Société | Nogent-Sur-Marne | 21/05/2010
Réagir Par

Enquête publique sur le stationnement : plus de 100 pétitions

Environ 115 pétitions ont été envoyées au rapporteur de l’enquête publique concernant le projet de modification de l’article 12 du POS pour instaurer un quota d’une place de parking pour quatre chambres dans les résidences services (qui accueille des studettes individuelles) de Nogent sur Marne. Explications et réactions du maire, Jacques J-P Martin.

Les enquêtes publiques attirent généralement peu les foules et le grand cahier ouvert aux commentaires est souvent quasi vierge au terme de la consultation. Ce n’est pas le cas cette fois-ci. Comme souvent, peu de personnes se sont certes déplacées pour donner leur avis : à peine une dizaine. Mais le rapporteur a reçu un grand nombre de courriers, surtout à partir du 11 mai, essentiellement constitués de pétitions. (Voir la pétition sur le site du conseiller municipal Michel Gilles, ainsi que son article sur la question).

Une place pour deux

Motif de la contestation : le ratio proposé de une place de parking pour quatre studettes alors qu’il est prévu un rapport de un sur deux (+ emplacement autocar) pour les résidences hôtelières et un rapport de un pour un concernant les studios. Les pétitionnaires considèrent que la résidence de services est à mi-chemin entre les deux et devrait par conséquent bénéficier de une place pour deux studettes. Leur crainte : un sous-dimensionnement du futur parking du RER A qui hébergera notamment les places dédiées à la future résidence services (qui sera située à côté de l’immeuble de la pharmacie), et des difficultés croissantes à se garer dans le quartier. Les autres résidences services de la ville déjà en projet (celle de la rue Hoche, celle de l’angle Théodore Honoré Galliéni et celle déjà achevée près du pont de Nogent, ont une place pour trois chambres).

 La réaction de Jacques J-P Martin, maire de la ville

«Le ratio de un sur quatre est suffisant car ces résidences n’ont pas vocation à accueillir des familles -sinon de manière exceptionnelle- mais des étudiants ou jeunes actifs qui se déplacent plutôt en moto ou transports en commun. La résidence qui sera située juste à côté de la station de RER A hébergera essentiellement des cadres d’entreprise en séminaire de travail ou de formation. J’ai visité deux résidences de ce type à Boulogne Billancourt, qui disposent d’une place pour quatre chambres et ne les utilise pas toutes, au point d’en louer une partie aux riverains. En outre, le code de l’urbanisme n’impose nullement de quota de stationnement par logement. Il n’y a aucune obligation de la commune en la matière. Nous le proposons dans le cadre du POS mais certaines villes ont arrêté d’imposer des ratios. Car il convient aussi de se demander si l’on souhaite ou pas aller dans le sens du Grenelle de l’environnement. Ce débat sera du reste posé lors de l’élaboration du PLU.»

 Saturation en surface et sous-utilisation du parking actuel

Au-delà de la question des stationnements induits par la résidence de services, il ressort des remarques un constat de difficulté à se garer sereinement à proximité du RER A. Le parking actuel de la gare est pourtant largement sous utilisé mais il n’en est pas de même pour les places en surface, à proximité des commerces.  Une étude récente a ainsi constaté jusqu’à 20 % de stationnement illicite dans le secteur au milieu de l’après-midi. Car soit les personnes n’ont pas envie d’aller dans le parking (aujourd’hui peu avenant), soit elles font une course rapide et préfèrent stationner quelques minutes en double-file le temps de poster leur lettre ou d’attraper leur baguette.

 100 places supplémentaires pour le futur parking du RER A

Le nouveau parc de stationnement qui sera construit dans le cadre du projet de réaménagement du pôle RER A (Cité d’affaires Nogent Baltard) conçu selon les standards d’aujourd’hui, sera sans doute plus rassurant et attractif. Il pose néanmoins une autre question qui est celle de l’accueil des personnes venant en voiture pour prendre leur RER. Environ 180 véhicules selon l’enquête, essentiellement originaires de Nogent sur Marne, Le Perreux sur Marne et Champigny sur Marne, dont un tiers se gare au parking actuel et le reste sur la voirie. Des voitures qui ne figurent pas dans la projection d’utilisation du futur parking de 530 places, qui a prévu des places réservées aux logements et à la résidence services, d’autres pour les salariés d’Eiffage Construction, les usagers de la clinique Armand Brillard, les visiteurs du soir du Pavillon Baltard et le public, mais pas les «rabattants» prenant leur véhicule jusqu’au RER, non plus que les voitures dîtes ventouses, qui stationnent en permanence. Un point sur lequel le maire indique avoir trouvé un accord avec le STIF (syndicat des transports en Ile de France, qui dépend de la région) : «Afin de prendre en considération la population des rabattants, le STIF nous a demandé de prévoir 100 places de parking supplémentaires dont il prendra en charge 50 % du financement. En parallèle, nous travaillons à rendre les transports en commun plus efficaces pour inciter les gens à les prendre. Concrètement, nous essayons dans le cadre de l’ACTEP (Associations des communes de l’Est parisien) de mettre en place un couloir en site propre pour le bus 113 sur la nationale 34, un enjeu important pour les stations de RER A de Neuilly Plaisance et Nogent sur Marne

Pour revenir à l’enquête publique sur le quota des places de stationnement des résidences de service, le rapporteur en charge du dossier, André Dumont, a indiqué rendre prochainement un mémoire suite aux différentes remarques des citoyens, auquel le maire apportera une réponse. Suite à cet échange, il rendra alors son rapport d’analyse dans lequel il formulera un avis, soit totalement favorable, soit favorable avec réserves ou recommandations, soit défavorable. D’ici-là,  une autre enquête publique aura sans doute démarré, celle qui concerne directement le projet de réaménagement du pôle RER A. Son rapporteur vient d’être désigné.

Petite précision sur le parc automobile nogentais (source INSEE)

– Plus de la moitié des foyers nogentais possèdent une voiture.
– Près d’un tiers des foyers possèdent deux voitures ou plus.

17 commentaires pour Enquête publique sur le stationnement : plus de 100 pétitions
  • La question du stationnement sur le projet Cité d’affaires du pôle RER A n’est qu’une facette de l’insuffisance fondamentale du projet. Mais même sur ce point, les nogentais n’ont pas encore pris la totale mesure du sous dimensionnement du futur parking et des problèmes à venir. Où les résidents du futur immeuble de la place Sémard (soixante logements sociaux) garreront leur véhicule ? La parking mutualisé est censé les recevoir : il est déjà sous dimensionné ! Les alentours de l’école Montalembert vont être impraticables ! Il est temps de réagir : les pétitions récentes vont se multiplier. Avec michel GILLES, nous ne cessons d’alerter les riverains sur ce projet au départ ciblé sur le remplacement du parking aérien et qui depuis est devenu une véritable usine à gaz. Et certains, naïvement, laissent entendre que cela ne coûtera rien pour la ville et le maire nous dit qu’on va mettre en place le PLU (alors que celui ci aurait dû précéder l’élaboration d’un tel projet !).
    Et qu’en est-il de la volumétrie du projet et des coûts réels de celui-ci ? La véritable enquête publique qui n’est toujours pas démarrée va peut être l’occasion de dénoncer les dérives d’un projet qui est en train de se révéler être un vrai cauchemard.

  • @Cécile, dans votre inventaire (« une seconde d’inattention
    et… cinq ou six ratons laveurs »), sauf erreur de ma part, auriez vous oublié la résidence RATP Pierre Sémard ❓

    « parking de 530 places, qui a prévu des places réservées aux logements et à la résidence services, d’autres pour les salariés d’Eiffage Construction, les usagers de la clinique Armand Brillard, les visiteurs du soir du Pavillon Baltard et le public, mais pas les «rabattants» prenant leur véhicule jusqu’au RER, non plus que les voitures dîtes ventouses, qui stationnent en permanence. »

  • Toute densification apporte un supplément de véhicules et deux problèmatiques: le stationnement et la circulation (sans parler des pollutions). S’arrêtera-t-on de bétonner avant la saturation dont nous sommes proches à certaines heures ?

  • Une nouvelle fois, merci à Nogent Citoyen d’informer les Nogentais
    Sur le site de la ville, pas un mot sur le résultat de cette enquête publique (un simple oubli ?).
    Ensuite quelques corrections par rapport à la langue de bois :
    pas vocation à accueillir des familles
    pour des familles le ratio est de 2 places par logement !
    le code de l’urbanisme n’impose nullement de quota de stationnement par logement
    le POS,l’article 12 objet de la modification scélérate, impose ce ratio
    une simple recherche sur internet montre que certaines communes exigent 1 place de stationnement par studio dans les résidences services
    aller dans le sens du Grenelle de l’environnement
    c’est oublier que l’UMP a sacrifié le Grenelle de l’environnement sur l’autel des ambitions, personnelles de Nicolas Sarkozy, l’auteur de « ça commence à bien faire ! »
    et le Grenelle de l’environnement n’a jamais préconisé d’encombrer la voirie publique avec des véhicules en stationnement illicite (dernière solution laissée aux Nogentais)
    le STIF nous a demandé de prévoir 100 places de parking supplémentaires dont il prendra en charge 50 % du financement
    tout d’abord ce n’est pas 100 places en plus, mais 200 places en moins !
    la fréquentation moyenne du parking est actuellement de 300 véhicules-jour
    cf http://m.gilles.free.fr/documents/urbanisme/2009%20-%20Compte%20rendu%20exploitation%20PSR%20Effia.PDF
    de plus, aujourd’hui, une partie du stationnement en rabattement est absorbé par l’offre en stationnement sur voirie (env. 120 véhicules sur l’ensemble du périmètre)
    cf http://m.gilles.free.fr/documents/urbanisme/2009%20-%20Etude%20du%20%20stationnement%20-%20CODRA.pdf qui évalue le rabattement à 185 véhicules.
    En réalité, c’est Eiffage qui impose ses contraintes.
    cf http://m.gilles.free.fr/documents/urbanisme/2010%20-%20Evaluation%20de%20la%20capacit%E9%20du%20projet%20de%20parking%20-%20Sareco.pdf
    La page 6, point 3.4, montre qu’ Eiffage est à l’origine du besoin de modification de l’article 12 du POS en réduisant d’autorité le nombre de places de stationnement pour sa résidence hôtelière.
    Et comme le dit Arena, rien n’est prévu pour les 4800 m2 (immeuble de 19 m de haut !) de la Place Sémard.
    Le seul objectif de toutes ces nuisances imposées aux Nogentais est de permettre à Eiffage de faire davantage de bénéfices

  • Satisfaire le Grenelle de l’environnement : peut-être Mr Martin devrait-il moins prendre sa voiture…
    Cela lui permettra aussi de ne pas téléphoner en conduisant…

  • Certain soutiennent que dans ces enquêtes publiques il n’est pratiquement pas tenu compte de observations et pétitions. Mais c’est normal, la Démocratie Participative a déjà joué son rôle et même au-delà (ce n’est pas moi qui le dit) le temps des discussions est passé. 🙂

  • à 5 Laurent:
    «  »Cela lui permettra aussi de ne pas téléphoner en conduisant… » »
    oui, mais à 30 à l’heure pour économiser le carburant
    grâce à un moteur au maximum de son rendement à cette allure.

  • « … Ces résidences ont pour vocation d’accueillir des étudiants ou jeunes actifs qui sont en fait des cadres d’entreprises en séminaires ou en formation qui se déplacent plutôt en moto ou en transports en commun … »

  • Saurons nous aujourd’hui quand commencera l’enquête publique sur le projet d’EIFFAGE ?
    Cécile DUBOIS indique que le commissaire enquêteur a été nommé par le Préfet : qu’en est il de l’enquête proprement dite et des expositions prévues à cet effet ?
    A ce jour, trop d’éléments du projet demeurent imprécis : sans certaines précisions , les citoyens risquent d’être bien en peine de formuler de manière appropriée leurs appréciations.

  • nogentais_en_scooter says:

    Dans le dernier magazine de la ville, dans la guerre aux 2 roues déclarée le 18 février dernier : 26 motos et scooters verbalisées sur la grand-rue, alors que 18 places étaient disponibles en surface et 10 en sous-sol, soit 28 places, quelle largesse : 2 places de turn-over pour garer un 2 roues à Nogent !!!! Voilà une bonne gestion prévisionnelle du stationnement, et combien d’heures doit-on tourner pour trouver les 2 places ???? Entrer dans le parking pour savoir s’il est complet ?

  • Et oui, la surface des rues n’est pas extensible, elle ne bénéficie pas de la croissance démographique due à la densification, tout se tient. « DURABLEMENT NOGENT », vous connaissez?

  • Un retour sur le conseil municipal du 26 mai ? a-t-il eu lieu ? Les documents sont ils disponibles ?

  • Ce n’était pas un conseil mais une commission
    j’ai mis en ligne les documents
    pour permettre notamment aux associations d’analyser le dossier
    http://m.gilles.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=304:avis-aux-associations-nogentaises&catid=37:urbanisme&Itemid=61
    et je leur propose une réunion de concertation
    A suivre

  • Tout s’explique, c’est écrit en clair dans la déclaration de projet (p5) : « création d’un parking de stationnement à usage du public en sous solde nouvelle génération, » … ‘en sous solde’, ça doit être cela les nouvelles normes comptables !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *