Société | Val de Marne | 07/10/2011
Réagir Par

Des secouristes de la Protection civile du Val de Marne en grève de la faim

Publicité

Une dizaine de secouristes bénévoles de l’Association départementale de la protection civile du Val de Marne (Adpc 94) ont entamé une grève de la faim depuis le mardi 4 octobre. Les raisons de leur colère : le retrait de l’agrément leur permettant d’assurer leurs missions de protection civile

et premiers secours lors d’évènements ainsi que leur activité de formation. A l’origine de cette situation, selon l’association départementale, un désaccord avec la politique de la Fédération nationale, visant à centraliser davantage son organisation, ceci dans le cadre de la loi de modernisation sur la protection civile.

Ainsi, les associations locales communales se sont elles dissoutes pour intégrer les associations départementales dont elles sont devenues des représentations territoriales. Une petite révolution dans l’organisation, qui a été parfois bien vécue, parfois un peu moins bien, en fonction des sites.

Concernant la région parisienne, le développement du concept d’un Grand Paris serait en ligne de mire. Et il s’agirait de réunir l’ensemble des départements de l’Ile de France pour mutualiser certains moyens et renforcer la visibilité de la fédération. Le problème : la majorité des départements de la petite couronne refusent cette régionalisation, non pas parce qu’ils sont contre sur le fond, mais parce que la démarche n’est pas suffisamment collégiale et fédérale. En attendant, la Protection civile de Paris a déjà commencé à poser un orteil à l’extérieur du périphérique avec une antenne à Thiais, dans le Val de Marne, malgré l’existence d’une association départementale, suite à un différent entre celle-ci et l’équipe de Thiais.

C’est suite à cette défection de l’antenne de Thiais que les relations entre l’association du Val de Marne et la fédération nationale se sont dégradées. L’Adpc 94 a en effet reproché à la Fédération d’avoir laissé Paris reprendre l’antenne de Thiais avec son matériel.

En outre, l’association val de marnaise refuse de se fondre dans l’organisation commune au Grand Paris. Courant 2010, la Fédération nationale obtient le retrait de l’agrément de l’ADPC 94 pour des raisons administratives mais l’Adpc 94 se défend en référé et gagne un sursis, car l’affaire n’est pas encore jugée sur le fond.

Mais début mai 2011, la Fédération nationale envoie un courrier à la Direction de la sécurité civile, pour indiquer qu’elle ne peut plus garantir les conditions d’exercice de l’association départementale et lui demande de supprimer son agrément, chose faite à l’occasion d’un arrêté ministériel du 11 juillet 2011. L’Adpc 94 tente un nouveau référé suspensif auprès du Conseil d’Etat. Mais elle est cette fois ci déboutée. Le juge des référés ne reconnaît pas le caractère d’urgence de la suspension de la décision en faisant valoir que, faute d’un agrément national, l’Adpc 94 peut en attendant le jugement demander un agrément départemental auprès de la préfecture. Problème : cela prend  concrètement plusieurs mois. En attendant le jugement sur le fond, l’association locale ne peut donc plus exercer ses missions de premier secours ni de formation au secourisme.

C’est dans ce contexte qu’une dizaine de secouristes de l’association locale ont démarré une grève de la faim à durée illimitée dans leurs locaux de Saint-Maur des Fossés. Voir leur communiqué. La Fédération nationale n’a jusqu’à présent pas communiqué publiquement sur le sujet.

L’Adpc 94 a également fait un film (voir ci-dessous) pour expliquer sa situation et créé une page Facebook. Au-delà du conflit entre la fédération nationale, l’association parisienne et l’association du Val de Marne, la concurrence entre les associations de protection civile ne date pas d’aujourd’hui dans le département, où se sont opposées ces dernières années UMPSA (devenue UDPS 94 depuis son entrée il y a un an dans le giron de l’ANPS, Association nationale des premiers secours).

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

4 commentaires pour Des secouristes de la Protection civile du Val de Marne en grève de la faim
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi