Société | Nogent-Sur-Marne | 06/05/2010
Réagir Par

Nuisances sonores en ville

Quel niveau sonore notre environnement impose-t-il à nos oreilles ? C’est à cette question que doivent répondre les cartes de bruit stratégiques, rendues obligatoires par une directive européenne de 2002 et disponibles pour le Val de Marne depuis janvier dernier (voir précédent billet). Au-delà de cette cartographie, comment améliorer la situation concrètement, c’est ce qu’ont demandé les habitants à l’occasion des dernières réunions de quartier.

Selon le baromètre Santé Environnement (2007) de l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé, 71 % des Franciliens seraient gênés par le bruit, sans influence de l’âge et du sexe. Première source de gêne : la circulation routière (49 % des répondants à l’enquête), suivie des bruit de voisinage (39 %), des avions (19 %), des deux roues à moteur (16 %), des trains (6 %) et des chantiers (6 %). Deux tiers des Franciliens considèrent même que le bruit a un impact sur leur santé et un quart en ont déjà ressenti les effets. Les sources de bruit principales de notre région : les routes, chemins de fer et avions.

C’est pour statuer précisément sur ces niveaux de bruit que des cartes de bruit stratégiques ont été réalisées. Dans le Val de Marne, c’est l’organisme BruitParif qui s’est chargé de ces mesures pour le compte du Conseil général, les cartes étant ensuite actées dans les conseils municipaux de chaque commune. Elles sont en ligne depuis janvier et permettent de visualiser n’importe quelle zone du département.

Sur les villes de Nogent et le Perreux, il est aisé de repérer les lignes de RER E et A,  les autoroutes A4 et A86 et les grands axes routiers urbains comme le boulevard de Strasbourg – boulevard d’Alsace Lorraine ou la rue descendant depuis la sous-préfecture jusqu’au pont de Bry ou encore la Grande rue et l’avenue Ledru Rollin. Nos cités ne souffrent en revanche d’aucun bruit industriel. Les cartes n’indiquent pas non plus de nuisance sonore liée aux avions.

Lors de la série des réunions de quartiers de mars avril, une synthèse de ces cartes a été présentée en préambule de chaque rencontre, l’occasion pour les habitants de témoigner de leur confrontation personnelle au bruit, citant les bruits d’hélicoptère, sirènes de police, moto ou RER. Un habitant s’est aussi inquiété de l’utilisation qui serait faite de ces cartes de bruit stratégique, craignant qu’elles n’induisent à terme des obligations d’isolation phonique pour les propriétaires ou des diagnostics obligatoires supplémentaires lors des transactions immobilières.

RER A, à quand les protections phoniques ?

Parmi les principales sources de pollution sonore, le RER A fait l’objet de quelques requêtes de la part des riverains.  Jusqu’à présent, des travaux de protections sonores ont en effet été effectués sur les communes de Saint Mandé, Vincennes et Fontenay sous Bois qui souffraient d’un haut niveau de décibels, mais elles se sont arrêtées à cette station. Sur ce point, le maire de Nogent, Jacques JP Martin, a indiqué que des demandes étaient en cours pour installer des déflecteurs qui renverraient le bruit dans les tranchées sur le segment entre Fontenay et Nogent. La problématique est différente entre Nogent et Joinville, portion qui ne se situe pas dans une tranchée et nécessite des protections plus hautes. A moyen terme, le remplacement des anciennes rames par de nouvelles, moins bruyantes, devraient diminuer le niveau sonore.

Nouveau revêtement sur une partie du boulevard de Strasbourg

Concernant le boulevard de Strasbourg, le maire a indiqué qu’une partie de la chaussée, entre l’intersection avec les boulevards Georges V – Galliéni et le lycée Louis Armand, avait déjà fait l’objet d’un revêtement alvéolé qui atténue les bruits et qu’une seconde portion concernerait prochainement le début du boulevard, côté place Leclerc.

Inquiétudes concernant le futur chantier autour de la station de RER A

A propos des inquiétudes de riverains de la station de RER A, relatives au futur chantier de réaménagement du site, le maire a précisé qu’il s’agissait de «déconstruire» et non de démolir, et que le chantier serait réalisé selon des normes HQE.

Cartes de bruit stratégiques et PLU

Au-delà de la confirmation cartographiée des principales sources de nuisance sonore, les cartes de bruit stratégiques ont aussi pour objet de contribuer à élaborer des Plans de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE) au niveau de chaque grande agglomération, qui consistent en des plans d’action pour prévenir et réduire le bruit et protéger les zones calmes. Les cartes doivent aussi être intégrées dans l’élaboration du PLU (Plan local d’urbanisme).

Pour en savoir plus :

Télécharger la synthèse de l’étude de l’observatoire régional de la santé sur la perception des bruits en Ile de France

En savoir plus sur les Plans de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE)

En savoir plus sur le lien entre PLU et le bruit, voir l’ouvrage réalisé sur cette question par le pôle compétence bruit de l’Isère.

Liens utiles :

Bruitparif

Centre de documentation et d’information sur le bruit

4 commentaires pour Nuisances sonores en ville
  • A propos de revêtement qui atténue les bruits, pourquoi persister dans la pose de pavés (bruyants) comme au carrefour Smith Champion/ Agnès Sorel quand on veut mettre en avant les atouts d’une zone 30? A ce jour les autorités compétentes n’ont toujours pas donné de réponse.

  • POLE RER

    Y at’il une personne qui pourrait m’expliquer la différence entre déconstruire et démolir (langage politique ou manière de se moquer des citoyens nogentais.

  • Question métaphysique par excellence ! Je ne sais dans quel document se trouve cet emploi : les travaux du chantier de la cité des affaires au Pôe RER A ?
    Venez voir la construction du parking régional actuelle : il y a des plateaux fortement bétonnés (les utilisera donc tels quels dans le cadre de la construction future ? Un architecte pourrait il nous éclairer à ce sujet ? Cela est fort improbable : déconstruire, je ne sais, démolir sans doute…

  • Détendez-vous en visionnant un documentaire Web canadien sur l’écologie sonore. Premier paysage: la ville! Un documentaire Web sur la pollution sonore et notre incapacité à soutenir le silence: http://interactif.onf.ca/ecologiesonore/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *