Société | Accueil Val de Marne (94) Nogent-Sur-Marne | 11/12/2011
Réagir Par

Faute grave pour un pot de peinture

Faute grave pour un pot de peinture
Publicité

L’ex-salarié d’un concessionnaire Renault de Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne) a intenté une procédure aux prud’hommes pour licenciement abusif, après avoir été démis de ses fonctions pour le vol de peinture.

Ce peintre-carrossier de 37 ans, employé depuis 10 ans par l’entreprise, avait été licencié pour faute grave en juillet après avoir récupéré un fond de pot de peinture. « Il s’agissait d’un rebut, dont l’objet était de réparer son propre véhicule », a expliqué Maître Renaud Rialland, affirmant que l’usage pour les salariés est de « ne pas payer les fournitures pour de petites réparations ». Le salarié, qui a saisi les prud’hommes de Villeneuve-Saint-Georges, conteste donc « la qualification de vol, les proportions de la sanction et les conditions de la fouille », a indiqué l’avocat.

« Même lorsque le vol est avéré, ce que nous contestons, un arrêt de la cour de cassation a conclu qu’il ne pouvait s’agir d’un motif de licenciement lorsque les fournitures étaient de faible valeur et lorsque le salarié avait une certaine ancienneté et n’avait pas posé de problèmes », a-t-il ajouté.

Le concessionnaire maintient pour sa part sa position. « On ne prend jamais une décision de ce type à la légère », s’est défendu Fernando Dos Santos, chef après-vente, qui a constaté les faits et signé la lettre de licenciement de l’ex-salarié. « Il faut laisser faire la justice », a-t-il ajouté.

 

 

L’audience de conciliation du 22 novembre ayant échoué, le jugement a été renvoyé à l’année prochaine. L’ex-employé, qui a retrouvé du travail depuis, réclame des indemnités de licenciement et des dommages et intérêts.

L’avocat du salarié entend pointer « une dynamique de grosses sociétés face à des ouvriers ou des employés ». « On n’imagine pas un cadre gagnant 4.000 à 6000 euros par mois être licencié pour avoir pris 20 pages de papier blanc », assure ainsi Maître Rialland, évoquant une affaire similaire chez Cora qui avait engagé en octobre une procédure de licenciement, avant d’y renoncer, à l’encontre une employée ayant récupéré un ticket pour un hamburger gratuit laissé à sa caisse par un client.
Source AFP

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Un commentaire pour Faute grave pour un pot de peinture
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi