Société | Nogent-Sur-Marne | 19/03/2010
Réagir Par

Seconde pétition contre la construction de nouveaux logements sociaux au 123 boulevard de Strasbourg

Le bras de fer entre la mairie et une partie des habitants du quartier des Maréchaux se poursuit, à propos de la construction de nouveaux logements sociaux sur le parking du 123 boulevard de Strasbourg, déjà occupé par une barre de HLM. Après une première pétition cet automne, de nouvelles discussions,  le lancement d’une consultation des habitants actuels du 123 par la municipalité et des perspectives d’évolution du projet (construction de 14 maisons plutôt que de 48  appartements, toujours en logement social), le mouvement continue avec cette fois-ci une nouvelle pétition lancée par des habitants du quartier, réclamant le renoncement du projet sur ce parking.
Voir la pétition.  Adresse de collecte des pétitions :  Louisette Prévi 2 bis allée des Epivans 94130 Nogent sur Marne. Voir précédents billets sur ce sujet.

Cet article est publié dans avec comme tags 123 bd de Strasbourg, FB, HLM, , Nogent, Transfert du parc HLM
16 commentaires pour Seconde pétition contre la construction de nouveaux logements sociaux au 123 boulevard de Strasbourg
  • En 1995, nous avons été élus, avec E Debaecker, contre la politique de R Nungesser qui bétonnait la Ville et qui avait concentré les logements sociaux dans le « haut de nogent ».
    Personnellement je résidais précisément dans le haut de la rue Théodore Honoré. je connaissais parfaitement la situation du quartier et la densité excessive des logements sociaux sur le quartier. Certains contrats avaient été signés peu de temps avant notre élection. Mr Fontaine, le 1er adjoint de l’époque s’en souvient. on a tout essayé pour annuler avec Catherine Thibault et jacques Lethellier ces contrarts. On revient aux mêmes problèmes.
    Cette nouvelle concentration est dans la droite ligne de la politique de l’époque. mais où en est l’élaboration du PLU et d’un véritable travail prospectif à l’échelle de la Ville ?
    Dans nos réunions de quartier, on parle du Grand Paris, mais on ne s’occupe pas du « petit Nogent » ! Il est temps de désigner un conseiller général distinct du maire actuel et qui travaille sur de tels sujets laissés en friche et s’occupe réellement des habitants !

  • Nungesser, Debaecker, Martin mêmes principes et même punition …

    Du béton, aucune prospective, peu de logements sociaux (pour mémoire en 1995 le prix du foncier n’était pas rédhibitoire) pour figer un électorat supposé favorable …

    Dommage, cela ne fonctionne plus !

  • Bruno, les fameuses barres sur la rue Pierre Brossolette ont été construites sous l’aire Debaecker. On ne peut pas dire que ce couloir soit trés heureux. Vous parlez maintenant du PLU, combien de fois suis-je intervenue au CM pour le réclamer? Je veux bien comprendre que lorsqu’on est dans une majorité on doit être loyal, et pour rappel vous l’avez été pendant deux mandats, dont un premier qui pour moi a été catastrophique. Vous proposez maintenant de recommencer avec celles et ceux qui ont déjà géré. Il nous faut de nouvlles têtes

  • On comprend l’exaspération des habitants
    Pourquoi vouloir à tout prix construire de nouveaux logements sociaux sur la parking du 123 Bld de Strasbourg ?
    le projet initial était de 48 logements, devant la pression des locataires du 123, le projet a été ramené à 14 logements
    Ce qui démontre que ces logements sont sans utilité pour les travaux de réhabilitation dans les HBM (les « rouges ») alors que le motif officiel était de les utiliser pour des « opérations tiroir » pendant la réhabilitation
    Pourquoi concentrer tous les logements sociaux dans le même quartier et oser parler de mixité sociale ?
    Une opération pouvait montrer la volonté de faire de la mixité sociale : faire 30% de logements sociaux dans le programme de logements d’Eiffage sur le le pôle RER A -Baltard dans un quartier qui ne compte aujourd’hui aucun logement social
    L’engagement a été pris de le faire à la fois dans le contrat de mixité sociale signé avec le préfet et dans le plan local de l’habitat (PLH) adopté par la communauté d’agglomération
    Pourtant on a découvert lors du dernier conseil municipal qu’un nouveau cadeau était fait à Eiffage qui était maintenant exempté de construire ces 30% de logements sociaux.
    Combien de conseillers municipaux se sont émus de cette dérogation ? (écoutez la bande sonore sur ce site si vous avez un doute)
    ce n’est plus de la loyauté, c’est de la lâcheté

  • Ma réponse au commentaire 3 :
    -en 1999, mes désaccords avec Mme Debaecker m’ont valu une éviction pure et simple (je n’ai donc pas terminé le mandat)
    -j’ai rejoint le Maire actuel et vous savez dans quelles conditions nous l’avons emporté en 2001. J Letellier, chargé de l’urbanisme, s’était beaucoup investi sur le projet Léonard de vinci, projet phare de la mandature. Il est vrai qu’après son départ en 2006, le chantier du PLU a été renvoyé sine die.
    L’équipe actuelle, en 2008, aurait dû entamer sa mandature avec l’élaboration de celui ci. L’urbanisme va a volo, avec des projets élaborés au coup par coup. Avec un POS dépassé et obsolète mais qu’il faut toujours fair évoluer car il est le seul document règlementaire de la Ville. Le PLU, vous le savez intègre la question du logement social : la Ville paie des taxes car non conforme à la loi SRU et le logement est concentré » dans certaines zones etc. Les recettes fiscales augmentent à Nogent en 2010, non pas à cause de l’augmentation des taux mais parce qu’il y a plus de foyers fiscaux (donc plus d’habitants) etc.
    Je vous l’accorde, il faut des têtes de file nouvelles, mais qui sachent rassembler les compétences existantes.

  • A qui adresser la pétition ?
    Cette initiative courageuse est totalement justifiée.
    A Michel Gilles : sur la place Sémard (projet Cité des affaires), n’est il pas prévu un parc de logements sociaux ?
    C’est bien sur cet emplacement que la société EIFFAGE construira ?

  • De 48 logements , on est passé à 14 logements , ce qui montre l’inintérêt du projet en terme de logements sociiaux à Nogent sur marne. Halte à la concentration des logements sociaux dans Nogent Nord ! Il faut arrêter ce genre d’abérration La mixité sociale est inscrite dans les obligations de la loi. Il faut soutenir l’initiative de Louisette PREVI (2bis allée des Epivans).

  • 3- à Annie Lahmer. Ce qui a été construit du temps de Debaeker l’ a été sous l’égide du dernier et néfaste POS de Nungesser. Ce que l’on peut reprocher à ED c’est les années prisent pour un nouveau POS, elle aurait été mieux inspirée en s’appuyant sur les associations, elle aurait gagné du temps.

  • Rien n’obligeait Estelle Debaecker à continuer avec ce POS et à construire à tout va. Elle n’a simplement rien changé alors qu’elle avait l’occasion de mettre un terme aux erreurs antérieures.

  • où pouvons nous trouver la pétition ?
    merci

  • ne pas tenir compte de ma question, j’ai trouvé.

  • Bonjour, je suis habitant du 124, Bd de Strasbourg et on nous parle de déménagement lors des travaux de réhabilitation des logements. Par contre initialement prévu en 2009, c’est maintenant 2010 mais quelqu’un pourrait – il m’éclaircir à ce sujet et me donner une date plus précise ?
    Egalement je voudrais savoir où allons nous aller?
    Ce retard est peut – être dû à la polémique que je viens de lire plus haut.
    Merci de vos réponses. A bientôt

  • Le protocole d’accord signé avec Valophis en juin 2009 prévoyait de faire les travaux de réhabilitation par tranche entre le 1er janvier 2010 (rien n’était prévu en 2009) et fin 2012
    Et ce sans aucun rapport avec la construction des logements sur le parking du 123 Bld de Strasbourg. En effet, la livraison des 48 logements prévus au 123 n’était attendue que fin 2012 soit à la fin des travaux de réhabilitation. On ne pouvait donc pas utiliser ces 48 logements pour des relogements provisoires pendant les travaux de réhabilitation
    Donc il était nécessaire que Valophis joue sur les vacances d’appartement au sein de la cité HBM (dont le 124) et propose des rotations sur place (un relogement provisoire en attendant de refaire votre appartement)
    et si les vacances au sein des HBM étaient insuffisantes, il fallait que Valophis vous propose un logement provisoire dans une autre commune
    Depuis, compte tenu du refus des riverains de voir construire ces 48 logements au 123, le projet a été revu à la baisse (uniquement 14 logements). IL n’y a aucun lien avec ni en terme de calendrier, ni en nombre de logements, avec la réhabilitation des HBM.
    Si les travaux de réhabilitation sont en retard, c’est peut-être parce que l’avocat de Valophis a compris que le montage du bail risquait fortement d’être considéré comme illégal par le juge administratif. Valophis attend probablement la décision du juge.
    Mais les autres parties (maire, préfet) « jouent la montre » ce qui empêche le tribunal de conclure.
    Si tout le monde avait été de bonne foi, le tribunal aurait rendu sa décision au quatrième trimestre 2009
    Pour éviter ce retard, les requérants ont à plusieurs reprises proposé une renégociation du bail, proposition à laquelle il n’a jamais été répondu.

  • Encore un dossier où pour amortir des coûts de réhabilitation on se lance dans des opérations immobilières !
    La réunion de quartier , le 14 avril, à Guy Mocquet, va être chaude.
    Ce problème local est au diapason d’une problématique globale à Nogent. La densification est en marche. La Ville a besoin de recettes fiscales sans augmenter les taux d’imposition.
    Une politique urbanistique globale manque : les projets se font au coup par coup. Les habitants subissent. Mais les désagréments de la densification sont encore plus graves à long terme : certains équipements et services vont vite devenir obsolètes à Nogent. Cette politique à courte vue n’est pas acceptable. Les nogentais, pour la défense de leur ville, doivent se mobiliser contre. Cet impératif dépasse les clivages politiques.

  • que la ville ait besoin de recettes fiscales pour financer des équipements publics adaptés et permettant de répondre aux besoins d’une population qui s’est beaucoup accrue au cours des dernières années tombe sous le sens.
    Pour y parvenir, il existe deux possibilités notables : faire des « coups immobiliers » ou augmenter les taux d’imposition.
    Je rappelle qu’en matière immobilière, Nogent fait partie des communes qui dérogent à la solidarité nationale en refusant de construire des logements sociaux. Il s’agit d’un choix politique pas véritablement assumé.
    Il existe une troisème option : l’endettement. J’ai le sentiment que cette dernière option sera privilégiée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *