Politique locale | Nogent-Sur-Marne | 24/12/2007
Réagir Par

Objectif : 35 candidats… par liste

Avec un peu plus de 30 000 habitants mais 28 000 comptabilisés lors du recensement de 1999, Nogent doit compter 35 conseillers municipaux (cf catégorie repères réglementaires). Chaque liste est donc tenue de présenter ce nombre de candidats, en respectant en outre une stricte parité homme-femme. Un casse-tête peu évident pour les challengers. Dégoter 35 volontaires, complémentaires, capables de porter un projet commun, est loin d’aller de soi. Il faut courtiser, convaincre et dépasser le cercle des premiers fidèles, avec parfois des tentatives de débauchage.

Estelle Debaecker reste entourée de ses anciens adjoints et compagnons d’opposition comme Edith Heslouin, Jacques Heurtault (par ailleurs membre du Modem) ou Isabelle de Bisshop. « La grande difficulté est de convaincre les femmes, qui ont souvent peur de ne pas être assez compétentes ni disponibles ! », constate l’ancienne maire de la ville. Du côté du Modem, Laurent Dupuis a pris pour directeur de campagne, Laurent Bodin, membre de Cap 21 et chargé Martine Prunier, retraitée d’Air France, de la communication. Au PS, on retrouve Emmanuelle Fouquet (chargée du commerce au Kremlin Bicêtre) en seconde position, Michel Mastrojani , Sylvie Vacheret, Marie Lavin, Jean-Claude Germani , Philippe Guyaubère, Robert Abo… Le parti qui compte quelques 80 adhérents nogentais a déjà 25 candidats, et se réserve un peu de places pour des alliances éventuelles.

Marie-Anne Montchamp a pour sa part pris une longueur d’avance, qui a déjà mis à disposition sur son site de campagne une liste de plus de cinquante personnes parmi les quelles quelques personnalités de gauche comme Michel Devynck (ancienne tête de liste à gauche en 1995) ou Edouard Staïano, ex PS et président de l’association du quartier des Maréchaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *