Politique locale | Nogent-Sur-Marne | 02/02/2008
Réagir Par

Le développement durable dans la ville par Corinne Lepage

Corinne Lepage Photo TéléphoneFondatrice du mouvement Cap 21 et candidate MODEM dans le XIIème arrondissement face à Jean-Marie Cavada (ex UDF devenu UMP) et Michèle Blumenthal, maire sortante (PS), Corinne Lepage est venue en voisine soutenir la liste MODEM nogentaise lors de sa première réunion publique, hier soir.

Après quelques encouragements d’usage, elle a répondu à quelques questions du public, concernant le développement durable dans la ville.

Comment concilier densification et qualité de vie ?
Corinne Lepage : Nous devons apprendre à reconstruire la ville sur la ville. Habitat plus dense ne signifie pas forcément grande tour. Les immeubles haussmanniens en continu sur 8-10 étages sont plus denses que certaines grandes tours isolées au sol. Les nouvelles utilisations du végétal, sur les toits et sur les murs, doivent aussi être encouragées. Elles améliorent à la fois l’aspect paysager et l’efficacité énergétique.

Comment financer le surcoût de constructions plus écologiques ?
Corinne Lepage : Je suis pragmatique et crois aux bonnes pratiques déjà éprouvées ailleurs, notamment en Allemagne, plus avancée que nous en la matière, et qui dispose de filières performantes. Nous devons développer notre savoir-faire. Il y a quelques années, l’Etat a proposé des aides pour ceux qui choisissaient de s’équiper en chauffage solaire. Le problème est que les ménages intéressé ne trouvaient pas les compétences sur place, et au final, cela nous a fait perdre des emplois au profit d’entreprises allemandes. Aujourd’hui, cette filière représente 200 000 emplois en Allemagne contre 40 000 en France.
Laurent Dupuis : L’idée de constituer une centrale d’achat peut constituer une solution pour ce type d’investissement.
Laurent Jeanne (candidat sur Champigny) : Sur Champigny qui accueille de nombreuses entreprises de bâtiment, nous essayons de créer un pôle de compétence bâtiment et développement durable afin de développer ce savoir-faire.

En tant que candidate parisienne, pensez-vous que le Bois de Vincennes ne doive être géré que par Paris ?
Non, je suis bien sur favorable à un travail intercommunal pour gérer des problèmes locaux communs. Il tombe sous le sens que le bois de Vincennes doit être géré par l’ensemble des communes limitrophes.

15 commentaires pour Le développement durable dans la ville par Corinne Lepage
  • Une petite coquille dans l’article :

    Jean-Marie Cavada (ex UDF devenu UMP)

    il faut lire

    Jean-Marie Cavada (ex MODEM devenu UMP !)

    Et pour tous les ex MODEM égarés, il reste de la place au sein de l’UMP, seule formation politique non sectaire et qui pratique l’ouverture

    A bientôt

  • D’autant que Christian Saint Etienne, batisseur du programme économique de François Bayrou pendant la présidentielle, a, lui aussi quitté le MoDem …
    Quant à l’UMP, avec Martin, non merci! Avec n’importe quel autre, la réponse sera la même mais en moins virulent.

  • Je ne voudrais pas faire de la peine à Corinne Lepage, personne très estimable, mais la gestion du bois Vincennes en inter-communalité, ça ne ne me parait pas du tout, mais alors vraiment pas du tout, évident! Les Nogentais profitent du bois pour un prix nul … Tout bien pesé, je trouve ça plutôt bien!
    Cependant, s’il est question d’en faire un centre d’intérêt régional, pourquoi pas?

  • Il est pourtant un sujet qui aurait du être géré en inter-communalité : c’est celui de la circulation dans le bois de Vincennes.

    A la suite de la grande tempête et de ses ravages, de nombreuses voies furent fermées pour ne plus jamais être ouvertes.

    Une bonne partie du traffic automobile s’est reportée dans les communes jouxtant le bois : Vincennes par exemple.

    Il eut été avisé d’appréhender ce problème avec les communes environnantes …

  • à 80 ans, j’ai vu le bétonnage, la densification, la destruction de constructions individuelles dont certaines remarquables, la réduction des espaces verts, la disparition d’un certain nombre d’arbres, la saturation des stationnements, les bouchons s’allonger, et j’entends toujours parler la main sur le coeur de la protection des zones pavillonnaires, de l’environnement, de la qualité de vie. Nouvel emballage, nouveau slogan publicitaireà la mode : « le développemnt durable » Bel invention! Mais faut-il le répèter, le développement il dure depuis au moins 50 ans et il durera longtemps encore.
    Mesdames et Messieurs les candidats, puisque Nogent devra ressembler plus ou moins rapidement mais de plus en plus à Boulogne s/Seine, par exemple, pas de langue de bois!

  • Plus qu’un commentaire, c’est une question que je pose. En effet, je lis sur un tract de JP Martin « …remise en ordre des finances….risques contentieux réglés en grande partie »
    Hors il me semble avoir lu par ailleurs que toutes ces affaires étaient toujours pendantes, que pas un centime n’avait encore été déboursé, et qu’il n’existe pas de provisions pour faire face.
    Oui ou non ces affaires sont-elles « en grande partie  » derrière nous ?

  • Hélas! ces affaires sont DEVANT nous! Monsieur Martin a réglé des « contentieux » fictifs, pour faire plaisir à ceux qui l’avaient soutenu pendant sa campagne en 2001. Il a laissé « pendant » un contentieux qu’il a essayé d’exploiter d’une manière honteusement politicienne (parking Saint Germain) et, comme ça ne lui suffisait pas, il a créé un nouveau contentieux qui va nous coûter au moins 20 millions d’euros … (celui des parkings de Nogent!).
    Cet homme est une véritable catastrophe ambulante. Et je mets dans le même sac désormais son ex-première adjointe qui a su être solidaire dans la victoire de 2001 mais qui a fui le navire qui prenait eau de toute part dès 2004! Face aux difficultés, Madame Montchamp fuira à nouveau …si elle devait être élue.

  • Réponses à M.Heurtault

    >>> Donc l’affirmation de M. Martin sur son tract est mensongère!
    Comment lui mettre le nez dedans? (dans son mensonge bien sûr)

    >>> Vous écrivez « le navire fuyait en 2004 » — ne serait-il pas en train de couler, puisqu’aujourd’hui les rats se sauvent (Visez mon regard) ?

  • J’ai écrit que le navire prenait l’eau … et dit que Madame Montchamp avait fui …. Je ne partage pas votre allusion aux rats. Mes adversaires politiques ne sont pas des rats. ce sont des advesaires, un point c’est tout. Une commune ne peut pas couler … C’est interdit par la loi! Par contre, elle peut être mise sous tutelle. C’est alors le Préfet qui gère et qui prend les décisions. Toutes les décisions! Y compris celle d’augmenter les impôts!

  • C’est vrai que les politiques ne sont pas rats….avec avec l’argent des contribuables.

  • M.Heurtault, quand j’écris que je me demande si le navire coule, je reprends votre image, en pensant à la majorité municipale.
    Bien sûr qu’une commune ne peut pas couler, même au bord de la Marne, pas plus qu’elle n’est un navire qui prend l’eau. [Angoulème est toujours là, et pourtant!]
    Et lorsque vous évoquez la fuite d’un bateau qui prend l’eau de toute part et menace donc de couler, vous parliez de quoi ?
    Je serais le seul esprit mal intentionné à y associer le comportement des rats ?

  • Je maintiens. Mes adversaires politiques ne sont pas des rats … J’en fais une affaire de principe. Par contre, ce sont bien des adversaires … et le combat va être rude!

  • Et pourtant c’est l’année du rat!

  • Trop fort pour moi, Dixneuf! Vraiment trop fort!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *