| Créteil

Le Grand Paris a-t-il une identité ?

Le futur Grand Paris se construira avec les habitants de l’Île-de-France ! C’est le message que veut faire passer le syndicat d’études Paris Métropole (qui réunit des élus de l’agglomération parisienne) qui organise pendant deux mois de grands débats publics à travers la région. Mercredi soir, c’est dans le Val de Marne, à Créteil, que se tenait le brainstorming en présence d’une centaine de personnes.

La question des identités « parisienne » et « banlieusarde » a vite décomplexé l’assemblée au départ un peu timide. « Je n’ai découvert la banlieue que depuis que mon frère y vit. Et j’y ai découvert de très beaux endroits et espaces naturels. Il faut améliorer la communication et l’accessibilité de la capitale vers les la banlieue pour créer une identité commune, au-delà du périphérique« , pose un jeune Parisien. « Ici, nous sommes des banlieusards, mais à l’étranger ou même en province, dîtes que vous venez de Créteil, et on dira que vous êtes parisien« , ajoute un Cristolien.

« L’identité et la force de la banlieue se sont créées sur le rejet par la capitale. Cela me plaît que l’on se reconnaisse de la banlieue. Pour l’avenir, c’est le peuple de banlieue qui a les clés en main« , répond Patricia Tordjman, maire PCF de Gentilly.

Les extramuros sont en tout cas bien décidés à participer à la gouvernance du futur Grand Paris. Alain Girard, élu à Orly, considère que « Paris ne peut pas être Paris sans les banlieusards qui y travaillent et y consomment. Cette réflexion est une chance pour se rassembler, s’unir et créer des instances. Les gens ont le sentiment qu’ils doivent construire« . Un quinquagénaire propose d’utiliser des panels, des questionnaires d’opinions et des concertations publiques pour recueillir la parole des citoyens. D’autres préfèrent s’appuyer sur leurs maires, porte-paroles des électeurs. « Il convient tout de même de rappeler que le maire et la commune sont deux entités différentes. Un maire ne peut pas tout faire mais il peut donner son avis et celui de ses électeurs », réagit Dominique Adenot, maire PCF de Champigny,qui en profite pour rappeler que les priorité des Campinois est le transport.

Le transport est de fait l’un des sujets principaux de la soirée, considéré comme améliorant la mobilité et la mixité, augmentant l’attractivité des logements et réduisant  les inégalités sociales.

Le logement n’est pas en reste. Des participants réclament de mieux équilibrer la répartition des HLM dans la banlieue parisienne tandis que Dominique Adenot insiste sur la nécessité de continuer à bénéficier du soutien de l’Etat pour construire de nouveaux logements sociaux, et qu’un habitant d’Orly réclame des sanctions plus fortes pour les villes qui ne respectent pas leur quota de HLM.

Pour ceux qui souhaitent participer au débat en ligne, c’est ici, un livre blanc fera la synthèse de l’ensemble de la concertation à l’issue des débats publics.

 

Ce contenu a été publié dans Cadre de vie, Environnement, Gouvernance du Grand Paris, Grand Paris, Grand Paris Economique, Intercommunalité, Logements, Projets urbains, Transports, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laissez un commentaire :

Important :Utilisez toujours le même nom pour contribuer sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

S'abonner à nos informations :

E-mail :
Facebook :
Twitter :