Société | | 16/04/2010
Réagir Par

Logement social : le Conseil général du Val de Marne met la pression

Le Conseil général du Val de Marne a décidé d’investir cette année 38 millions € dans la construction de logements sociaux. Afin d’inciter les communes du département à construire du logement social  pour les foyers les plus légers d’argent, le département a dans le même temps assorti sa décision d’une suppression des aides départementales aux communes ne respectant pas la

loi SRU (loi de Solidarité de renouvellement urbain, qui oblige les communes à disposer de 20 % de logements sociaux ou verser une amende) et qui, lorsqu’elle construisent du logement social, privilégient la catégorie la plus haut de gamme.

PLS dans le collimator

Les logements sociaux se répartissent en effet en trois catégories, allant de 5-6 € à 12-13 € du m2 mensuel, conditionnés à des revenus allant de deux smics à  plus de 5 000 € mensuels pour un même foyer de quatre personnes (voir le barême détaillé). Trois catégories, PLAI (Prêt locatif aidé d’intégration), PLUS (Prêt locatif à usage social) et PLS (Prêt locatif social) adaptés chacun à des profils différents, des foyers en grande difficulté aux classes moyennes confrontées à l’explosion des prix du foncier en région parisienne.

Ces trois catégories sont comptabilisées de la même manière dans le cadre de la loi SRU et il appartient à chaque commune de décider en fonction des projets et de la demande des habitants. Dans les villes peu enclines au logement social et où le foncier est très cher, il est donc assez tentant de privilégier le PLS car il est plus facile à équilibrer financièrement et cible des populations appartenant à la classe moyenne, suscitant moins de hantise de la part des futurs voisins rarement disposés à accueillir des familles en grande difficulté à côté de chez eux.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
7 commentaires pour Logement social : le Conseil général du Val de Marne met la pression
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi