| Vitry-sur-Seine

Charles Fréger photographie les hommes sauvages européens

Ours, chèvre, diable : d’étranges silhouettes animales peuplent les murs du Mac/Val à Vitry jusqu’au 26 mai.  Charles Fréger, qui a sillonné l’Europe à la rencontre de groupes qui perpétuent les traditions ancestrales, y présente son exposition Wilder Mann.

« Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces rites païens ne sont pas en voie d’extinction. Ils existent depuis plusieurs millénaires mais ne sont connus qu’à l’échelle locale » . C’est dans une optique de découverte que Charles Fréger a entamé son périple. Près de Salzburg en Autriche, il rencontre des jeunes hommes qui se déguisent en Krampus. Cette créature mythique accompagnait Saint Nicolas au moment de Noël pour distribuer les punitions. Fréger se rend ensuite en Hongrie pour photographier les Busos. Puis il navigue de pays en pays, 19 au total, dans lesquels il immortalise les hommes costumés à l’occasion de ces rites.

Au fil du voyage, l’idée d’un livre naît. Dès son retour, Wilder Mann ou la figure du sauvage est publié*. Il répond à un impératif de globalisation : « Au fur et à mesure, je me suis aperçu qu’aucune vision générale n’existait. L’idée d’un livre réunissant toutes mes photographies de Wilder Mann à travers l’Europe s’est ainsi imposée » .

Fréger met toutefois son public en garde : « Il ne s’agit pas d’un travail ethnographique ni anthropologique. Mes photos ont seulement une vocation artistique » . Voilà pourquoi les clichés présentent les Wilder Mann de manière frontale voire statique, souvent en pied, avec le paysage en arrière-plan. « Je ne les ai pas photographiés pendant les rituels. Ce qui m’intéressait résidait davantage dans les silhouettes bestiales en matériaux bruts » . Cette bestialité qui le fascine est présente dans tous les rituels, qui sont souvent accompagnés d’alcool. La mascarade permet de la libérer tout en la contrôlant. La bête sauvage qui transcende ces hommes (aucune femme au sein de ces groupes) a aussi un lien très fort avec la fertilité. Qu’il s’agisse du cycle des saisons ou de la nature humaine, les wilder mann servent souvent de vecteur au renouvellement de la vie sur terre. Peu connus dans les pays mêmes où ils existent, Fréger les extirpe de la brume qui les entourent et les réunit dans une parade commune.

*Wilder Mann ou la figure du sauvage, Thames & Hudson, 2012, 32 euros.

Informations pratiques :

Exposition Wilder Mann, du 23 février au 26 mai

Horaires : du mardi au vendredi de 10h à 18h, samedi et dimanche de 12h à 19h, fermé le lundi.
Tarifs : 5 euros, 2,50 euros ou gratuit pour les chômeurs, étudiants, moins de 26 ans et premier dimanche du mois.

Mac/Val, place de la Libération, 94400 Vitry-sur-Seine

Ce contenu a été publié dans Culture, Expositions, Loisirs, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laissez un commentaire :

Important :Utilisez toujours le même nom pour contribuer sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

S'abonner à nos informations :

E-mail :
Facebook :
Twitter :