Société | Nogent-Sur-Marne | 14/10/2011
Réagir Par

Interdiction de fouiller les poubelles : 3 questions au maire de Nogent

Publicité

Suite aux très nombreuses réactions suscitées par la publication d'un arrêté municipal interdisant de fouiller les poubelles (voir tous les articles à ce sujet), le maire de Nogent sur Marne, Jacques J-P Martin, défend sa décision. Il répond, en marge de la publication d'un nouveau communiqué (à lire ci-dessous), aux questions de Nogent Citoyen.

Nogent Citoyen : C’est le premier article de votre arrêté municipal, l’interdiction de fouiller les poubelles, qui a suscité la polémique. Pourquoi ne pas avoir limité cet arrêté aux deux autres articles, à savoir l’interdiction de déverser le contenu des poubelles dans la rue et l’interdiction de souiller la voie publique (urine, crachats)  ?

Jacques J-P Martin : Ces trois articles sont parfaitement cohérents. La fouille dans les poubelles constitue la première étape d’un processus de dégradation de l’espace public.En outre, se nourrir dans les poubelles met en cause sa santé personnelle. J’ai pris cet arrêté de salubrité et d’hygiène publique pour permettre à la police d’intervenir, de prendre l’identité des personnes et de leur présenter les différentes solutions qui existent dans la ville pour les aider. Il n’est pas possible que dans une ville comme Nogent, il y ait des personnes qui soient obligées de fouiller dans les poubelles pour se nourrir. Du reste, j’ai négocié avec le placier du marché que les commerçants mettent de côté, dans des barquettes et non dans des containers, les produits non vendus à la fin du marché. C’est cela le glanage. Mais nous constatons qu’il n’y a en général que deux personnes qui se présentent pour en bénéficier.

Nogent-Citoyen : Mais il y a aussi des personnes qui glanent dans les poubelles à proximité des supermarchés.

 

 

Jacques J-P Martin : Ces personnes là ne seront pas concernées par l’arrêté. La police municipale a des consignes pour ne pas importuner les personnes qui récupèrent des produits des supérettes. Notre arrêté n’interdit pas le glanage, qui figure dans le code Napoléon. Ce que que nous cherchons à stopper est la fouille par des personnes qui récupèrent des produits pour les revendre ensuite. Notre objectif n’est pas de verbaliser des gens qui ont faim.

Nogent-Citoyen : Avez-vous déjà procédé à des interpellations depuis la publication de cet arrêté ?

Jacques J-P Martin : La police municipale est intervenue auprès de 3-4 personnes mais il n’y a pas eu de verbalisation, nous sommes d’abord dans une phase de pédagogie. Il faut savoir également que le procès-verbal dressé par le policier ne correspond pas à une contravention à payer tout de suite comme pour un défaut de stationnement, mais est transmis au tribunal qui estime ensuite s’il doit ou non y avoir sanction.

Ci-dessous l’intégralité du communiqué publié ce jour , 14 octobre, par le maire :

« Arrêté relatif aux mesures de salubrité publique,
mise au point de la municipalité
Une mauvaise querelle, des commentaires intolérables !

CET ARRETE NE CONCERNE PAS LE GLANAGE

Avant d’accuser le maire de Nogent des pires vilenies, recommandons à celles et ceux qui ont donné un avis trop rapide de lire l’arrêté municipal pris le 16 septembre, avec une mise en œuvre (retour du contrôle de légalité) début octobre assortie d’une période de 3 mois consacrée à l’information et à la sensibilisation. Cet arrêté servira prioritairement à la police municipale afin qu’elle puisse intervenir lors de dégradations sur la voie publique relatives aux renversements sur les trottoirs des containers de déchets pour en extraire le contenu à des fins principalement de commerce, voire d’utilisation à des fins frauduleuses de documents administratifs (sécurité sociale, identité, bancaires).

Ce type de réglementation existe par ailleurs dans d’autres villes, dont Paris.

Les trois conseillers municipaux d’opposition qui ont déclenché la polémique, dans laquelle un certain nombre de médias se sont engouffrés, ont été informés par le maire qui a distribué une copie de l’arrêté en séance du conseil municipal le 3 octobre. Ces élus, qui contestent systématiquement les actions du maire et de sa majorité, avaient alors la possibilité d’intervenir ou de lui écrire, ce qu’ils n’ont pas fait. Ils ont préféré se lancer dans une opération de désinformation auprès du quotidien Le Parisien, qualifiant cet arrêté « d’anti-pauvres » du fait de l’interdiction du « glanage » de produits alimentaires dans les containers de déchets des habitants de Nogent.

Cet arrêté ne mentionne pas le « glanage », cette action étant depuis des années tolérée en fin de marchés, aux abords des magasins d’alimentation et des restaurants, à condition que les containers ne soient pas renversés sur la voie publique. D’ailleurs, aux dires du gestionnaire des marchés alimentaires, seules quelques personnes sont connues pour demander des produits en fin de marché, et c’est le plus souvent pour aider d’autres personnes en difficulté.

Les dispositifs municipaux qui ont été mis en place au plan des solidarités et de l’assistance aux personnes en difficulté permettent de couvrir les besoins des Nogentais qui traversent une mauvaise passe. Un plan de prévention, d’accompagnement et de protection des personnes vulnérables et en errance existe depuis plusieurs années à Nogent. Il est actualisé en permanence pour tenir compte des réalités sociales et économiques.

Comment certains donneurs de leçons peuvent-ils accepter qu’une collectivité laisse des personnes s’alimenter des déchets des autres dans des conditions d’insalubrité inqualifiable, sans intervenir pour leur proposer des aides qui respectent leur dignité ? Ces aides sont proposées au quotidien à Nogent, avec l’aide du Centre communal d’action sociale et de plusieurs associations.

D’ailleurs l’arrêté mentionné va permettre à la police municipale d’identifier les personnes qui fouillent dans les containers de déchets afin, prioritairement, de leur proposer des aides appropriées respectant leur dignité.

Puisse cette mise au point être reprise par les médias qui ont orchestré la polémique !

Une information complète sur la politique municipale de prévention et de protection sociales sera publiée dans le Magazine de Nogent.

Pour information : Avant d’affirmer, par une désinformation organisée, que l’arrêté municipal interdit le glanage, nous tenons à rappeler que cet arrêté n’évoque en aucun cas cette coutume parce qu’il n’est pas destiné à l’interdire, d’autant que le glanage est légal et autorisé dans le code pénal hérité du code Napoléon. »

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

34 commentaires pour Interdiction de fouiller les poubelles : 3 questions au maire de Nogent
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi