors inquiété de l’éventuel passage en aérien du métro Arc Express le long des bords de Marne de Champigny puis de Joinville avant de remonter par le coteau de Nogent, risquant de défigurer le paysage. « Le passage en aérien au niveau de la traversée de la Marne avant Nogent est envisagé en raison du coteau de Nogent-sur-Marne mais il n’est pas absolument obligatoire techniquement. On peut éventuellement le faire passer en souterrain à cet endroit. Cela impliquarait alors une station très en profondeur au niveau du centre de Nogent-sur-Marne. Si il passe en aérien, il y a des possibilités, si l’on se donne les moyens, de bien l’intégrer dans le paysage », a-t-on répondu côté Arc Express.

On parlera d’argent après les fêtes

A la question d’une participante concernant le financement du Grand huit (réseau de transport de la Société du Grand Paris), le président de la séance, François Blond, a indiqué que cette question, qui devait faire l’objet d’un débat public à Nogent le 8 novembre dernier serait reporté lors d’une réunion le 5 janvier 2011. Le financement du projet dépend en effet en partie de la loi de finance qui n’a pas encore été voté. Ce qui a permis à Jean-Vincent Placé, vice-président Europe Ecologie de la région de taquiner son voisin de droite, André Santini, président du Conseil de surveillance de la SGP en confiant que la région était prête à discuter mais préférerait le faire avec un interlocuteur qui a de l’argent…

Prochaine réunion commune aux deux projets dans le Val de Marne : le mercredi 1er décembre à 20 heures au Théâtre Jean Vilar de Vitry sur Seine (1, place Jean Vilar 94400 Vitry sur Seine).

Voir l’ensemble des articles concernant lé débat sur ces deux projets de réseau de transport parisien.
Cliquer sur l’image pour voir la carte comparée des deux réseaux concurrents.

Ce contenu a été publié dans Cadre de vie, Grand Paris, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laissez un commentaire :

Important :Utilisez toujours le même nom pour contribuer sur le site. Si vous ne voulez pas que vos commentaires soient dépubliés par le modérateur, évitez les identités multiples.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

S'abonner à nos informations :

E-mail :
Facebook :
Twitter :