Politique locale | Nogent-Sur-Marne | 16/09/2008
Réagir Par

Bientôt un Petit Casino au coin Galliéni-Strasbourg

Angle Galliéni-Strasbourg Nogent sur MarneLe local commercial du 25 boulevard Galliéni (à l’angle du boulevard de Strasbourg) a enfin trouvé preneur, mûré depuis la fin de la construction de l’immeuble il y a déjà quelques années. C’est une supérette Petit Casino qui ouvrira sur 200 m2 d’ici la fin de l’année. Les travaux devraient commencer incessamment.

5 commentaires pour Bientôt un Petit Casino au coin Galliéni-Strasbourg
  • Les implantations de commerce le long du Boulevard de Strasbourg ne sont pas très faciles visiblement. Il y a plus haut, entre l’entrée sud du Fort et le Franprix dans le quartier des Maréchaux, un local commercial au rez-de-chaussée d’un nouvel immeuble qui attend aussi preneur. Le Boulevard de Strasbourg reste une artère de passage.

  • Oui, je suis d’accord avec Patrick PLA.

  • Je profite de ce sujet pour passer un petit coup de gueule concernant encore une fois , l’implatation d’une nouvelle agence immobilière rue des Héros Nogentais angle Paul Bert ( à 100 mètres).
    Il y avait là une boutique d’instrument de musique puis plus rien ……..jusqu’à l’ouverture il y a  » semaines à peu près de cette agence !

    Dans le projet de la majorité de la ville, il était question de maitriser ces implantations pour « diversifier » la ville ……..Hmmm Hmm

    Quid de cette nouvelle ? Merci de m’éclairer sur ce point !

  • Le décret d’application du droit de préemption des fonds de commerce par les communes est paru en décembre 2007 et beaucoup de municipalités s’en sont en effet emparées. J’ai prévu de faire un billet prochainement sur la question à Nogent car il y a un projet en cours, mais je ne connais pas à ce jour son niveau d’avancement. Ce décret qui donne enfin aux communes un peu de marge de mannoeuvre sur le commerce ne résout néanmoins pas tout. D’une part, la ville doit justifier son périmètre de préemption assez sérieusement afin d’éviter des recours contentieux. (Le commerçant qui vend son fond de commerce pour partir en retraite n’est pas forcément joyeux de se le voir préempté -parfois à un prix inférieur à celui proposé par un repreneur type banque ou agent immobilier). Il reste ensuite à trouver le commerçant qui s’y installera. La loi ne fera par exemple pas revenir par magie les bouchers, autrefois beacoup plus nombreux en ville car il y très peu de candidats. En outre, certaines activités, à priori bien sympathiques, ont du mal à trouver leur modèle économique. Avant la fermeture du magasin de musique de la rue des Héros Nogentais, un autre a échoué rue Paul-Bert quelques années auparavant. Ceci dit, plusieurs villes ont déjà expérimenté la préemption, avec succès, en intégrant cette démarche dans une réflexion globale sur leur immobilier commercial, et en l’accompagnant au passage de FISAC (subventions de l’Etat qui permettent d’accompagner les commerçants dans la réfection de leurs locaux, ou de financer des études).

  • UNE PHOTO DE MISEA A JOUR AVEC LE COMMERCE SERAIS BIEN EN 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *