Politique locale | Nogent-Sur-Marne | 03/10/2008
Réagir Par

Inéligibilité – Réaction de William Geib (PS) : « un jugement mi-figue mi-raisin »

William Geib« La justice a fait son travail et cette décision permet de rappeler que nul n’est au-dessus des lois, ce qui est sain », réagit William Geib, à la décision d’inéligibilité de Jacques J-P Martin et Jean-René Fontaine. « Cette conclusion est toutefois mi-figue, mi-raisin, William Geibcar à partir du moment où il est reconnu que les conditions des élections municipales à Nogent-Sur-Marne n’ont pas été équitables entre tous les candidats, il serait logique de les annuler complètement. Sur le fond, cette décision ne changera pas les grand choix politiques pour la ville, car même si Jacques JP Martin ne fait pas appel, ou perd en appel, c’est son équipe qui sera aux commandes et le maire actuel restera sans doute présent, même dans l’ombre, durant son année d’inéligibilité. »

6 commentaires pour Inéligibilité – Réaction de William Geib (PS) : « un jugement mi-figue mi-raisin »
  • L’expérience montre, en matière d’inéligibilité, que les juges sont toujours très prudents d’une part et que les électeurs n’aiment pas que les juges décident à leur place d’autre part. Il y a fort à parier que si Jacques Martin était déclaré inéligible et le scrutin annulé, les électeurs reconduiraient une majorité comparable, sans Jacques Martin mais que, celle-ci démissionnant en bloc dans un an, il y aurait de nouvelles élections favorables à Jacques Martin.
    Les électeurs avaient accepté la « primaire » au sein de l’UMP, ils n’ont pas accepté le maintien de Marianne Montchamp arrivée deuxième au soir du premier tour. Ils ont sanctionné en reportant leurs suffrages sur Jacques Martin, ne pouvant pas les porter sur William Geib du fait de son engagement au PS (que nul ne peut lui contester, bien au contraire). Estelle Debaecker n’avait pas d’autre choix possible, compte tenu des résultats du premier tour, que de fusionner avec la liste conduite par Marianne Montchamp ou de se retirer. Le résultat aurait été exactement le même : la victoire de Jacques Martin. Ce qui m’a surpris, c’est l’ampleur de cette victoire, non la victoire elle-même.

  • Pour Jacques HEURTAULT.

    Vous faites preuve d’objectivité pour un opposant et cela vous honore.

  • Merci! Puis-je me permettre de vous dire que, vous même, vous en manquez peut-être, « un peu », ne trouvez-vous pas? Laissez donc Ninon tranquille … Il y a fort à parier que, tout comme moi, vous ne la connaissez même pas.

  • Pour Jacques HEURTAULT.

    Bravo, à un compliment, vous répondez par un coup de pied qui n’atteint pas son… objectif !

    Par ailleurs, je remarque que vous êtes un fervent défenseur de la veuve et de l’orphelin.

  • Monsieur Heurtault :
    La veuve est la ville, quant à l’orpheline….Hi hi hi hi hi hi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *