Société | Nogent-Sur-Marne | 03/05/2010
Réagir Par

Le 123 bd de Strasbourg en débat à la réunion de quartier

La réunion de quartier plaisance qui s’est tenue le 14 avril dernier a été l’occasion de parler du projet de construction de nouveaux logements sociaux sur le parking du 123 boulevard de Strasbourg (photo). Un projet controversé par certains habitants du quartier, habitants ou non du 123, et qui a déjà donné lieu à pétition.

Les riverains présents à la rencontre de quartier (qui comptait quelques 50 personnes) ont d’une part exprimé leur réserve concernant l’accumulation de logements sociaux dans le même quartier, et émis d’autre part le souhait de travaux urgents dans les HLM existants, citant les ascenseurs en panne, l’état du parking et les problèmes de bruit. Ils ont également relancé leur demande d’un distributeur bancaire dans le quartier.

Les travaux de réhabilitation devraient commencer d’ici la fin de l’année

Sur ces points, le maire, Jacques JP Martin, a commencé par rappeler le besoin en logements sociaux de la ville, précisant que sur les 1100 logements sociaux que compte la commune, seuls 15 à 20 se libèrent chaque année pour 700 demandes d’emménagement, et de citer également le prix du foncier peu propice à l’investissement HLM. Il a ensuite insisté sur le fait que la plupart des projets de logements sociaux en ville sont actuellement des PLS (ce qui correspond au haut de gamme du logement social) que l’on confond avec les autres immeubles, et rappelé les projets privés en cours dans le quartier des Maréchaux. Il s’est engagé à ce que les travaux de réhabilitation du 123 comme du 124 (les HBM rouges, en face) soient réalisés quelque soit l’issue du nouveau projet au numéro 123, avec des travaux qui devraient commencer d’ici la fin 2010. Pour rappel du contexte, les travaux de réhabilitation tout comme les nouveaux logements figurent dans le contrat de bail emphythéotique passé au printemps dernier entre la commune et Valophis Habitat (société  HLM du Val de Marne) pour gérer le parc HLM de la ville. Voir les billets précédents concernant le projet du 123 boulevard de Strasbourg et le contrat de bail emphytéotique. 

Pas encore de projet définitif au 123

Concernant le projet de nouveaux logements sociaux sur le parking du 123. Le maire a rappelé que le plan initial de 48 nouveaux appartements avait déjà évolué vers 14 maisons et que le projet restait encore ouvert à la concertation, plan des architectes à l’appui. Le projet définitif ne semble donc pas encore tranché.

Pas de distributeur de billet dans le quartier des Maréchaux

A propos du distributeur de billets attendu des habitants, l’élu a indiqué que seule la Banque postale accepterait d’installer un distributeur dans le quartier mais que pour l’instant, l’établissement trouvait qu’il n’y avait pas assez de population.

Cet article est publié dans avec comme tags , , ,
28 commentaires pour Le 123 bd de Strasbourg en débat à la réunion de quartier
  • Hallucinant ! La concentration des logements sociaux là-haut est le résultat scandaleux de la politique de guettoïsation de monsieur Nungesser à l’époque ! Mme Debaecker en 1995 a été élue pour stopper certains programmes qui venaient d’être signés pour densifier encore ! Mme Debaecker qui désormais vote toutes les délibérations de la majorité municipale a donc la mémoire courte ! Je constate deux choses au vu des échanges lors de cette réunion de quartier :
    1/ Mr Martin pilote à vue et recule pas à pas devant l’expression populaire (les élections cantonales approchent !)
    2/concernant le distributeur de billets, il se réfugie derrière la frilosité supposée de la Banque postale ! Aux maraîchaux c’est non seulement un distributeur qu’il faudrait mais aussi un bureau de poste !
    Il est tant qu’un conseiller général motivé et disponible soit présent à Nogent, pour s’occuper des problèmes réels des nogentais ! Le grand Paris ne nous intéresse pas et le fait que notre conseiller général soit par ailleurs président de l’Union des conseillers généraux de France nous fait une belle jambe ! Permet elle de négocier l’ouverture d’un distributeur de billets à Nogent ? Il semble bien que non !
    Au fait, une telle fonction donne t elle droit à des indemnités ? Indemnités par ci, indemnités par là…

  • Petit rappel des épisodes précédents :
    le bail emphytéotique prévoit la première tranche de réhabilitation dès janvier 2010
    cf http://gillesm.perso.neuf.fr/OPH/Projet%20BE%20OPHNOGENT%20OPAC%2015062009%20%282%29.doc
    et la réhabilitation ne dépend absolument pas des nouveaux logements prévus sur le parking du 123 Bld de Strasbourg
    Rien n’oblige le maire à concentrer tous les logements sociaux dans le même quartier
    il s’était engagé vis à vis du préfet (contrat de mixité sociale) à imposer 30% de logements sociaux à Eiffage et il a annulé cette obligation (sans aucune contrepartie ?)

  • @Bruno
    Indemnités par ci, indemnités par là…
    ne soyons pas naifs
    c’est ce qui tient le système
    et qui garantit les comportements de godillots

  • Cher Bruno Morfin, ne seriez-vous pas vous-même un peu en campagne là ?

  • Vous n’avez rien compris au « DEVELOPPEMENT DURABLE » du maire:
    Quoi de plus DURABLE que le BETON ?

  • Concernant le distributeur c’est vrai que ça manque beaucoup !Maintenant le coup de « il n’y a pas assez de monde  » laisse dubitatif ….

  • Si j’étais banquier, pour installer un distributeur, je ne prendrais en considération pas tant le nombre de retraits prévisibles que leurs montants. Mieux vaux un retrait de 100€ que trois de 10 !
    Mais si j’étais banquier, je ne le dirais pas.

  • 4@Cécile Dubois
    Ah bon ?
    Certes, je souhaiterais faire une suggestion au super administrateur du site
    A quelle adresse le joindre ?

  • à Bruno Morfin , encore une fois c’est la faute du Maire s’il n’y a pas de distributeur dans le quartier des maréchaux. C’est du ressort d’une banque, donc d’une entreprise privée et non pas de la collectivité d’estimer l’opportunité de son installation.Vous lui reprochez d’être dirigiste , et il faudrait qu’il décide d’un distributeur .Vous êtes plein de contradictions. Les considérations sont économiques , si un distribeur s’avérait intéressant à cet endroit , vous pensez bien qu’une banque l’aurait déjà installé.Et puis bientôt on nous dira que le distributeur créé un lien social……

  • Oui, un distributeur à Nogent créé un lien social: j’ai été agressé par deux jeunes « étrangers » alors que je retirais des billets à la Sté Gle (Mairie) un dimanche matin il y a qq mois. Il n’y avait personne, sans doute étaient-ils à l’affut derrière une voiture. Trop maladroits, ils sont intervenus quelques secondes trop tôt.
    C’est une forme de lien social, non ?

  • Effectivement, mais le lien social autait été plus probant si vous aviez pu les « ficeler » et les remettre à la police…

  • @ mr morfin …..la ce n est plus étonnant mais plutôt ridicule …a vous entendre ….et pour résumer ..;tout est la faute de notre maire ….et bien allez ….osez prendre l engagement d’installer un bureau de poste et un distributeur au maréchaux ….j ose espérer que vous n êtes pas naïf a ce point , de croire que nos politiques règlent tout ??? ..si ????.si vous pouviez un peu ….arrêter de dénigrer et être une vraie force de proposition constructive ….enfin je pense que vous commencer à mettre mal a l aise vos amis qui tenteront de prendre la mairie …prochainement ….prenez exemple sur Monsieur Gilles ..lui est un vrai opposant mais dans un cadre de respect , de tolérance et surtout ….DE PROPOSITIONS …..bon je m emballe , je m emballe …..c’est mauvais pour mon cœur ca …..bonne soirée a tous

  • à 9) 1nogentais et 12) étonnant:
    Lorsque le bureau de poste du Port a été créé, c’est bien sur la demande insistante de Nungesser (pour valoriser l’ensemble immobilier)
    De même pour celui dernièrement installé place Leclerc. Annie Lhamer avait proposé les Maréchaux, mais les trois bureaux se seraient trouvés décentrés à l’est de la commune, loin du Pôle RER. Gouverner, c’est prévoir.
    Et oui, la Municipalité propose et la Poste dispose.

  • C’est plus qu’hallucinant!!Pour le maire,toutes mais alors toutes les raisons sont bonnes pour ne rien faire aux Maréchaux.
    Ce qui est clair,c’est que la majorité des occupants ne veulent plus de lui. Qu’il prenne la peine de voir les resultats des bureaux de vote aux dernières regionales. A sa place, je me ferais beaucoup de souci pour les cantonales.

  • A « étonnant » dont je ne connais pas le nom…
    Une proposition, oui : je pense que le Maire devrait s’occuper davantage du quartier des maréchaux que du « grand paris dont il parle tant aux réunions de quartiers (on a un ministre pour cela) !
    je crois qu’un élu plus disponible sur le terrain serait plus efficace pour traiter ce genre d’attentes des ses concitoyens ! c’est une conception du mandat politique que je défends, ça n’est pas une attaque contre un homme…jean Aymar souligne l’éventuaité d’un fort rejet à l’occasion des prochaine cantonales : pourquoi ? Parce qu’un maire qui cumule plusieurs mandats ne peut plus être efficace et crédible ! Qui trop embrasse, mal étreint dit le bon sens populaire ! Surtout si le conseiller général en exercice se représente pour la cinquième fois ! Naturellement, les électeurs souhaitent de nouvelles têtes…

  • bien d’accord sur la remarque.

  • Bruno,je suis bien d’accord avec vous. Parler sans cesse du
    Grand Paris alors que les hlm rouges sont dans un état ignoble
    est une veritable incongruité.
    Responsable du Grand Paris,C’est une indemnité de plus qui
    permet de cumuler les indemnités et … on laisse tomber sa ville
    pour faire des voyages etc…… un cinquième mandat,c’est
    rocambolesque……Le maire conseiller general en sursis est
    atteint de nungesserisation aigue…..J’aimerais que quelqu’un
    m’explique comment il pourrait gagner les cantonales. Tirer sa
    reference apres 4 mandats serait plus élégant, non??

  • A jean AYMARD
    Merci de partager ces quelques remarques de bon sens.
    C’est vrai, jusqu’à il y a quelques jours, j’avais prévu de me présenter ! Ma vie professionnelle me prends trop et je souhaite m’y consacrer jusqu’à 60 ans. Je n’ai rien à cacher. je sais que certains -et de qualité – relèveront le défi : c’est la démocratie et la critique des faiblesses de celle-ci est trop facile lorsque l’on ne se mouille pas. Le statut de l’homme politique et la condition de l’exercice de ses mandats est une question essentielle pour notre démocratie actuelle. Si l’on veut réconcilier les citoyens avec celui-ci.
    Attention, le maire de Nogent briguait la présidence de « paris métropole » et il est aussi président de l' »Union des conseillers généraux de france ». Est ce que ces fonctions ouvrent le droit à des indemnités ? Les candidats devront mettre tout sur la table leurs salaires, indemnités et patrimoine afin de permettre une véritable transparence.
    Le Maire /conseiller général de Nogent sur marne vient d’annoncer à son équipe municipale qu’il comptait bien se représenter aux prochaines cantonales. Ce que j’ai avançé se confirme bien donc.

  • Le non-cumul des salaires, indemnités et autres avantages calmerait les ardeurs de certains à se mettre au service du bien public.

  • ce qui est en cause, ce n’est pas le principe de l’indemnité liée au mandat : c’est le cumul et ses excès (avec tous les effets pervers que cela génère). Je connais des hommes poltiques hyper débordés mais qui se croient indispensables. La compétence est une chose : elle fait partie du politique mais celui-ci ne s’y réduit pas. Un politique, quelle que soit l’importance de son mandat, n’est pas un PDG (ce serait alors la dérive technocratique de la démocratie). C’est là où l’on voit le lien entre éthique personnelle et engagement politique. Qu’entendez vous par « ardeurs » ? S’il s’agit de l’ambition à tous prix : on peut avoir peur de ces gens là.

  • Je vais essayé pour vous de préciser ma pensée:
    >>> pour justifier le cumul, les politiques mettent en avant le « Bien Public » qui serait mieux servi par un élu disposant de plusieurs mandats [par exemple être à la fois député et maire permettrait, selon eux, de rester en contact avec « le terrain »] que par deux représentants élus. J’ai donc voulu dire que, s’il n’y avait pas la carotte financière, on distinguerait alors ceux qui continueraient avec « ardeur » de ceux qui renonceraient à servir les intérêts communs grâce au cumul.

  • Je comprends mieux. Les mandats sont très différents : certains sont compatibles avec une vie professionnelle. Les activités professionnelles sont différentes : par exemple les fonctionnaires se mettent en disponibilité (ils « pantouflent »). Les autres font comme ils peuvent : certains abandonnent la vie professionnelle et du coup vivent de la poplitique (ils cherchent alors à cumuler ). Cette démarche est compréhensible mais a incontestatblement des effets pervers. La question du cumul revient périodiquement en discussion à l’assemblée nationale. En gros, depuis 20 ans, les conditions de ce cumul -comme la durée des mandats- se resserre. Le Président a dorénavant un mandat de 5 ans renouvelable 1 seule fois (aux USA, il est de 4 ans).
    Cette renouvelabilté n’est pas suffisamment encadrée pour les mandats locaux. j’oubliais : les sénateurs ont dorénavant un mandat de 6 ans (et non plus de 9 ans !). R Nungesser, en 1995, briguait son 7ème mandat ! Monsieur Martin, en 2011, briguera son 5ème mandat de conseiller général. le paradoxe, c’est qu’il préside l’Union nationale des conseillers généraux de France. Or cette instance a délibéré récemment sur le renouvellement du mandat : l’opinion qui s’est dégagée est que trois mandats successifs maximum devraient être la norme ! C’est le président qui a communiqué lui-même le résultat de cette délibération (qui ne peut avoir force de loi !). Cela veut bien dire que petit à petit l’idée et la restriction font leur chemin. Cela étant, si la loi ne l’impose pas, les électeurs peuvent trancher : en démocratie, le citoyen est roi !

  • Le citoyen est le roi d’un jour, d’un seul jour, celui de l’élection.
    Souvent, il ne peut choisir que le (ou les candidats) qui lui sont imposés par les partis. Ou s’abstenir, le vote blanc n’étant pas reconnu. Et le (ou les) candidat sortant bénéficie des réseaux, du clientèlisme qu’il a pu développer pendant la durée de son mandat, et d’user des moyens publics. Ce qui lui permet de s’accrocher à son siège si par ailleurs il n’a pas trop démérité.

  • @dixneuf
    Si le citoyen veut exister, libre à lui de se mobiliser pour :
    1, affirmer ses attentes (notamment en s’exprimant lors des enquêtes publiques, je suis allé voir la commissaire enquêteur sur la modification de POS qui va supprimer 38 places de parking sur le pôle RER, j’étais le premier « visiteur » depuis 3 semaines que l’enquête est lancée)
    cf http://m.gilles.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=286:non-a-la-suppression-des-places-de-stationnement&catid=37:urbanisme&Itemid=61
    .
    2, exerce un contrôle sur la gestion publique
    exemple caricatural : le dépassement de 2,9 millions d’euros dans la construction de l’Ecole Léornard de Vinci
    qui demande des comptes ? et ce soir la majorité va régulariser sans exiger une analyse du dérapage
    cf. http://m.gilles.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=293:rigueur-et-derapage&catid=36:finances&Itemid=69
    .
    3, quant à se faire imposer la loi des partis avec toutes les petites combines, le citoyen peut refuser de voter pour le candidat que le parti sélectionne
    encore faut-il prendre le temps de choisir la bonne personne
    ou de s »organiser pour qu’une alternative existe
    .
    le vrai danger est le fatalisme, avec son corollaire l’abstention, qui permet toutes les dérives

  • a 24 Gilles
    1) Le citoyen lambda croit que c’est trop compliqué pour lui, et c’est là que les associations devraient intervenir, sans se faire d’illusions sur l’efficacité de la démarche, il ne sera pas tenu compte des observations portées sur le registre de l’enquête publique, tout est « ficelé » j’ai pu m’en rendre compte lors de modifications ou remplacements du POS. Du temps de Nungesser, une participation importante, surtout des Associations (Le Côteau, Les Riverains de la rue de Coulmiers et d’autres) n’avait rien empêché, et le maire avait eu le culot de considérer comme favorables à son projet tous ceux qui ne s’étaient pas manifestés !
    2) Ce soir les « godillots » vont voter comme d’habitude…L’opposition pourra toujours s’égosiller!
    – Les dépenses supplémentaires ne sont pas perdues pour tout le monde. La grande force d’une entreprise est de présenter un projet avec un prix concurrentiel mais qui demandera des travaux supplémentaires. Il parait que B….. était très fort.
    3) l’abstention: à quand la reconnaissance du vote blanc?
    En ce qui concerne les décisions concernant l’urbanisme, je ne dirais pas comme vous que c’est le fatalisme le plus grand danger, mais l’indifférence des gens pour ce qui ne concerne pas leur environnement immédiat. Ceux des quartiers du port, de la mairie, des maréchaux se fichent pas mal de ce que va devnir la place Pierre Sémard, par exemple.
    Les associations ne peuvent pas jouer pleinement leur rôle, quelles qu’elles soient il y faut des dirigeants disponibles, volontaires, compétents, dévoués qui disposent du temps nécessaire, ne se découragent pas, faute de quoi elles végètent. La plus ancienne de Nogent est dans ce cas.

  • Le dépassement de plus de 3 millions d’euros a l’ecole europeenne LEONARD DE VINCI…. C’est scandaleux… A part le valeureux Michel Gilles personne n’en parle.Les élus doivent faire leur travail: ou est passé l’argent? Il nous faut des chiffres.
    Les élus de la majorité n’ont pas intéret a faire les moutons silencieux.
    Le CANARD ENCHAINé va aussi enquèter.

  • à @26
    Pouvez vous donner quelques précisions sur ce qui vous scandalise ?
    Merci par avance.

  • OK, j’ai pris connaissance de l’affaire…
    j’ai voté en 2002 l’enveloppe de départ et je découvre le dépassement en final du coût de l’opération (2 900 0000 €)
    c’est effectivement inadmissible à ce niveau là, même si les dépassements sont toujours pratiqués (on peut prévoir un marge dans le prévisionnel : 10% je crois). mai là, on est à près d’un tiers. De 2006 à 2008, on a réduit l’impôt local pour corriger les hausses très importants de 2002 et 2004. Mr martin gère à la petite semaine. depuis sa réelection, en 2008, il n’a pas lancé la procédure du PLU, là aussi , on peut ‘interroger. Il se targue de ne pas augmenter les impôts mais pour combien de temps ? La population scolaire s’emballe en raison des constructions immobilières sur toute la ville. Léonard de Vinci -entre autres- est saturé et l’on prévoit des extensions…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *