Politique locale | Nogent-Sur-Marne | 03/06/2009
Réagir Par

Pôle RER A : Eiffage fait monter les enchères

Projet Pôle RER A Juin 2009 Nogent sur marneLe projet du pôle RER A, la cité d’affaires Nogent Baltard, commence à prendre tournure. Les dernières perspectives, dévoilées hier soir par le maître d’ouvrage, Hervé Jobbé-Duval (MOA), devant 90 personnes à l’Institut Montalembert, n’ont plus grand-chose à voir avec le projet initial mais elles s’appuient sur des données techniques plus étoffées. En parallèle, le promoteur sélectionné, Eiffage, a annoncé des surcoûts de fondations spéciales qui restent à négocier.

Pôle RER A Problèmes de portanceProblème de portance insuffisante
Le grand changement vient du constat d’une portance insuffisante du bâtiment qui doit enjamber par endroits les voies du RER A. Un élément technique qui n’avait pas été évalué à sa juste mesure auparavant. De même l’endroit initialement prévu pour la résidence hôtelière, au-dessus du RER, imposerait la mise en place de coûteuses boites à ressort afin d’éviter les vibrations.

Pôle RER A HauteursDes volumes entièrement repensés
Afin de s’adapter à la spécificité du site, les volumes des bâtiments ont donc été entièrement revisités. En bref, les deux pointes en triangle de part et d’autre des bâtiments de la rue des Marronniers ont été supprimées et l’architecture en terrasse a été simplifiée. Les immeubles donnant rue des Marronniers se situent plus en retrait que prévu en contrepartie d’une hauteur plus importante. De même le bâtiment jouxtant celui de la pharmacie est-il enrichi de quelques étages supplémentaires, surplombant légèrement son voisin. Le dépassement des hauteurs prévues par le POS (supérieures de 1,5 m à 22,5 m par rapport aux normes du quartier) sera acté à l’issue de la concertation, en conseil municipal.

Pôle RER A Suppression des pointesUn peu moins de commerces et suppression de la pépinière
Le nombre de m2 diminue légèrement, de 29 000 m2 à 28 200 m2 dont une partie convertie en locaux d’activités. La pépinière n’est plus à l’ordre du jour et les surfaces commerciales passent de 2000 m2 à 1400 m2. Le nombre de logements reste autour de 70 dont une vingtaine de logements sociaux.

Pôle RER A Avenue de JoinvilleDe la verdure sur l’avenue de Joinville
Concernant la voierie, la portion de l’avenue de Joinville qui longe le projet passe de quatre à deux voies avec une rangée d’arbres au milieu et une piste de cyclable. La question de la prolongation de la piste cyclable de part et d’autre de cette portion sera discutée ultérieurement, ne concernant pas directement le pôle RER A.

Fondations spéciales : Eiffage revoit les chiffres à la hausse
Concernant la faisabilité technique, le maître d’ouvrage  a laissé entendre qu’Eiffage avait largement estimé le coût des fondations spéciales, annonçant des chiffres supérieurs de plusieurs millions € à ce qui avit été annoncé au départ. Un différentiel que la ville va devoir négocier dans les semaines qui viennent afin de rester en phase avec le budget prévu.

Une nouvelle maquette à la rentrée
Si tout se passe bien, un nouveau projet d’architecture devrait être présenté à l’automne en tenant compte des présentes volumétries et la décision pourrait être actée d’ici la fin de l’année pour un lancement des travaux en juin 2010 et une livraison en septembre 2012.

Montage financier Pôle RER A Projet Juin 2009Budget et réactions
Un billet détaillé concernant le montage financier et les réactions à cette nouvelle étape du projet sera publié ultérieurement. En attendant, cliquer pour agrandir tableau d’avant projet d’architecture financière.

Pour en savoir plus, voir l’ensemble de la projection présentée hier et  le site dédié réalisé par le cabinet MOA.
Voir aussi la communication du maire sur ce sujet.

14 commentaires pour Pôle RER A : Eiffage fait monter les enchères
  • Il n’y a pas que les enchères qui montent …

    Adieu l’architecture initiale (pas très folichonne dès le départ il est vrai), bonjour les hauts murs !

    Perspective Baltard / Avenue de Joinville : de nombreux immeubles voient leur hauteur augmenter sensiblement tandis que les retraits entre immeubles se contractent. Densification ?

    Avenue des Marronniers : même principe, les hauteurs augmentent de 3 mètres en moyenne, les décrochements d’un bâtiment à l’autre sont moins nets. Densification et massification ?

    Avenue de Joinville : même principe et même punition. De bons gros blocs dont la hauteur culmine à 37,50 mètres. Densification ?

    Bref, une chose est certaine, ces bâtiments ne feront pas partie des habitations remarquables.

    Un bon point cependant, il semble que 20 logements sur 70 seront destinés au logement social (les engagements pris par la commune auprès du préfet du Val-de-Marne en février 2009 en raison de son retard accumulé seront donc manifestement respectés).

    Le promoteur retenu a semble-t-il été assez léger dans ses appréciations initiales. Aurait-il remporté la mise en présentant ce nouveau projet ?

  • C’est moche.

    La ligne des nouveaux immeubles ne casse pas la hauteur de l’immeuble existant de 36 m de haut, bien au contraire. (n’était ce pas là un des objectifs du projet initial).

    Depuis le début, je regrette que ce projet ne se « projette » pas un peu plus dans l’avenir :
    * Réfection de la place Leclerc et des flux de circulations,
    * Impact de la future station Orbival/Sous préfecture de Nogent sur marne (si il y a bien une station à cet endroit)…,
    * Rénovation du pavillon Baltard (quitte à le démonter et à le remonter au dessus de la gare RER)
    * Utilisation de la place Pierre Sémard et son sous sol ainsi que de l’ancienne gare RATP
    * Dans le cas du déplacement de Baltard, Utilisation du foncier libéré … etc …

    Bref, sans ambitions.

  • et plus largement, l’intégration dans les projets du grand Paris

    http://www.legrandparis.culture.gouv.fr/

  • Quand on regarde ces images, on ne voit que des volumes.

    Alors, attendons les prochaines réunions publiques pour découvrir une architecture qui nous montrera que CE PROJET EST SEDUISANT et correspond AUX SOUHAITS DES NOGENTAIS.

  • Encore du béton
    Et una rchitecte qui n’a rien compris
    Drôle de choix
    Dommage ou pire

  • BIS REPETITA…..
    Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation.
    Attendons de découvrir cette architecture qui sera très harmonieuse grâce à EIFFAGE.
    Patience !.. RESTONS ZEN !….

  • Il semble que eiffage sait faire des bâtiments bioclimatiques.
    Celui-ci le sera t-il ?
    http://www.espaceprescription.com/actualites/siege-eiffage-lyon-batiment-bioclimatique-hqe_article-10676.html

  • Annie Lahmer pose une très bonne question.

    La réponse sera sans doute donnée au cours des prochaines réunions publiques.

  • En ce qui concerne le nombre de logements sociaux, attention, ce qui est annoncé n’est pas nécessairement ce qui sera réalisé ! La preuve, ce nouveau projet qui est bien différent de celui présenté aux Nogentais. Adieu, pépinière d’entreprises, équipement public, supérette…

  • Eiffage sait faire du béton, il faut simplement se rendre à Charenton pour voir son style de construction . Adieu le bois bonjour la défence.
    la mairie ne doit pa défigurer notre ville.

  • Un projet comme tout projet est amendable.

    Il reste que les équipements prévus (logements, commerces, crèches) sont maintenus et que le pôle RER A est un projet qui a pour ambition d’édifier un ensemble équilibré dans un cadre harmonieux.

    Une prochaine réunion ne manquera pas de vous rassurer les uns et les autres sur ce qui est en cours.

    En somme, il faut bien….avancer, mais pas à reculons, avec pour objectif la transformation d’un quartier qui a besoin d’être rénové et dynamisé.

  • vous l’avez dit :

    Un projet comme tout projet est amendable

  • La ville ne doit pas se laisser faire. Elle est le maître d’ouvrage elle commande et décide.
    Sa capacité de décision est limité par le montage d’une opération fragile (public/privé) et d’un projet complexe (franchissement, insertion urbaine, programmation et j’en passe). Si le rapport investissement/profit tourne au sacrifice de l’ambition d’usage et d’architecture.

    Nogent doit dire stop et le maître d’œuvre, revoir sa copie.

    Pour rappel : Le site est une réserve foncière vaste (rare), très très bien située, sans parler du paysages.
    Cette réserve stratégique débordante d’enjeux pour l’image et le développement de la ville ne doit pas être le substrat d’un projet sans âme (sans ambition).
    Pour ma part je lui souhaite les qualités d’un urbanisme et d’une architecture contemporaine : dense mais libérant des espaces publics, des accès accueillants, de la mixité, des services et des équipements, des matériaux de qualité (voirie, façade) et une finalité durable.
    Merci à tous les acteurs du projet qui partagent ces quelques mots d’influer sur la métamorphose de ce bout de Nogent tant visité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *