Société | Nogent-Sur-Marne | 22/05/2010
Réagir Par

Nicolas Sarkozy assistera aux obsèques de l’ancienne policière municipale de Nogent

Agent de la police municipale de Nogent sur Marne de 2003 à 2005 – une première affectation qui lui a valu la médaille de la ville – avant de rejoindre celle de Villiers sur Marne, Aurélie Fouquet est décédée jeudi soir à 27 ans,  suite à la fusillade meurtrière de l’autoroute A4 (voir billet précédent). Ses obsèques auront lieu à Villiers sur Marne mercredi prochain en présence du président de la république, Nicolas Sarkozy. Il s’agit du premier décès par balles d’un policier municipal en mission. La France compte au total environ 30 000 policiers municipaux.

Cet article est publié dans avec comme tags , , , , , ,
17 commentaires pour Nicolas Sarkozy assistera aux obsèques de l’ancienne policière municipale de Nogent
  • « La France compte au total environ 30 000 policiers municipaux. » Ce chiffre est erroné car l’effectif réel approche les 18 000 agents.

    Polices municipales : mythes et réalités

    http://moreas.blog.lemonde.fr/files/2010/02/polices-municipales-mythes-et-realites.1266141018.pdf

  • apparement, vous les politiques de tous bords, êtes bien moins éloquent à ce sujet …… c’est moins prenant qu’un bon vieux conseil Municipal !

    Ne changez rien

  • @Brice
    je crois qu’il faut éviter la récupération politique de ce type d’évènement
    que le Président assiste aux obsèques, que le ministre de l’intérieur garantisse que tous les moyens sont mobilisés pour retrouver les auteurs, c’est très bien
    en faire plus, à chaud, serait inconvenant
    le problème des bandes sur armées, de la violence gratuite, sont des évolutions regrettables que connaissent également d’autres pays
    Ma position est qu’il faut prendre les mesures qui s’imposent :
    l’arsenal des Lopsi (des contrôles, fouilles de véhicules, de la vidéo surveillance, …) certes
    mais aussi de la police de proximité pour observer la délinquance dans les quartiers de non-droit
    et pour éviter la prolifération de ces quartiers en dehors du droit commun, il faut une vraie politique de mixité sociale (par exemple en fixant un seuil maximal pour les logements sociaux dans un quartier)
    ensuite la délinquance s’observe toujours , à un moment donné, au niveau des flux financiers (notamment le blanchiment). Il faut avoir une politique de contrôle fiscal beaucoup plus courageuse. Mais il paraît que c’est politiquement pas correct (cf la réaction du Maire à mon poisson d’avril)
    arrêtons donc l’hypocrisie : une partie de la classe politique a besoin de la délinquance pour faire peur à l’électorat ce qui explique que le mal ne soit pas attaqué à la racine.

  • La mort tragique de la jeune policière municipale, Aurélie FOUQUET, victime de la fusillade de l’autoroute A4 nous plonge dans une profonde affliction.

    Cette jeune femme, mère d’un petit garçon, Alexis, avait été en poste à NOGENT où elle a laissé une image extrêmement positive.

    C’est la démonstration , hélas, que la Police Municipale est également très exposée dans les missions difficiles que sont la protection et la sécurité des populations.

  • Après sa prestation ridicule et peu glorieuse du 1er avril dernier, Mr GILLES, en tant que fonctionnaire émérite des finances, a voulu et continue de montrer toutes les facettes de son intelligence. Oubliant, en chemin, qu’il est, à NOGENT, un conseiller municipal d’opposition, étiqueté « Nouveau Centre », normalement proche de l’UMP, il porte sur la vie politique nationale et locale un regard d’entomologiste, plus en commentateur détaché et ironique qu’en élu aux prises avec les réalités et conscient de ses devoirs et responsabilités particulières.

    Il mélange, sans vergogne et sur un ton sarcastique déplaisant les sujets les plus graves : policière lâchement abattue, « récupération politique », « vidéo-surveillance », « seuil maximal de logements sociaux dans un quartier », délinquance financière, blanchiment d’argent, hypocrisie généralisée indiquant même « qu’une partie de la classe politique a besoin de la délinquance pour faire peur à l’électorat, ce qui explique que le mal ne soit pas attaqué à la racine ».

    Alors, Mr GILLES, dans votre style lyrique, vous représentez bien ce type de commentateur satirique et irresponsable en quête d’une certaine morale esthétique, sans véritable fondement.

    Montrez-vous davantage courageux sur le terrain en vous identifiant, le glaive brandi contre le crime, les injustices, la prévarication. Fondez, par exemple, un nouveau parti « révolutionnaire » qui vous ferait connaître et où vous pourriez exprimer votre personnalité profonde, vos capacités réelles et votre éthique personnelle pour voler au secours de la France en détresse.

    Sinon, lancez-vous dans le journalisme d’opinion et essayez de séduire un certain…….électorat.

  • Quel bonheur de vous savoir en vie !
    Votre disparition pendant de trop longues semaines nous a fait craindre le pire
    Sans vous que deviendrait Nogent Citoyen ?
    Une espace de dialogue entre gens respectables et incapables de ramper dans la fange?
    Quelle horreur !
    Depuis Le Caravage nous savons que l’obscurité fait naître la lumière,
    Merci de nous revenir telle qu’en vous même.
    Et, s’il vous plait, continuez à nous abreuver de vos pensées les plus noires
    ,
    P,S, @Brice
    Voilà la démonstration de ce qu’il fallait éviter
    en sur réagissant à chaud sur un événement dramatique, on fait le lit des extrêmes
    la mémoire de cette jeune femme, qui a donné sa vie pour sauver les nôtres, méritait mieux

  • Aujourd’hui, jour des obsèques d’Aurélie FOUQUET, ayons une pensée sincère pour sa famille et la Police dans son ensemble.

    Le commentaire n°3 de Mr GILLES est d’autant plus malvenu qu’il intervient en cette circonstance dramatique qui force le respect.

  • Le sanglant fait divers de Villiers-sur-Marne est un drame aux conséquences incalculables et irréversibles pour les victimes et leurs proches, mais cette tragédie n’en demeure pas moins (heureusement) exceptionnelle (comme l’a démontré Laurent Mucchielli : « Des métiers à risque, mais (heureusement) de moins en moins meurtriers »), donc à relativiser (et non à oublier). D’ailleurs, la France n’est pas le Mexique, ni la Colombie, le Nigeria ou l’Afrique du Sud, pays où la violence est endémique.

    En outre, la douleur et l’émotion ne doivent pas cacher une autre réalité : un gardien de police municipale n’est pas un gardien de la paix, mais la confusion demeure en raison de leur homonymie (cf. « Polices municipales : mythes et réalités » sur le blog de Georges Moréas) et de leurs conditions d’emploi dans certaines localités.

    Enfin, on peut dénoncer la tentation bien réelle du gouvernement actuel, qui supprime des milliers de postes de fonctionnaires de police nationale et de militaires de gendarmerie, de transformer les agents de police municipale en supplétifs dans une perspective répressive et de compenser par la même occasion ses insuffisances en la matière tout en faisant payer l’addition aux collectivités territoriales.

  • HUMILIATION : Un conseiller municipal de Noisy-le-Sec refuse de rendre hommage à Aurèlie Fouquet !
    Consternation et colère une fois de plus, à Noisy le sec où la ville est humiliée et va être pointée du regard, suite à l’attitude effrontée, indécente et déplacée d’un conseiller municipal (du groupe de Gilles Garnier -PCF- La gauche qui vous ressemble, s’assemble) , lors de la réunion publique du conseil municipal du jeudi 27 mai 2010 :

  • Tel serait le souhait que nous formulerions face à l’ignominie d’un élu municipal de gauche du 93.
    Mme le maire de Noisy-le-sec, lors de son conseil municipal du 27 mai 2010, a voulu honorer comme il se doit, la mémoire d’Aurélie FOUQUET, jeune maman policière, lâchement abattue par de vulgaires voyous. En ce 30 mai 2010, jour de fête des mères, je ne peux m’empêcher de penser à elle…à son époux et à son petit garçon d’ un an, et à la peine qui doit être la leur en ce jour mémorable où son absence doit être PESANTE.

    Stupéfaction,…alors que les élus s’apprêtaient à s’exécuter, un ignoble  » goujat », irrespectueux, dans un excés de zèle politicard, s’est permis de ternir la mémoire d’Aurélie. Dans un language pateux, approximatif, aux relents de mauvais vin, il a voulu s’opposer à cette décision, finissant par braver le conseil en refusant de se lever.

    Ajoutant l’horreur à l’horreur, le ridicule au ridicule, il amplifie la peine des proches d’Aurélie, qui forcément doivent être au courant de ce triste épisode.
    Face à ce manque de respect, nous espérons que le conseil municipal prendra non seulement des mesures d’exclusion à son égard, mais entamera des poursuites!

    Il s’agit là d’un être indigne de toutes responsabilités, abject et je pense que la municipalité de Villiers sur Marne ne devrait pour la mémoire d’Aurélie, ne pas laisser les choses en l’état!
    Nous souhaiterions de plus, une réaction des services de l’état!!!

  • Voici ce qui circule actuellement sur le Net :
    http://www.93sang30.com/2010/05/humiliation-un-conseiller-municipal-de-noisy-le-sec-refuse-de-rendre-hommage-a-aurelie-fouquet/

    Un acte stupide mais dans le cas présent, on est en pleine manipulation puisque l’auteur de cette vidéo joue à fond sur l’émotion. D’ailleurs, cette vidéo circule en boucle sur le Net où elle est allègrement commentée ; c’est la curée : les propos y sont tout aussi imbéciles que l’attitude dénoncée, voire carrément vulgaires.
    Personne ne relève, cependant, que ce conseiller municipal se retrouve seul dans son refus puisque ses voisins se lèvent pour rendre hommage à la victime, ni qu’il est affilié à Lutte Ouvrière (extrême gauche) et non au PCF. En outre, l’hommage à la victime n’a pas été rendu dans toutes les communes de France.
    Toutefois, l’ampleur de l’hommage démontre à lui seul le caractère rarissime de cette tragédie.
    Enfin, je constate que les gardiens de la paix ou les gendarmes morts en service au cours de cette année ou des précédentes n’ont pas eu de tels hommages. Deux poids, deux mesures ?
    Dès lors, toute polémique est inutile, sauf à vouloir exploiter ce drame.

  • Communiqué de presse de la maire de Noisy-le-Sec suite à l’incident évoqué :
    http://www.aldapereira.fr/wp-content/communique_30mai2010.pdf

  • Il est effectivement regrettable d’exploiter ce drame d’un côté comme de l’autre :
    • L’utilisation politicienne de la mort d’un policier ou gendarme, ou soldat ou tout autre représentant de l’Etat (exemple Erignac) est indécente
    cf http://www.20minutes.fr/article/391830/Politique-Francois-Fillon-annonce-la-mort-d-un-policier-bien-vivant.php
    • Réciproquement refuser de rendre hommage à une personne décédée dans l’exercice de ses fonctions, au service de l’intérêt général, est inacceptable
    .
    Essayons de rester digne en refusant la surenchère

  • Quel gros con ! Et que dire de son « excuse » , son histoire d’ouvriers qui meurent toute les minutes …. rassurez moi, il est pas rémunérer ?

  • Je n’approuve pas la démarche de ce conseiller municipal. Toutefois, hormis l’exagération, il y a une logique dans ses propos relatifs à la mortalité ouvrière. Prenons à titre d’exemple le secteur du BTP pour illustrer ses dires.

    Le BTP est le secteur d’activité qui présente le plus haut niveau de risque et qui déplore le plus grand nombre de décès : 158 morts en 2006, 184 en 2007, 155 en 2008. Néanmoins, la tendance globale depuis 1990 est plutôt à la baisse (361 décès en 1990), même si le BTP recense toujours un quart des accidents mortels alors qu’il représente seulement 7,2 % des emplois ; la mortalité y est de 1,42 décès pour 10 000 salariés, soit un taux plus de trois fois supérieure à la moyenne nationale, tous secteurs confondus.

    Les chutes de hauteur sont la principale cause d’accidents graves et de mortalité dans ce secteur d’activité (27,7 %) ; les décès résultent surtout de chutes de toitures, terrasses, verrières et aussi d’échafaudages et coffrages.

    Si les accidents mortels sont en baisse, le nombre des maladies professionnelles a, par contre, fortement progressé dans le BTP ; ce qui, soit dit en passant, démontre l’impérieuse nécessité de prendre réellement en compte la pénibilité professionnelle dans la réforme en cours des retraites, donc de passer outre les fortes réticences du Medef à ce sujet.

    Source : http://www.inrs.fr/htm/statistiques_accidents_travail_maladies.html

  • Police municipale : Derrière le drame de Villiers-sur-Marne, le désengagement de l’État
    http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2183&id=17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *