Politique locale | Nogent-Sur-Marne | 20/01/2008
Réagir Par

Urbanisme, fiscalité, gouvernance : Jacques J-P Martin s’explique

Jacques J-P Martin © Nogent-municipales.com 2008Gaulliste et fidèle de Rolland Nungesser (maire de 1959 à 1995) dès 1958, Jacques J-P Martin a construit son parcours politique au niveau local et départemental, conseiller municipal de Nogent à certaines périodes mais aussi de Saint Maur dans les années 80, puis conseiller général du Val de Marne (vice-président de la commission des finances) et, entre autres attributions, vice-président du syndicat d’assainissement de l’agglomération de Paris). A 66 ans, cet ingénieur de formation, s’il a bourlingué du Liban aux pays de l’Est dans le cadre de ses activités professionnelles, s’appuie donc fortement sur cette expérience du terrain val-de-marnais et de son rapport au reste de la région parisienne. En lice pour les prochaines municipales, il a pour lui son bilan en tant que maire sortant et l’investiture officielle de son parti, l’UMP.

Sur l’urbanisme

Quels objectifs en terme de densification ?

Jacques J-P Martin : La ville de Nogent a déjà été l’objet de vagues successives de densification, surtout à partir des années 70 (place Leclerc, Nogentel…), et est aujourd’hui entièrement construite. Elle a désormais d’abord besoin d’opérations de requalification urbaines. Certes, la densification peut s’effectuer sur quelques axes comme le boulevard de Strasbourg, l’avenue Jacques Kablé ou la Grande rue, dans le respect du POS (Plan d’occupation des sols), mais il n’est pas question d’atteindre les objectifs fixés par le schéma directeur régional d’Ile de France (SDRIF), qui ne distingue pas, dans ses préconisations, les villes déjà entièrement construites des autres.

Quel projet urbanistique ?

Jacques J-P Martin : Pour que Nogent reste Nogent, nous devons défendre son patrimoine en préservant les habitations remarquables, tout en la modernisant. Durant cette mandature, nous avons complété le POS existant, voté en 2001, d’outils comme les ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager) et les EVIP (Espace vert intérieur protégé) permettant de maîtriser l’urbanisation non seulement au niveau quantitatif mais aussi qualitatif. Ceci nous a permis de préserver certains édifices et zones de la ville. Mon projet pour 2008-2014 est l’instauration d’un véritable PLU (Plan local d’urbanisme).

Pourquoi ne pas avoir mis en place le PLU au cours de cette mandature ?

Jacques J-P Martin : Pour deux raisons d’efficacité. La première est que les ZPPAUP sont prioritaires au PLU si elles sont mises en place avant et il était donc préférable d’avancer de cette manière pour protéger au plus vite un certain nombre de parcelles. La seconde est que le SDRIF, actuellement en cours d’enquête publique et donc pas encore acté, est lui, prioritaire au PLU concernant l’urbanisme. Il est donc judicieux, en terme de calendrier, d’élaborer le PLU  en tenant compte des impératifs du SDRIF plutôt que de prévoir un projet qui risque d’être remis en question.

Quelles propositions pour améliorer le l’offre de logement social et répondre aux critères de la loi SRU ?

Jacques J-P Martin : La proportion de logement social sur Nogent se situe aujourd’hui aux alentours de 11%. Le Perreux tourne autour de 6 %. Nous versons donc une amende dans le cadre de la loi SRU, qui pour Nogent, est de l’ordre de 180 000 € à 200 000 €. Cette amende est toutefois restituée à la communauté d’agglomération pour construire des logement sociaux et l’argent reste dans nos communes. Concrètement, je souhaite respecter le principe des 20 % de logements sociaux en flux (nouvelles constructions) et non en stock. C’est ce qui s’est passé durant ma mandature.
Concernant le type de logements sociaux, je suis favorable à la construction de logements type PLS (ndlr : logement social intermédiaire) plutôt que PLAI (ndlr : à destination des plus bas revenus) car ceci répond à la demande des Nogentais en attente de logement social. Je souhaite également développer des programmes d’accession à la propriété (il y en a un en cours dans le quartier des Maréchaux), permettant de libérer des appartements HLM existants.

Gestion du site Marie Curie, que fait-on ?

Jacques J-P Martin : Durant cette mandature, nous avons réalisé des diagnostics et cartographies afin d’évaluer précisément la contamination. Ces études nous permettent aujourd’hui d’affirmer qu’il est possible de décontaminer complètement ce site, à condition d’aller jusqu’à 2 mètres de profondeur. L’estimation de cette décontamination est aujourd’hui évaluée à 5 millions € HT, soit 7 millions € TTC. Dans ces 5 millions € HT, le poste le plus onéreux est celui du stockage : 3 millions € HT. C’est l’agence de sûreté nucléaire qui validera bien sûr ce programme et nous accompagnera si nécessaire dans le choix des entreprises.

Pour financer ces 7 millions TTC, nous disposons premièrement d’une indemnité de 2,2 millions  €, obtenue par la mandature précédente, et qui –si elle a été utilisée pour construire Léonard de Vinci en raison d’une date limite de dépense à respecter, a été réintégrée à la décontamination Marie Curie dans le budget 2008, et sera donc bien affectée à ce projet. Nous pouvons également espérer 800 000 € de subvention de la part de l’agence, ainsi qu’une aide pour monter le dossier. Afin de compléter le financement, nous  avons proposé un premier projet immobilier qui permettait de valoriser le foncier. Celui-ci a été refusé par les riverains. Je n’ai donc pas donné suite car je ne ferai rien sans l’accord des habitants du quartier. Nous avons actuellement deux projets en cours de réflexion. Le premier consiste à construire quelques pavillons et immeubles de deux ou trois étages maximum avec des commerces dont une supérette et le bureau de poste(actuellement en face). Une crèche serait alors installée à la place du bureau de poste actuel. L’autre solution serait d’installer un équipement sportif (pour accueillir par exemple la gymnastique ou le handball) car nous manquons actuellement encore d’installations de ce type.

Sur les finances municipales

 Comment dégager de la marge de manœuvre pour mener à bien les projets sans faire exploser les impôts locaux ?

Jacques J-P Martin : Premièrement, je m’engage à poursuivre la réforme des services de la ville qui s’appuie sur une nouvelle gouvernance, en place depuis deux ans. Les économies réalisées nous ont permis  de compenser l’augmentation naturelle de la masse salariale (d’environ 2,8 à 3% d’une année sur l’autre). Pour cela, nous avons mutualisé plusieurs départements comme par exemple la voirie et les espaces verts. Le partage des coûts au niveau de la communauté d’agglomération est aussi générateur d’économies. C’est pourquoi je souhaite non seulement poursuivre les synergies avec Le Perreux, mais également étendre cette communauté d’agglomération aux villes voisines. Nous sommes du reste déjà en discussion avec Joinville, Brie et Fontenay. Nous partageons un intérêt commun quant au développement d’Orbival sur la ligne duquel j’ai obtenu le principe d’un arrêt au niveau de la sous-préfecture. Nous espérons aussi en avoir un place Leclerc, au Perreux, afin d’y développer les entreprises et donc la taxe professionnelle (versée à notre communauté d’agglomération). Nous avons également opté pour des prestataires privés (qui offrent une marge de négociation et reviennent moins cher) sur un certain nombre de tâches, comme le traitement des espaces verts en plusieurs points de la ville. Dans le même esprit, la délégation de service du centre nautique nous a permis de dégager 500 000 € d’économie.
Concernant les dépenses de personnel, je prends le même engagement que le gouvernement de ne remplacer qu’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux. Pour attirer les entreprises, pourvoyeuses de taxe professionnelle, nous avons deux projets qui ne coûteront pas un centime à la ville. Le premier concerne la restructuration du pôle RER A et de son parking qui permettra d’intégrer des bureaux bien situés. Le second (financé en partie par différentes subventions type Fisac) concerne la place du marché sur le quel devrait venir s’installer le Monoprix, qui passera ainsi de 900 à 2000 m2 et sera entouré de nouveaux commerces tandis que de nouvelles activités seront développées dans la rue Eugène Galbrun.
J’ajouterai un troisième axe de développement s’appuyant cette fois sur la Marne. Nous avons un projet en cours qui est celui d’une maison de la Marne, qui comprendra un écomusée et sera située à l’emplacement de l’aération du tunnel de l’A86, à côté de l’hémicycle.  Cette installation complètera le parcours découverte de l’écosystème sur l’Ile aux loups, grâce au passeur  de rives. Une guinguette éphémère, de mai à juillet, va également être installée en partenariat avec celle du Martin Pêcheur (Champigny). Pour développer le trafic, nous sommes actuellement en discussion avec Disneyland Paris pour organiser une découverte de la Marne en bateau qui partirait du parc d’attraction et s’arrêterait à Nogent. Ceci en plus des vedettes du Pont-Neuf, déjà en service. Je suis, en outre, en cours de négociation pour vendre l’hôtel (Nogentel) -qui n’a pas vocation à être municipal- afin qu’il devienne référent en matière de restauration et d’hôtellerie.
Mon objectif : multiplier les recettes de taxe professionnelle par 2 en  4 ans.

Quel objectif en matière d’imposition ?

Jacques J-P Martin : Je m’engage à ne pas augmenter les impôts mais pas non plus à les diminuer car la marge de manœuvre dégagée sera réaffectée à des services et investissements attendus par les habitants. Nous avons créé 100 berceaux durant ma mandature et il en manque encore au moins 40, nous avons également besoin de nouveaux équipements sportifs – notamment pour répondre aux nouvelles directives de l’Education nationale qui souhaite augmenter l’activité sportive à l’école. Nous ne souhaitons pas non plus supprimer la police municipale.

Sur la participation des citoyens
 
Quelles propositions pour développer la participation des citoyens ?

Jacques J-P Martin : Concernant la participation des élus de l’opposition tout d’abord, je m’engage à leur mettre à disposition une tribune libre sur le site Internet de la ville ainsi qu’à leur offrir la possibilité de sortir un document de 4 pages, (par liste), 3 fois par an. Concernant la participation des citoyens ensuite, je m’engage à créer un conseil de la ville qui sera une structure d’échange entre les habitants et les conseillers municipaux. Ainsi, les orientations budgétaires seront présentées à ce conseil avec le conseil municipal, pour avis consultatif. Ce conseil sera composé de représentants de quartier, élus chacun dans leur quartier, et d’associations de la ville. Ce conseil élira son bureau et donnera son avis sur tous les projets impactant la ville, du mobilier urbain aux délégations de service. L’objectif est que les citoyens s’intéressent à l’ensemble de leur ville et pas seulement à leur quartier.
Je souhaite aussi que la maison des associations soit gérée par bureau issu des associations elles même, ce qui se pratique déjà dans certaines cités comme Arles.
Concernant le partage des informations, nous mettons déjà en ligne l’ensemble des débats du conseil municipal mais je souhaite également constituer une base de données brutes sur le fonctionnement de la ville, qui sera à disposition de tous les citoyens.

24 commentaires pour Urbanisme, fiscalité, gouvernance : Jacques J-P Martin s’explique
  • Vous nous dites que vous voulez multiplier par deux le produit de la Taxe professionnelle après nous avoir dit que cette taxe est légalement affectée à la Communauté d’agglomération (et donc gérée par elle dans un cadre limitativement circonscrit. On ne peut pas, par exemple, si je ne m’abuse car je ne suis pas conseiller du Conseil de Communauté d’agglomération, financer une crèche avec le produit de cette taxe car la Communauté d’agglomération n’a pas compétence en matière de crèche). Comment entendez vous surmonter cette contradiction, à savoir maintien des impôts communaux mais augmentation des dépenses communales?

  • Monsieur Heurtault

    Si vous aviez accepté l’invitation que vous avait fait M. Martin de participer à la formation aux finances publiques vous sauriez que les recettes ne sont pas affectées aux dépenses, et que la commune bénéficie d’un retour financier en provenance de la Communauté d’agglomération

    Il n’y a donc aucune contradiction à rechercher

    La poursuite de la réforme des services et le non remplacement d’un départ à la retraite sur deux dégageront des marges de manœuvre qui seront mises à profit pour améliorer les services à la population

  • c’est un peu je m’engage à faire ce que je n’ai pas fait pendant 6 ans.

    Une toute petite observation sur un point dont le cynisme est hallucinant :

    Je cite « Concernant le type de logements sociaux, je suis favorable à la construction de logements type PLS (ndlr : logement social intermédiaire) plutôt que PLAI (ndlr : à destination des plus bas revenus) car ceci répond à la demande des Nogentais en attente de logement social. »

    Voilà un message très clair : que ceux qui demandent un logement et qui vraiment trop fauchés ne viennent pas à Nogent-sur-Marne.
    Bref, du « pauvre » mais pas du trop « pauvre » quand même.

    Le degré zéro de la solidarité, restons entre nous.

    Il faut parfois savoir se déciller, allez faire un tour par là,

    http://recits.blogs.liberation.fr/

    Ce n’est pas que je soit forcément en phase avec ce qui est écrit sur ce blog, mais bon, lisez …

  • Jacques Heurtault dit:
    le 20 janvier 2008 à 15:51 h

    Vous nous dites que vous voulez multiplier par deux le produit de la Taxe professionnelle (…)
    _______________________________

    parmi les diverses contradictions qui me sont apparues à la lecture de ces « explications » présentées par le maire sortant, j’ai aussi été frappé par la position concernant la Taxe Professionnelle, et j’attends avec intéret un complément d’information…

    Sur ce sujet, j’ai noté que le taux de Taxe Professionelle a subi une augmentation de plus de 15% depuis 1999 pour atteindre 21.55%, presque un record, plus propre à faire fuir les entreprises qui le peuvent qu’à en attirer d’autres de façon à multiplier le produit par 2 par effet de volume. Alors augmenter encore le taux? à ce niveau de taxation, toute augmentation supplémentaire devient impossible.

    L’objection d’Olivier (de Nogent? …) me semblerait aussi gagner à être appuyée par des éléments chiffrés, ne serait-ce que pour savoir quelle fraction de l’amende payée par Nogent est en fait utilisée pour la construction de logements sociaux à Nogent.

  • Je maintiens qu’il n’est pas possible d’utiliser le produit de la fiscalité de la Communauté d’agglomération à n’importe quel usage. Tout cela est strictement encadré. Je tiens pour certain que si la communauté d’agglomération n’avait été créée par Estelle Debacker, Monsieur Martin ne se serait pas privé de l’augmenter aussi afin d’accroitre encore le gâteau fiscal en volume (Il est obligé d’aligner la progression des taux, c’est la loi).

  • L’utilisation du produit de la Taxe professionnelle Unique est en effet encadré, mais le cadre est vaste et rien n’empêche d’aller plus loin.

    Il est clair que si Nogent-Le Perreux parvenait à attirer plus d’entreprises sur son sol, le produit de la taxe professionnelle permettrait de diversifier les ressources de la commune (indirectement via la communauté d’agglomération).

    Le hic, c’est qu’au terme des deux mandatures passées, on n’a pas vraiemnt le sentiment que le bilan soit flatteur.

    Nogent-sur-Marne prend peu à peu l’allure d’une ville dortoir.

  • Effectivement, de 1995 à 2001, rien n’a bougé
    Depuis, après avoir réglé tous les ardoises de la précédente équipe, la situation s’est très nettement amélioré
    Et le projet du pôle RER, qui constitue une formidable opportunité, est prêt
    Très vite vous réviserez votre jugement

    et M Heurtault finira par reconnaitre qu’il se trompe

  • @ Olivier

    Pourquoi la ville se contente-t-elle de publier un graphique présentant l’évolution de l’annuité de la dette ?

    Il serait intéressant de connaître l’évolution de la dette …

    Le projet du pôle RER serait déjà prêt ?
    J’avais cru comprendre que rien ne serait décidé avant les municipales.
    Vous avez une info ?

  • Ce n’est pas en augmentant le Taxe professionnelle qu’on va faire venir les entreprises dans la ville et le discours de Jacques Martin semblait presque insinuer qu’il voulait augmenter la Taxe professionnelle.

    Combien d’entreprises vont s’installer sur le nouveau pôle RER A? Combien de rentrées supplémentaires ça va faire rentrer? J’attends des chiffres et non du bavardage!

    J’aimerais bien que Monsieur Martin nous explique comment compte-t-il ne pas remplacer 1 fonctionnaire sur 2, alors que le nombre de salariés non-titulaires a augmenté depuis 2001? Je lui souhaite bonne chance pour y arriver…sachant qu’il va falloir construire de nouvelles infrastructures publiques et donc embaucher encore du personnel…

  • Merci, Jean François pour la remarque sur les fonctionnaires.
    A savoir et à ne JAMAIS oublié pendant toute la camapagne électorale : NE JAMAIS CROIRE CE QUE DIT LE MAIRE … Il y a toujours une entourloupe qui dissimule la réalité des faits. On attend toujours qu’il nous donne les tableaux d’amortissements complets, tant pour le budget principal que pour le budget annexe des parkings.

  • ça va être beau le dimanche 9 mars à la mairie

  • @ jacques heurtault

    vos critiques relatives à la gestion de Jacques JP Martin ne sont pas toujours dénuées de fondement en revanche vos propositions sont inexistantes

    j’ai reçu ce matin le tract de la candidate que vous soutenez (la fidélité est une qualité, mais là …) et cela sent le rance, les années 80 et les spots tricolores

    ouvrez les yeux, décillez vous, comment pouvez vous croire aux balivernes de Deabaecker avec 100% d’anathèmes; 100% de nostalgie et 0% de projet ?

  • @ Jean-François

    je vous invite à lire les comptes rendus de la communauté d’agglo via le site internet de la ville du Perreux (zéro lien via celui de Nogent, tout un programme …)

    vous pourrez constater que la date du dépôt de bilan est ancienne : les entreprises se tirent … (cf discours de Gilles Carrez)

    ouin ouin, pourquoi ?

    3 mandatures avec des cadors …

    0% de vision

    100% de clientélisme

    résultat : effet de ciseau en phase avec la doctrine : « cheveux courts, idées courtes »

  • Le volontarisme économique et social devrait être le coeur de la campagne et figurer parmi les principauxs critère de différenciation entre les candidats.

    Sur cet aspect (parmi d’autres), l’interview de Jean Pierre MARTIN est consternante.

    Nogent part avec 20 ans de retard sur Levallois ou Issy les moulinaux en matière de stimulation du tissu économique : peu de places pour l’implantation d’une ZI mais aussi peu de volonté et de compétences économiques.

    Que propose Jean Pierre MARTIN? une maison de la marne (soit une association sans doute à but non lucatif), un projet d’implantation d’une grand pôle au rer : projet pharaonique et vrai serpent de mer qui sera enterré dés la première étude de faisabilité économique.

    La capacité de Jean Pierre MARTIN à réaliser des projets est elle avérée? Souvenons nous de la place du petit vin blanc : coût élevé, retard important et résultat trés discutable sur le plan esthétique (sauf pour qui aime le béton armé!!!.

    Piétre gestionnaire, impuissant sur les questions économiques et peu intéressé par les sujets sociaux : voilà la carte de visite du maire sortant!!!!

  • LES REMARQUES DE MONSIEUR HEURTAULT SONT PERTINENTES.
    ON SENT EN LUI UNE ODEUR DE DYNOSAURE.
    NOUS SOMMES EN 2008 ET SES PROPOS SONT RINGARDS ET SANS PERPECTIVES.IL S’EXPRIME COMME UN GRAND PERE SUR SON LIT DE MORT.

  • @ André

    Pouvez-vous éviter les laïus en lettres capitales ?

    C’est agressif et illisible.

  • Bigre! André Pratar me voit déjà sur mon lit de mort! C’est ce que je comprends. Je comprends aussi que, bien que moribond, je suis capable de produire des remarques pertinentes! J’ai 58 ans … J’espère bien en avoir encore pour un (bon) bout de temps!
    Les propositions d’Estelle Debaecker seront, évidemment, rendues publiques. Qui peut en douter?
    Il y a deux manières de faire de la politique :
    1. Faire des tas de promesses que l’on sait ne pas pouvoir tenir ou bien que l’on croit pouvoir tenir mais que l’on découvre ne pas pouvoir tenir une fois en responsabilité.
    2. Apporter la preuve tangible que l’on est capable de gérer une ville, même quand elle est au bord de la faillite. Avez vous vu les ardoises qui s’amoncellent? Le parh king Saint germain n’est pas réglé … Forcément! Puisqu’aucune décision de justice n’a encore été rendue! Mais ça va tomber pendant la mandature qui va commencer en mars prochain … Et si Martin est réélu, il augmentera les impôts! Mécaniquement, il ne peut pas faire autrement, indépendamment de l’affaire du Parking Saint Germain. La baisse de l’an dernier n’est rien d’autre qu’un coup d’accordéon avant les élections. Il ne pouvait quand même pas les baisser cette année! Personne ne l’aurait cru … Il avait d’ailleurs dit qu’il les baisserait encore un peu mais il a du y renoncer. Il lui aurait fallu réduire à zéro la provision normalement destinée à couvrir l’affaire du parking sa

  • « Et si Martin est réélu, il augmentera les impôts!  »

    Pourquoi le ferait-il ? Cette fois ci, il ne reprend pas la commune en faillite à la suite de Mme Debeacker !

    Donc M Martin sera réélu

    il fera ce qu’il a promis

    et en toute transparence

    comme il a toujours fait

    C’est la seule bonne manière de faire de la politique

  • mr OH est il si fier pour considérer que seule la voix de son maitre est la bonne , la meilleure même. Ou sont donc les grandes théories mises en avant dans le programme du parti qu’ils bafoue à chacune de ses comunications en méprisant les idées des autres. Tous mauvais à l’écouter .Bel exemple de respect d’écoute .ayez le triomphe modeste cher OH 87 voix vous séparait en 2001 de votre adversaire ( au prix d’alliance à l’époque contre nature……!!!!!

  • Info interessante : la station Orbival serait donc à la Sous préfecture …

    quelques réactions en vrac :

    a) Dans le coin il n’y a pas de parking digne de ce nom …
    b) Liaison bus avec le RER A et le RER E ?
    c) Extension de la ligne 1 du métro faisant la jonction avec les bientôt 3 stations RER de Nogent sur marne ?
    d) Sous préfecture ! hum ! C’est dommage on vient de refaire le carrefour.
    e) Sans Orbival, l’attractivité du pôle RER A pour les entreprises en prend un coup !

    =====

    Maison de la Marne, Eco musée, Disneyland etc …

    a) personnellement, c’est la 1ière fois que j’en entend parler.
    b) gestion des flux des touristes, des cars … ?
    c) un parking (sous terrain) en lieu et place de l’Ecole Marie Curie ?
    pour éviter le parking sauvage pdt l’été ou la piscine connait sa plus grosse fréquentation. Infrastructure bénéficiant aux hotels, au bowling, et aux futures infrastructures touristiques…

  • Je ne suis pas un « vieux nogentais » et donc ne connait pas grand chose aux personnalités politiques de cette ville. Mais force est de constater que M. Martin n’est pas un exemple de transparence : audit Ernst and Young, affaire du aprgking St Germain alibi à une augmentation pharaonique des impôts locaux … Pourquoi changerait-il ?
    En dehors de cela, je ne vois nulle trace d’une politique précise et détaillée visant à attirer des entreprises créatrices d’emploi sur la commune ; tout comme je ne vois nulle trace d’une quelconque « modernité » de Nogent au niveau des nouvelles technologies. M. Martin écrit beaucoup (et aime à le faire savoir dans le journal municipal) mais ne me semble pas, effectivement, un grand gestionnaire ni un « grand manager ». Nogent ville dortoir ? Sans aucun doute. Ecoutez donc les commerçants : ils vous diront tous que dès qu’arrivent les vacances la ville se vide …

  • LE MARCHE CENTRAL :je me pemets de revenir sur un point abordé rapidement dans le programme de Mr MARTIN qui commence à soulever l’indignation des nogentais. Celui du marché central , on peut noter »requalification du marché central avec création d’une galerie commerciale prioritaire aux commerces alimentaires » et plus haut sur ce blog « installation du Monoprix sur 2000m2 sur la place du marché entouré de nouveaux commerces ». ces termes ne veulent pas dire travaux de rénovation et remises aux normes mais plutôt destruction
    Que vont devenir alors les commerces actuels ( dont Mr MARTIN croit démagogiquement défendre le dynamisme et l’attractivité)
    Quelle surprise donc . Y a t il eu concertation avec les nogentais sur un tel projet ,? lui qui prone le dialogue permanent . Mr MARTIN veut donc supprimer ce qui fait l’ame de Nogent, un marché qui a une réputation bien au delà des frontières de la commune . Certainement Pour satisfaire à l’appetit des promoteurs .On commence à connaitre les liens étroits de ces derniers avec Mr M .
    Voilà encore la vrai personnalité de Mr MARTIN ,l’homme des coups en douce, ni vu , ni connu , par ici que je t’embrouille
    Elle est où la belle ville qu’il nous promet ? dans ses rêves

    C’est marrant mais tout ceux qui distribuent les tractspour Mr M le samedi matin………..au marché , n’en touchent pas un mot ………………….

    Mr PRATAR ou Mr Olivier HARAN éclaireront peut être notre lanterne( Y vont ils seulement au marché pour que ça puisse les concerner?)

    Voilà un sujet essentiel qui touche le quotidien et le bien être des nogentais . Il serait interessant de connaître la position des autres candidats sur le sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *