Société | Nogent-Sur-Marne | 13/04/2010
Réagir Par

Opération j’aime les HLM près de chez moi

Si  une majorité d’habitants s’accordent  sur la nécessité des logements sociaux, peu souhaitent les voir investir leur immeuble ou  s’ériger dans leur quartier. La crainte de nouveaux HLM suscite ainsi des interpellations récurrentes lors des réunions de quartier. Souhaitant faire entendre une voix différente, l’association ATD Quart Monde a lancé une campagne nationale « J’écris à mon maire » visant au contraire à réclamer plus de logement social dans sa ville.

Objectif :  Inciter un maximum de personnes à écrire à leur élu pour témoigner de leur solidarité envers les familles en grande difficulté et de leur  soutien en faveur de toute initiative de développement de logements sociaux, rappelant les principes de la loi DALO (Droit au logement opposable). A Nogent sur Marne et au Perreux sur Marne, cette initiative est relayée par l’association SNL (Solidarités nouvelles pour le logement), dont l’objet est de développer des logements d’urgence passerelle et d’accompagner leurs habitants le temps qu’ils retrouvent une solution d’habitat pérenne. Voir le modèle de lettre. (En savoir plus sur la SNL)

Premières réponses d’élus

Une douzaine de maires ont déjà répondu, qui détaillent pour  la plupart leurs projets en cours sans toutefois les replacer concrètement dans les objectifs de la loi SRU, en dehors de Paris, Marcq en Baroeul et Pontoise (Pontoise étant déjà au-dessus des objectifs avec 37 % de logements sociaux). Certains, comme  Jean-Claude Quintard, maire de Vert le Grand (Essonne) ou Mathieu Darnaud, maire de Guilherand Granges (Ardèche) font part des obstacles auxquels ils sont confrontés, qu’il s’agisse de la difficile équation financière pour la société HLM ou du manque de foncier disponible. Quelques renvois de balle entre gauche et droite aussi, comme à Paris où le représentant du maire de Paris, Bertrand Delannoé (PS), après avoir rendu compte de son plan, rappelle que la loi a confié à l’Etat le pilotage et le financement des luttes contre l’exclusion tandis que la maire du septième arrondissement, Rachida Dati (UMP), indique qu’elle n’a aucune possibilité d’action dans ce domaine qui relève de la compétence du maire de Paris, qu’elle interpelle régulièrement sur ce sujet. Le député-maire du quinzième arrondissement, Philippe Goujon (UMP) expose pour sa part l’ensemble des programmes votés par son conseil d’arrondissement.

En savoir plus sur cette initiative d’ATD Quart Monde.
Voir les réponses des maires

Cet article est publié dans avec comme tags , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *