Politique | Saint-Maur-des-Fossés | 18/01/2013
Réagir Par

Henri Plagnol: « Je ne suis candidat à rien… en 2013 »

C’était l’information que tout Saint-Maur attendait : Henri Plagnol sera-t-il candidat à sa propre succession en 2014 alors que ses deux premiers adjoints ont déjà déclaré leur candidature ? Lors de sa cérémonie des vœux, l’édile a su savamment entretenir le suspense en assurant qu’il n’était candidat à rien… en 2013. Henri Plagnol a ensuite rapidement recentré son intervention sur les chantiers à venir pour sa commune, estimant que « le temps électoral » viendra l’année prochaine.

Dans la salle bondée de la mairie (qui, comme lors du dernier conseil municipal, a installé des écrans dans d’autres salles pour que les Saint-Mauriens puissent suivre la cérémonie), Henri Plagnol a immédiatement abordé la question de sa candidature. « Je ne suis candidat à rien. Je ne veux pas que les tensions municipales bloquent Saint-Maur. Je n’ai qu’une volonté : aller au bout de l’engagement que les Saint-Mauriens m’ont confié ». Les maires de Joinville, Nogent, Villeneuve-le-Roi ou Charenton étaient aussi présents pour soutenir Henri Plagnol.

Pas d’augmentation d’impôts en 2013

Si l’attention de la salle est retombée immédiatement après cette annonce, les Saint-Mauriens ont tendu leurs oreilles lorsque le maire a abordé la question des finances de la ville. Henri Plagnol a défendu son bilan, indiquant avoir réduit le taux des emprunts toxiques de 85 à 30%. Il a aussi estimé que la dette de la ville reviendrait « dans la moyenne nationale » de l’endettement des communes d’ici trois ans et affirmé que s action à la mairie de Saint-Maur permettrait de faire gagner dix ans d’annuités à la ville. S’il assume « avoir demandé un effort aux Saint-Mauriens », Henri Plagnol a clos le chapitre financier par une annonce plus sucrée : la promesse de ne pas augmenter les impôts des Saint-Mauriens en 2013.

Henri Plagnol a ensuite évoqué les chantiers d’urbanisme à venir pour la ville et évoqué la question du logement social et de la loi Duflot, se promettant de «résister intelligemment», en ouvrant des logements pour accueillir des étudiants, des retraités, des femmes seules… «Je ne veux pas qu’on nous impose un autre urbanisme que le nôtre, qui est à taille humaine», a-t-il insisté.

La maire a également évoqué la question de la modification du rythme scolaire. S’il ne s’y oppose pas,  Henri Plagnol a exprimé le souhait que Saint-Maur la pense « avec tous les acteurs de l’éducation, et les associations, qui seront les nouveaux partenaires de cette réforme » et estimé que cette réforme coûterait 1 millions d’euros par an à la ville. Enfin, l’édile a encouragé les Saint-Mauriens à continuer d’utiliser le site Internet de la ville qui a enregistré 540.000 connexions en 2012, se félicitant de la politique numérique de la ville et s’engageant à une couverture en très haut débit de l’ensemble de la commune d’ici à la fin de l’année.

 

3 commentaires pour Henri Plagnol: « Je ne suis candidat à rien… en 2013 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *