Municipales | Accueil Val de Marne (94) Nogent-Sur-Marne | 25/01/2008
Réagir Par

Première réunion publique de Jacques J-P Martin

RéunionPublique Jacques J-P Martin © Nogent-Municipales.com 2008La première réunion publique de Jacques J-P Martin, maire sortant, UMP, s’est déroulée hier soir, jeudi 24 janvier, à la salle Charles de Gaulle. Une centaine de personnes parmi les quels l’équipe du maire sortant, des citoyens en quête de projet… et quelques partisans du camp adverse pour pimenter le débat. En voici résumés quelques moments.

Impôts : ni plus ni moins

La réunion a démarré par un prélude un peu technique mais chiffré sur les finances municipales passées et à venir, détaillant notamment les grands postes de dépenses et d’investissement et les différents scénarios prévisionnels.

Le scénario proposé : pas d’augmentation des taux, des recettes suivant le cours de l’inflation, une augmentation des charges de personnel de 3%, des charges courantes de 2% et un investissement de 5 millions € par an qui aboutirait en 2011 à des dépenses réelles de fonctionnement de 38 362 millions €, une capacité d’autofinancement nette positive et une dette de 14 millions € (contre un peu plus de 15 millions € aujourd’hui).

Attirer la taxe professionnelle

Des propositions pour développer la taxe professionnelle –commune à l’agglomération de Nogent-Le Perreux-  comme le développement de la ZAC de la Maltournée près de Neuilly Plaisance pour le Perreux et celui du pôle RER A (destiné à accueillir des bureaux) et du grand marché (qui serait dédié au commerce) pour Nogent.
Invité à réfléchir sur l’innovation et le développement économique, Christophe Ippolito a fait quelques propositions destinées à favoriser l’usage des nouvelles technologies, le télétravail et la création d’entreprises avec par exemple des formations pour tous à Internet, une sorte de centre d’affaires pour les Nogentais en télétravail ou encore un nouveau projet de pépinière d’entreprises. Le maire a également reconnu que le taux actuel de la taxe professionnelle n’était pas des plus incitatifs pour les entreprise et qu’il faudrait le baisser en contrepartie d’une assiette plus large.

Rapport Ernst & Young : questions de date

L’atmosphère est devenue électrique avec l’intervention de Joël Lunot (partisan d’Estelle Debaecker) qui est revenu sur le rapport Ernst & Young : «Dans une lettre aux administrés, vous faîtes référence à un diagnostic d’Ernst & Young du 30 novembre 2003, pourquoi ne pas avoir dévoilé le rapport à ce moment là ?»  Réponse de Jacques J-P Martin : «Il n’y avait pas de rapport écrit, il s’agissait juste d’une réunion de travail au cours de laquelle le cabinet de conseil nous a fait des suggestions comme une augmentation faramineuse des impôts ou des services (tarif des crèches…) que je n’ai pas trouvées acceptables. Au final, il n’y a eu qu’un seul rapport, celui qui a été communiqué en conseil municipal.» Le ton est monté, Alain Degrassat, (partisan du marie sortant) a pris la parole, appelant à regarder en avant : «J’en ai rien à cirer des polémiques ! » a-t-il conclu sous les applaudissements.

Marie Curie : à quand la décontamination ?

Cette passe d’armes terminée, un habitant est monté au créneau à propos du site Marie Curie, regrettant que la décontamination n’ait pu être menée durant cette mandature. Un point sur lequel Jean-Luc Moretti a répondu en insistan sur les précautions techniques et études préalables que cette opération imposait. La principale difficulté : le stockage de la terre contaminée, qui doit être expédiée dans des centres bien spécifiques selon son niveau de radiation, qui pour certains n’existaient pas encore il y a quelques années. Le maire a rappelé qu’il avait été décidé en conseil municipal que le site serait entièrement décontaminé et qu’il s’y engageait. Concernant le coût de la décontamination, il a indiqué que celles-ci seraient compensées par une plus-value immobilière dans le cas d’un projet résidentiel (type pavillonnaire côté rue Marceau et R+2 ou 3 étages maximum, rue Hoche) ou des subventions dans le cas de l’installation d’un gymnase.

A4 – A86 : comment faire sauter le bouchon ?

Autre préoccupation d’un citoyen dans la salle : le bouchon A4-A86. «Mais à quoi sert donc la voie supplémentaire déployée récemment, un coup elle est ouverte, un coup non. Et on se demande sur quels critères ? » Réponse de Jacques J-P Martin : «Le problème de cette voie supplémentaire est qu’elle génère des bouchons à Thiais et Saint Maurice, il faut donc régler le problème de manière plus globale. Ce qui est l’objet du projetA4-A86 arrêté l’an dernier. Personnellement, je me suis aussi battu contre la construction d’un souterrain à  3 voies qui aurait coûté un milliard € et  généré encore plus de traffic, ce qui ne r’aurait pas résolu le problème des nuisances pour la ville. Dans le cadre du projet retenu, nous traiterons l’embranchement de murs anti-bruit.»

Quelques précisions ont été fournies concernant le projet Orbival (métro qui devrait relier Val de Fontenay à Arcueil), notamment le projet d’un arrêt au niveau de la sous-préfecture de Nogent.

73 colistiers potentiels

Un document de 4 pages a été distribué à l’issue de la réunion, dévoilant le soutien de quelques 73 personnes et détaillant le profil de chacun.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
8 commentaires pour Première réunion publique de Jacques J-P Martin
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi