Société | Accueil Val de Marne (94) Val de Marne | 27/09/2011
Réagir Par

Premières Autolib à Paris ce weekend… et bientôt dans le Val de Marne!

Premières Autolib à Paris ce weekend… et bientôt dans le Val de Marne!
Publicité

Les toutes premières voitures électriques bleues, les « Bluecar », ouvriront leurs portières au public dès ce weekend (1er octobre) à Paris. Le principe, comme pour le Vélib, consiste à louer pour une courte durée ( à partir d’une demi-heure) à  partir d’une station et de laisser sa monture à une autre station.  Pour commencer,

66 véhicules seront mis à disposition à partir de 33 stations.

Le déploiement complet des 1100 stations (et 3500 voitures) de la capitale et des 46 communes de banlieue participantes devrait survenir au printemps 2012. Dans le Val de Marne, 75 stations sont déjà prévues dans onze communes, dont une vingtaine rien qu’à Créteil, et trois nouvelles communes envisagent de rejoindre le mouvement (voir tableau ci-dessous).

Combien ça coûte ?

Pour utiliser ce service de location express, il faut d’abord s’abonner, à l’année (12 € par mois si l’on est tout seul, 11 € si l’on est en famille), à la semaine (15 €) ou à la journée (10 €). Le coût de la demi-heure varie ensuite en fonction du forfait et de la durée, comme pour le Vélib,  ceci afin d’inciter à rendre la voiture rapidement, même si la durée de location n’est pas limitée. A noter que les consommations horaires seront comptées à la minute près, après 20 premières minutes indivisibles.
Abonnement à l’année : 5 € la première demi-heure, 4 € la seconde demi-heure, 6 € les demi-heures suivantes. (+ l’abonnement de 12 € ou 11€ par mois)
Abonnement pour une semaine ou une journée : 7 € la première demi-heure, 6 € la seconde demi-heure, 8 € les demi-heures suivantes. (+ 15 € d’abonnement pour la semaine ou 10 € pour la journée)

Comment s’abonner ?

Pour s’abonner, il faut d’abord se munir de son permis de conduire, d’une pièce d’identité (carte nationale d’identité ou passeport en cours de validité) et d’une carte bancaire (Carte Bleue, Visa, Mastercard ou American Express), puis se rendre soit dans un Espace Autolib (dans certaines stations seulement) pour s’enregistrer auprès d’un agent d’accueil, soit aux bornes automatiques d’abonnement, reliées à un agent par visioconférence. Il est aussi possible de se pré-abonner par Internet. Voir le site Autolib.

Comment ça marche ?

Une fois l’abonnement effectué, l’usager récupère un badge qui permet de déverrouiller le véhicule une fois réservé. Le principe, comme le Vélib Il est possible de réserver la « Bluecar » à l’avance – et aussi de réserver la place d’arrivée, à l’avance ou en cours de route. Les voitures sont équipées d’un GPS et d’un bouton d’appel pour joindre un agent Autolib. Les voitures fonctionnent à l’électricité et sont rechargées à partir de bornes de recharge situées dans les stations Autolib. Les stations sont prévues pour accueillir 4 à 6 voitures (jusqu’à 10 dans les stations souterraines).

Financement des infrastructures

Ce nouveau dispositif est à la fois financé par l’opérateur, Bolloré, et les collectivités locales. Pour les villes, l’investissement est d’environ 50 000 € par station. Les communes et conseils généraux (selon l’axe routier sur lequel est située la station) récupèrent ensuite une redevance de 750 € par an par place de stationnement (4 à 6 places par station) de la part de Bolloré qui de son côté encaissera les abonnements. Dans le Val de Marne et la Seine Saint Denis, les Conseils généraux ont indiqué qu’ils renonçaient à toucher ses redevances afin de faciliter le lancement du service. D’après les premières estimations effectuées par le Syndicat Autolib (constitué des collectivités participantes) et de l’opérateur, le service devrait être rentable à partir de 200 000 usagers et une utilisation moyenne des véhicules de 7 heures par jour.

Carte de l’implantation Autolib

 

Pour en savoir plus :
Voir le site Internet d’Autolib
Voir le site institutionnel d’Autolib

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi