Société | Nogent-Sur-Marne | 13/01/2010
Réagir Par

Arrêté anti-mendicité : Jacques J.P. Martin s’explique

jacques j-p martinInterpellé hier soir en conseil municipal sur la légitimité de son arrêté anti-mendicité (voir billets précécents sur ce sujet) qui avait déclenché une réaction de la Ligue des droits de l’Homme et que William Geib (PS) a qualifié en séance  « d’arrêté de la honte »,  le maire UMP de Nogent sur Marne, Jacques J-P Martin, s’est expliqué en ces termes :

« Monsieur Geib parle d’arrêté de la honte concernant l’arrêté de mendicité. C’est l’arrêté de la responsabilité. Ce n’est pas l’arrêté de la honte. Je sais que l’on peut avoir une vision angélique des choses, mais l’angélisme peut être confronté à des dures réalités.

Depuis deux ans il nous est arrivé à certaines périodes, notamment au moment où nous accueillons dans le Fort de Nogent, à côté, un certain nombre de personnes — qui au demeurant à 90, 95% sont des personnes tout-à-fait respectueuses du bien public, des biens et des personnes —  il se trouve, donc, que nous avons eu un certain nombre d’événements, et certaines familles s’en rappellent cruellement, qui ont posé vraiment des problèmes de sécurité de nos habitants : agressions de personnes pour des questions de mendicité que j’appellerais actives et très présentes, bagarres entre des personnes dans le centre ville à l’arme blanche, pressions sur certains commerçants pour obtenir une aide alimentaire ou autre.

Tout cela suppose que la police municipale et la police nationale puissent intervenir. Ma responsabilité est d’agir dans le domaine de la prévention plutôt que d’attendre qu’il y ait des événements pour demander à la police municipale d’intervenir. Pour qu’elle puisse intervenir, il lui fallait un dispositif. Ce dispositif, c’est l’arrêté municipal dont je vous ai parlé, qui vient d’ailleurs compléter un autre arrêté municipal qui interdit les boissons alcoolisées sur la voie publique. Tout cela est peut être destiné à ne pas être utilisé, mais en tout cas c’est destiné à amener un certain nombre d’éléments de sécurité dans notre ville.

Alors certains considèrent que c’est un arrêté de la honte, qu’il faudrait le rapporter. En ce qui me concerne, je considère que je prends mes responsabilités, et que je fais en sorte de veiller d’abord à la sécurité de mes concitoyens surtout lorsque la plupart des personnes dont j’ai fait état tout à l’heure ne respectent pas mes concitoyens. »

L’enregistrement audio de cet échange est disponible ici :

Cet article est publié dans avec comme tags Arrêté contre la mendicité, FB, Fort de Nogent, Nogent, SDF, www
Un commentaire pour Arrêté anti-mendicité : Jacques J.P. Martin s’explique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *