| Orly

Second pacte du pôle d’Orly : réconcilier économiquement l’aéroport et ses riverains

Comment construire une relation économique fructueuse entre un pôle économique dynamique et le territoire dans lequel il s’est implanté, en facilitant les ponts entre emploi local et besoins des entreprises, tel est l’objet des «pactes pour l’emploi, la formation et le développement économique»,

initiés par le Conseil régional d’Ile de France et actuellement au nombre d’une quarantaine.

Signé pour la première fois en avril 2009 et mis en œuvre par l’association Orly International, présidée par le conseiller régional MRC Daniel Guérin, le pacte du pôle d’Orly a signé son réengagement pour trois ans ce jeudi 18 décembre.

Dépassant la logique départementale, ce pôle qui concerne 17 villes* à proximité à l’aéroport, réunit à la fois le Conseil régional, les conseils généraux du Val de Marne et de l’Essonne, des communes et des acteurs institutionnels et privés : chambres de commerce et des métiers du 94 et du 91, Agence régionale de développement, Ador (Association de développement économique qui regroupe des entreprises comme Aéroports de Paris, le MIN de Rungis, la Sogaris, les centres commerciaux de Belle Epine et Thiais Village, le parc d’affaires SILIC, l’EPA ORSA…), la direction régionale de Pôle Emploi, et encore l’AEE (Agence pour l’économie en Essonne) qui n’était pas signataire du premier pacte 2009-2012. L’Etat ne s’est en revanche pas associé au pacte, comme l’a regretté Daniel Guérin, indiquant que celui-ci préférait s’investir dans la poursuite des contrats de développement territoriaux (CDT) destinés à accompagner le Grand paris express.

Bilan du pacte 2009-2012 et perspectives du pacte 2012-2015

Depuis 2009, plusieurs réalisations ont déjà été mises en œuvre dans le cadre de ce pacte de pôle, comme le développement d’une marque de territoire, Orly Paris, l’organisation de forums de l’emploi, de l’innovation, le développement d’une réflexion concertée sur la formation… «L’une des réalisations qui a eu le plus d’impact concret est l’installation d’une antenne Pôle Emploi à Orly pour la filière aéroportuaire, alors que les habitants d’ici devaient auparavant se rendre à Roissy», commente Daniel Guérin.

Un CFA des métiers aéroportuaires. Parmi les grands chantiers du nouveau pacte : la création d’un CFA (Centre de formation en alternance) dédié à la filière aéroportuaire. Un projet encore dans les limbes mais qui devrait contribuer à rapprocher les riverains demandeurs d’emploi et les entreprises d’Orly Paris. Sur les 173 000 emplois du pôle, 120 000 sont en effet tenus par des personnes n’y résidant pas. Dès 2013, une formation à l’Anglais sera également mise en place, la dimension internationale étant l’une des spécificités du site.

Clause d’insertion. Un autre enjeu important, rappelé par plusieurs signataires, est l’inclusion de la clause d’insertion pour tous les marchés publics du pôle, afin de privilégier le recrutement de personnes en difficulté d’accès à l’emploi du secteur avoisinant. «Actuellement, les villes qui tirent le bénéfice économique de l’aéroport dans le Val de Marne sont essentiellement Orly et Thiais, alors que celles qui souffrent le plus des nuisances, Villeneuve le Roi, Ablon et Villeneuve Saint Georges, n’ont pas de retombées positives, ni en emplois, ni en fiscalité», rappelle encore le président d’Orly International.

Ce contenu a été publié dans Aéroport d'Orly, Emploi, Entreprises, Formation, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laissez un commentaire :

Important :Utilisez toujours le même nom pour contribuer sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

S'abonner à nos informations :

E-mail :
Facebook :
Twitter :