Société | Nogent-Sur-Marne | 08/11/2012
Réagir Par

Des OVNIS au dessus de Nogent ? Non, des lanternes thaïlandaises!

Quelques habitants de Joinville-le-Pont mais aussi de Nogent sur Marne sont restés interloqués face au survol d’une trentaine de « boules oranges » dans le ciel de Nogent, samedi soir 3 novembre 2012. Le Groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (GEIPAN) s’est empressé de livrer une explication rationnelle à cet évènement.

Ce samedi 3 novembre, alors qu’il s’apprêtait à fermer ses volets, Michel Riousset (président de l’association pour la sauvegarde de l’environnement de Polangis – ASEP) repère  d’inhabituelles lumières dans le ciel Nogentais. Avec lui, ses voisins partagent la scène . « C’était un spectacle beau et surprenant à la fois : ces lumières étaient vraiment hautes dans le ciel et allaient d’est en ouest, vers NogentC’était très lumineux, alors on a vite pensé que cela pouvait être une météorite qui avait explosé, ou un phénomène naturel de ce type« . Des connaissances de Michel Riousset habitant la rue Parmentier de Nogent lui confirment la présence des « boules oranges » au dessus de leurs têtes.

L’hypothèse extra-terrestre est évoquée, « mais plutôt sur le ton de la plaisanterie » s’amuse Michel Riousset. Enquête menée, l’aviation civile assure qu’elle n’a remarqué aucune activité extraordinaire ce soir-là dans le ciel francilien. Le GEIPAN, agence tout à fait sérieuse du Centre National d’Etudes Spatiales (le CNES), en charge d’étudier les phénomènes aérospatiaux non identifiés est saisie et analyse les photos prises par Michel Riousset.

Les conclusions sont plus festives qu’extra-terrestres : il s’agit en fait d’un lâcher de « lanternes thaïlandaises ». De plus en plus utilisées dans les fêtes françaises, et notamment les mariages, ces lampions mesurant près d’un mètre de haut s’élèvent « parfois jusqu’à plusieurs centaines de mètres de hauteur » grâce à de petites capsules de gaz et en fonction des vents. En Thaïlande, ces ballons sont considérés comme porte-bonheur.

De plus en plus alerté par ce genre de témoignages, le GEIPAN a du reste décidé de consacrer un dossier spécial sur le sujet sur son site Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *