Société | Accueil Val de Marne (94) Nogent-Sur-Marne | 13/12/2011
Réagir Par

Patrick Henry en grève de la faim à la Maison d’arrêt de Fresnes

C’est un détenu très emblématique que la Maison d’arrêt de Fresnes accueille depuis quelques jours en la personne de Patrick Henry. Reconnu coupable du meurtre d’un enfant de huit enfants suite à un enlèvement contre rançon en 1977, l’homme fut lors de son procès l’une des incarnations de la lutte contre la peine de mort

grâce à la plaidoirie de Robert Badinter, quelques années avant l’abolition de la peine capitale.

Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, il fit une sortie de prison, en liberté conditionnelle, très médiatique en 2001. Embauché chez un éditeur-imprimeur normand, il ne réussit pourtant pas vraiment à se réinsérer et fut à nouveau condamné quelques mois plus tard pour vol à l’étalage puis trafic de stupéfiant, arrêté en octobre 2002 en Espagne avec 10 kilos de cannabis. De quoi révoquer sa liberté conditionnelle.

A nouveau sous les verrous depuis 9 ans, Patrick Henry, désormais âgé de 58 ans, a n’a pas obtenu de nouvelle libération conditionnelle depuis. C’est dans ce contexte qu’il a entamé une grève de la faim le 14 novembre dernier. Détenu à la prison de Saint-Maur (Indre), il a été transféré et hospitalisé à la Maison d’arrêt de Fresnes (Val de Marne) le vendredi 9 décembre.
(source AFP)

 

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Cet article est publié dans avec comme tags , Grève de la faim, , Peine de mort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi