| Rungis

Rungis retenu parmi les futures cités de la gastronomie

En compétition avec les prestigieuses capitales de la bonne bouffe que sont Dijon, Lyon, Tours et Beaune pour accueillir la future cité de la gastronomie (voir article détaillé sur le projet) destinée à incarner le Repas gastronomique des Français, inscrit comme tel au patrimoine de l’Unesco depuis 2010, la candidature de Chevilly (rebaptisée Paris-Rungis et soutenue par l’ensemble de la région parisienne) a été retenue cet après-midi par le comité interministériel (agriculture et culture) en charge de sélectionner les dossiers.

En principe, il ne s’agit pas d’un quart de finale qui resterait à jouer avec les autres cités. Le comité de sélection a privilégié une proposition en plusieurs pôles complémentaires qui s’appuierait sur le « socle » Tours, Paris-Rungis et Dijon, sans pour l’instant exclure totalement Lyon. Des cinq villes qui restaient en lice (la sixième, Versailles, sétait désistée en octobre), seule Beaune a donc été définitivement éliminée. La décision finale sera néanmoins annoncée en avril. D’ici là, les candidates doivent apporter quelques précisions complémentaires sur le montage de leur projet, notamment en termes de financement.

A Chevilly-Rungis, ce pôle gastronomique s’inscrira dans le prolongement logique du MIN (le marché des producteurs et grossistes), et consistera à la fois en restaurants et formation, jouant sur un double tableau culture-tourisme-gastronomie et développement économique.

Reste une petite question qui fâche : la ligne 14 arrivera-t-elle bien jusqu’à la cité d’ici sa réalisation ?

En attendant, cette annonce a été accueillie avec chaleur par les villes et collectivités locales concernées. « C’est un choix important pour toute la région capitale, une reconnaissance pour le  Val-de-Marne, et une confirmation des dynamiques territoriales de dimension métropolitaine engagées sur le pôle d’Orly. Je me félicite également que le gouvernement ait retenu l’idée d’une mise en réseau de plusieurs sites, qui favorise la mise en valeur de la gastronomie Française dans sa diversité régionale et renforcera la vitalité du patrimoine labellisé par l’UNESCO« , a notamment déclaré le président du Conseil général du Val de Marne, Christian Favier.

Ce contenu a été publié dans Consommation, Culture, Emploi, Entreprises, Grand Paris culturel, Grand Paris Economique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laissez un commentaire :

Important :Utilisez toujours le même nom pour contribuer sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

S'abonner à nos informations :

E-mail :
Facebook :
Twitter :