Politique locale | Nogent-Sur-Marne | 29/05/2008
Réagir Par

Ernst & Young fait son come back au conseil municipal

Conseil Municipal du 22 maiEnviron 40 personnes ont assisté au dernier conseil municipal, qui se tenait jeudi 22 mai salle Charles de Gaulle. Une réunion assez animée, qui a donné lieu à plusieurs passes d’armes entre les groupes d’opposition et le maire. De l’humour aussi, lorsqu’Estelle Debaecker a demandé aux élus de présenter leur délibérations de manière plus vivante, en « racontant une histoire ».  Jeu auquel s’est prêté avec allégresse Loïc Nicolas pour annoncer les tarifs d’emplacement de la prochaine foire aux trouvailles (pour info, ce sera 20 € l’e mètre linéaire pour les Nogentais, 25 pour les autres). Ce conseil a aussi vu le retour du fameuxrapport Ernst & Young…

Le groupe Nogent avec vous a d’entrée de jeu  remis en question un certain nombre de décisions nécessitant d’imputer des ‘dépenses imprévues’, arguant que cette procédure comptable n’était pas conforme et qu’il était préférable d’imputer le poste des ‘dépenses supplémentaires’, ce afin de réfléchir à au financement du budget avant de le dépenser (intervention de Michel Gilles). Cette proposition a été évidemment rejetée par le maire au motif qu’il s’agit de ‘procédures courantes dans les collectivités locales’ et que la régularisation aurait lieu en septembre, à l’occasion du budget supplémentaire. En conséquence, le groupe Nogent avec vous a donc voté contre l’ensemble des décisions impliquant de nouvelles dépenses.

Ernst & Young : le retour
Le rapport Ernst & Young dont l’évocation a pimenté les relations entre la liste Alternative pour Nogent d’Estelle Debaecker et la majorité durant l’ancienne mandature, a fait son retour au conseil municipal avec la demande de Joël Lunot (colistier d’Esteller Debaecker au premier tour des municipales) de se substituer à la ville pour porter plainte contre X pour faux et usage de faux en écriture publique. Rappel des faits : après qu’une note de travail ait été présentée au conseil municipal du 4 février dernier (lors duquel étaient revotés les comptes administratifs 2004 et budget primitif 2006 – précédemment annulés par le tribunal de Melun), une deuxième note a été produite, après un recours en justice de Joël Lunot. Entre temps, ce dernier avait en effet reçu une note distincte de celle présentée en conseil municipal, mais de manière anonyme. Jacques J-P Martin a rejeté cette requête (la mairie a du reste rédigé un communiqué sur cette question), souhaitant tourner la page. Estelle Debaecker est alors montée au créneau (son intervention), soulignant que le tribunal administratif ne pourrait qu’annuler à nouveau les budgets. Michel Mastrojanni, du groupe Progrès et Solidarité (PS) a conforté la requête d’Estelle Debaecker en invoquant la transparence et le fait qu’il s’agissait d’une action individuelle, non supportée financièrement par la commune. Le maire a clos le débat, considérant que la question du rapport Ernst & Young n’avait plus lieu d’être car les électeurs avaient tranché à l’occasion des élections municipales.

Pour en savoir plus sur la saga Ernst & Young, vous pouvez aller sur le site de l’Association des contribuables nogentais qui a mis en ligne l’ensemble des rapports.

Adhésion de la ville à la mission Ecoter
Parmi les délibérations de ce conseil, a été votée l’adhésion  de la ville à la mission Ecoter, en complémentarité de celle au Sipperec. Alors que le Sipperec (compétent sur l’électricité et les télécommunications) est plutôt orienté infrastructures (c’est dans le cadre de ce syndicat qu’est actuellement déployé la fibre optique dans certains quartiers de la ville), la mission Ecoter est entièrement dédiée aux TIC (Technologies de l’information et de la communication) et joue davantage le rôle de club de réflexion, d’échange, de veille et d’expertise sur les usages et les projets TIC dans les collectivités locales. Christophe Ippolito est désigné comme représentant de la ville au sein de ce syndicat. Le groupe Nogent avec vous a exprimé ses doutes sur cette adhésion, se demandant si elle ne fait pas double emploi avec le celle du Sipperec.

16 parcs de stationnement pour vélos
Votée également l’implantation de 16 parcs de stationnement pour cycles (pouvant accueillir 137 vélos) pour un coût total de 47 500 € (pouvant être subventionné à hauteur de 50 % par la région Ile de France). Un groupe de travail va également être constitué pour réfléchir aux circulations douces dans la ville et à un libre-service vélos du type Vélib. Sur ces questions, William Geib a en effet insisté sur la nécessité de revoir les pistes cyclables de la ville, actuellement très dangereuses. Le problème, a indiqué Marc Arazi, est que les rues sont étroites, c’est pourquoi la municipalité a tenté de trouvé un compromis en instaurant des zones limitées à 30 km/h. Une réflexion est toutefois en cours pour traiter différemment la rue Smith Champion et la rue Val de Beauté. Le groupe Nogent avec vous a de son côté regretté l’imputation de cette dépense avant que le projet ne soit finalisé.  Argument contrecarré par le maire adjoint, qui a expliqué que cette anticipation permettrait de bénéficier des subventions le moment venu, le temps de traitement de ces dernières étant assez long.
Le compte-rendu complet du conseil municipal est en ligne sur le site de la ville.
D’autres comptes-rendus alternatifs sont égalements disponibles sur le blog de Nogent avec vous et celui de Nicolas Mauduit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *