Société | Nogent-Sur-Marne | 30/05/2011
Réagir Par

Nouvelles antennes relais : lettre ouverte contre lettre ouverte

Le projet d’implantation de nouvelles antennes relais Orange sur le toit de la mairie de Nogent sur Marne a suscité ces derniers jours une relation épistolaire soutenue entre le maire (UMP) de Nogent sur Marne, Jacques JP Martin, et son ancien adjoint passé dans l’opposition, Marc Arazi, leader du mouvement Nogent c’est maintenant.

Ce dernier a alerté les parents de la crèche du Jardin des lutins, située en face de l’Hôtel de ville, par plusieurs lettres ouvertes détaillant les risques de la proximité entre ce lieu accueillant de jeunes enfants et les antennes. C’est donc également par lettres ouvertes que le maire a répondu en indiquant les différentes mesures rassurantes déjà effectuées sur les sites et en assurant que le faisceau des nouvelles antennes ne serait pas dirigé vers la crèche.

Dernières missives : une lettre ouverte de Marc Arazi en date du 24 mai, (à lire sur son site Internet), à laquelle le maire a répondu le 25 mai (à lire ici), par un courrier rappelant également le danger  encore plus important de l’usage du téléphone portable lui-même par les enfants.

Voir billet détaillé sur ce projet d’installation et la polémique qu’il a suscité lors du dernier Conseil municipal.

4 commentaires pour Nouvelles antennes relais : lettre ouverte contre lettre ouverte
  • Je partage à 200 % l’avis de Marc ARAZI concernant les antennes relais, sujet très préoccupant, qui touche particulièrement la santé des enfants.

  • Je ne connais pas précisément ce problème mais il y a une constante dans notre pays : dès que le sujet est soulevé par les défenseurs de l’environnement, il est considéré comme mineur par nos ingénieurs officiels (apparemment très influents auprès de nos politiques). Pourtant, les premiers n’ont aucun intérêt pécuniaire dans leur démarche. Relisez l’histoire de l’amiante et vous serez effarés par la lenteur des prises de décision et surtout par les magouilles (« Comité pour l’amiante » phagocyté par les industriels) pour ralentir le process. Même chose pour le Mediator avec des méthodes dignes de la maffia pour intimider les voix qui s’élèvent. Pourquoi faut-il toujours que nous attendions les décisions des pays du Nord de l’Europe ou des directives internationales pour changer ?

  • @ Laurent
    « Pourtant, les premiers n’ont aucun intérêt pécuniaire dans leur démarche »
    Et si ! C’est bien là le problème
    les contrôleurs sont payés par les contrôlés
    l’indépendance et l’impartialité ne sont pas des valeurs très répandues dans la société française
    pour le Médiator, il semblerait que l’argent allait même jusqu’au financement des politiques
    le projet de loi promis par N Sarkozy sur les conflits d’intérêt mettra peut-être fin à ces systèmes
    un dossier à suivre pour AntiCor

  • @ Michel GILLES : Je voulais parler des défenseurs de l’environnement. Je participe depuis quelques mois au CA d’une ONG (environnement) qui compte des scientifiques, des juristes et des bénévoles. Tous sont animés par l’intérêt général et pourtant, c’est toujours la logique économico-industrielle à court terme qui l’emporte lors de décisions du coté de politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *