Société | Accueil Val de Marne (94) Nogent-Sur-Marne | 15/12/2011
Réagir Par

Fontenay : l’Ofpra se met en grève

Une partie du personnel de l’Office français pour la protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) a fait grève jeudi pour dénoncer une dégradation des conditions de travail, à l’appel du principal syndicat Asyl.

Quelque 70 grévistes sur 500 salariés dénonçaient notamment des « objectifs chiffrés » qui « leur permettent difficilement de remplir leur mission de service public et de garantir un traitement de qualité de la demande d’asile« , selon un communiqué du syndicat.

« Il y a un ras-le-bol assez général, un malaise qui touche l’ensemble du personnel« , a rapporté la secrétaire générale d’Action syndicale libre (Asyl), Sarah Schwab.
« Le traitement à la chaîne nuit à la qualité du travail« , a estimé un officier de protection, qui a expliqué ne plus avoir le temps de faire des recherches sur les dossiers soumis à l’Ofpra, dont le siège est à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne).

Les grévistes se sont plaints d’une charge de travail alourdie par l’ajout récent de l’Arménie, le Bangladesh, la Moldavie et le Monténégro à la liste des « pays d’origine sûrs« , dont les ressortissants auront désormais plus de difficultés à obtenir le statut de réfugié.
« Depuis cette décision, les demandeurs de ces pays doivent être reçus sous deux semaines« , a expliqué un officier.

L’Asyl dénonce enfin la « précarisation grandissante des agents, à travers notamment le recours désormais systématique aux contrats de courte durée (12 ou 18 mois) ».

La direction de l’Ofpra s’est dite « un peu surprise de ce mouvement d’humeur« , soulignant les avancées obtenues récemment: revalorisation du régime indemnitaire (primes), prolongation de 6 mois des contractuels initialement engagés pour 18 mois et recrutement par concours d’une dizaine d’agents titulaires au 4e trimestre 2012.
Source AFP

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Cet article est publié dans avec comme tags Asyl, , , OFPRA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi