Société | Nogent-Sur-Marne | 07/05/2010
Réagir Par

Vidéosurveillance : Michel Gilles réclame la transparence sur les précautions éthiques

Alors que l’installation de 36 nouvelles caméras de vidéosurveillance à Nogent sur Marne devrait être votée au conseil municipal de lundi soir, le débat promet d’être vif. Pour l’heure, l’opposition s’inquiète des modalités de ce projet en termes d’éthique, réclamant communication de la charte qui sera appliquée ainsi que la composition du comité d’éthique. Conseiller municipal du groupe Nogent avec vous,

Michel Gilles a relancé une demande sur ces questions hier (voir son blog).

Un premier courrier avait été adressé en ce sens mi février, dans lequel l’élu d’opposition avait également demandé des précisions concernant la carte actuelle de la criminalité et les indicateurs de performance qui seront mis en place pour mesurer l’efficacité du dispositif. Autant d’informations qui nourriront le débat.

Concrètement, le conseil devrait acter la mise en place de ces nouvelles caméras pour un montant d’environ 600 000 € ainsi qu’une demande de subvention auprès du ministère de l’intérieur (voir précisions ci-dessous). En tant que rapporteur général de la Commission des finances, le maire du Perreux sur Marne, Gilles Carrez, a déjà  informé la commune début avril de l’inscription au budget du ministère de l’Intérieur, d’un montant de 100 000 €  pour tous travaux d’intérêt local.

Voir les précédents billets déjà publiés sur la vidéosurveillance à Nogent sur Marne

Pour information, voici aussi l’extrait du rapport aux membres du Conseil municipal concernant la vidéosurveillance

«  OBJET: DEMANDE DE SUBVENTION AUPRES DU MINISTERE DE L’INTERIEUR, DE L’OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LA MISE EN PLACE DE LA VIDEO PROTECTION URBAINE
Par délibération en date du 11 janvier 2010, le Conseil Municipal s’est prononcé en faveur d’une extension de la vidéo protection aux abords des gares, des collèges et lycées et de
tous bâtiments accueillant du public. Cette décision faisait suite à la réalisation » d’une étude relative à l’implantation de 36 nouvelles caméras qui viendraient s’ajouter aux 43 déjà existantes sur le territoire de la commune. La délibération du 11 janvier 2010 autorisait le Maire à solliciter l’état afin d’obtenir des financements destinés à couvrir 50% du coût total des travaux et de la fourniture du matériel. Par courrier en date du 7 avril 2010 M. Gilles CARREZ, Rapporteur Général de la Commission des Finances, de l’Économie Générale et du Contrôle Budgétaire, informe la commune de l’inscription, au budget du ministère de 1’1ntérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales, d’un montant de 100 000 €, pour des travaux d’intérêt local. Considérant la nécessité de s’inscrire dans le processus du développement de la vidéo protection urbaine afin de sécuriser des secteurs tels que les abords des lycées, les entrées .des gares des RER A et E, il convient d’engager les travaux dont la première phase est inscrite au budget de l’exercice 2010 et de pondérer la charge financière générée par ce dispositif par l’octroi de la subvention inscrite au budget du Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales. Afin de permettre aux services de l’État d’étudier ce dossier, il convient préalablement que le Conseil Municipal valide la réalisation de cette opération et autorise le Maire à demander tous concours financiers alloués par le Ministère de l’Intérieur, de ‘l’Outre-mer et des Collectivités territoriales et à signer tout acte relatif à ce dossier.
Les membres du Conseil Municipal sont amenés à délibérer sur le projet.
« 

Cet article est publié dans avec comme tags , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *