| Nogent-Sur-Marne

Michel Gilles lance un recours gracieux contre la modification partielle du POS

Conseiller municipal d’opposition du parti Nogent Démocratie, Michel Gilles vient de lancer un recours gracieux contre la modification partielle du POS qui prévoit la suppression d’un emplacement réservé petite enfance dans la grande rue et un alignement des façades boulevard de Strasbourg au lieu du retrait obligatoire actuellement en vigueur. 

« Ces délibérations de pures circonstances, qui ne visent qu’à satisfaire des demandes au profit d’intérêts privés, vont à l’encontre de l’intérêt général que nous devons poursuivre dans le cadre de l’élaboration du PLU. Compte tenu du retard pris au cours de la mandature en matière d’équipements publics et de logement social, il faudra impérativement définir de nouveaux emplacements réservés dans le futur PLU. Ce n’est certainement pas le bon moment pour brader les emplacements réservés existants. De même, les difficultés de circulation et de stationnement déshumanisent un peu plus chaque jour notre ville. Supprimer le retrait va encore accentuer ces problèmes et renforcer le côté « mur de Berlin » des grands axes nogentais. Enfin, ces modifications au POS sont largement ignorées des nogentais qui, si l’information et la concertation avaient été menées honnêtement, les auraient massivement rejetées« , motive l’élu d’opposition.

Voir l’article détaillé sur ce projet de modification du POS et le débat suscité en Conseil municipal

Voir modalités de participation à l’enquête publique.

 

A lire aussi :

Ce contenu a été publié dans Cadre de vie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laissez un commentaire :

Important :Utilisez toujours le même nom pour contribuer sur le site.

8 réponses à Michel Gilles lance un recours gracieux contre la modification partielle du POS

  1. David Jourdan dit :

    Michel Gilles a raison. Modifier le POS sans cesse alors que l’on prétend élaborer un PLU n’a pas de sens.

  2. Serena dit :

    Une autre raison de cette accélération sur le POS, c’est que l’Acte III de la décentralisation pourrait prévoir, en Ile de France, le rassemblement en interco avec un plancher à 300 000 habitants, et le passage à l’interco, en compétence obligatoire, l’établissement d’un PLUI. Ce qui pourrait expliquer en partie l’accélération du maire

  3. Serena dit :

    Et, de plus (esprit d’escalier toujours), quand on sait que les dépassements des plafonds locaux de Densité comptent pour 3 millions de recettes fiscales pour la ville (source : budget 2011), il ne faut pas s’étonner que la politique du Maire ait été celle-là.

    Et il ne faudra pas s’étonner non plus du refus par le maire du recours gracieux de M.Gilles

  4. Serena dit :

    Pardon, il s’agit de 2012 : voir

    http://www.ville-nogentsurmarne.fr/fileadmin/user_upload/Vie_municipale/le_conseil_municipal/CR/2012/PresentationBP2012.pdf

    p. 5

    (mais seulement du budget primitif, et pas du budget réalisé)

  5. Leca-Notier dit :

    Le maire a parfaitement raison, c’est la politique appliquée depuis au moins Nungesser, ce qui permet à la ville de ne pas être endettée et non pour satisfaire des intérêts privés ou des magouilles comme cela se passe parfois, ailleurs, mais jamais vu à Nogent

  6. Serena dit :

    vous êtes visiblement cynique

  7. Curieux dit :

    Si la politique de Mr le Maire consiste a continuer d’appliquer les desiderata de Mr Nungesser, oui, il faudra lui expliquer qu’on est depuis lors effectivement passé dans un autre millénaire. Mais peut-être qu’en vieillissant, les oreilles deviennent sourdes …

  8. Leca-Notier dit :

    à 6) Sarena: cynique, peut-être un peu, plutôt sarcastique je crois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

S'abonner à nos informations :

E-mail :
Facebook :
Twitter :