Société | Accueil Val de Marne (94) Nogent-Sur-Marne | 04/11/2010
Réagir Par

Les théâtrales Charles Dullin : journée monologue à Fontenay

Publicité

Dans le cadre des Théâtrales Charles Dullin, un festival qui se tient tous les deux ans dans le département, l’Espace Gérard Philippe de Fontenay sous Bois accueillera une journée monologue, Les Voix singulières, le dimanche 14 novembre à partir de 11h30.  Au programme : quatre pièces écrites pour une voix (voir détail ci-dessous). Possibilité de déjeuner sur place.

 Renseignements et réservation.

Voir le programme complet des Théâtrales Charles Dullin 2010.

11h30 – Fantaisies
Compagnie Sambre – Texte et mise en scène : Carole Thibaut – Chorégraphie : Philippe Ménard
Avec Carole Thibaut
Une femme entre et au début tout va bien, idéalement bien, car cette femme répond parfaitement à l’image de la femme idéale. Mais peu à peu , à travers la multitude d’images qui la constituent femme, la créature se perd.

 

 

15h – Product
Texte : Mark Ravenhill – Traduction : Séverinne Magois – Mise en scène : Sylvain Creuzevault en collaboration avec Lionel Gonzalez
Avec Christian Benedetti, Alexandra Flandrin
Un producteur de film essaie de convaincre une actrice de jouer un film où la tragédie du 11 septembre est le fil conducteur. L’auteur démonte le processus de la fiction en écrivant un film dans la pièce. Le film devient la pièce. Product est le film.

 17h – Les vipères se parfument au jasmin
Texte : Nasser Djemaï – Dramaturgie et mise en scène : Natacha Dier – Création musicale : Alexandre Meyer
Avec Nasser Djemaï
Prise en étau entre une famille au bord de l’expulsion et un dangereux prétendant fortuné, Shéhérazade, réduite aux plus absurdes des mensonges, s’engage dans un numéro de funambule, oscillant entre un précipice insondable et les portes de la gloire.

20h30 – Au milieu du désordre
De et par Pierre Meunier
Pierre Meunier parle des pierres, des ressorts, des tas, de la chute, du mouvement. Autant de questions et d’expériences qui ouvrent un espace de partage avec le spectateur autour de l’idée du temps rare – et pourtant si nécessaire – à accorder aux choses et aux gens pour pouvoir percevoir autrement… Le temps de s’étonner, s’émouvoir, rire.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi