Société | Val de Marne | 19/10/2011
Réagir Par

Terminus Boissy pour tous les RER A 2 : les élus passent à l’offensive

Terminus Boissy pour tous les RER A 2 : les élus passent à l’offensive
Publicité

Pas loin d'une centaine d'élus municipaux des communes du plateau briard et des villes voisines ont hier soir bravé la pluie et le RER A aux heures de pointe pour tenir conseil au pied de la station Sucy-Bonneuil. Sous un chapiteau les protégeant à peine des gouttes, les édiles des douze communes* directement concernées par la desserte du RER A entre la Varenne Chennevières et Boissy Saint Léger, ayant chacun revêtu leur écharpe tricolore, ont fait un voeu commun pour exiger que la ligne A2 du RER s'arrête systématiquement à Boissy Saint Léger.

« Lorsque l’on se trouve sur le quai du RER à Paris, il faut attendre un train sur 6 pour rejoindre Sucy Bonneuil ou Boissy Saint Léger, car 2 trains sur 3 empruntent la branche Val de Fontenay – Marne la Vallée et sur la branche qui va vers Boissy, un train sur deux s’arrêt à la Varenne Chennevières ! Sachant qu’il y a souvent des problèmes de ponctualité sur la ligne de RER A, le retour à temps pour aller chercher les enfants à la crèche le soir est particulièrement stressant. Le comble, c’est que lorsque l’on s’arrête pour attendre dans le froid, à la Varenne Chennevières, on s’aperçoit que le train qui repart ne fait pas demi-tour mais poursuit le plus souvent sa route, à vide, jusqu’à Boissy ! Et en plus, nous nous trouvons en zone 4 et payons donc plus cher pour un service moins bon!« , s’exclame Cédric Musso, conseiller municipal de Sucy en Brie, venu s’exprimer en tant que père de famille.

Entre 60 000 et 100 000 usagers concernés par jour

Au départ liée à un problème technique de voie de retour des trains, la situation a perduré malgré les travaux réalisés il y a quelques années pour permettre aux trains de se retourner facilement depuis Boissy. Systématiser le terminus à Boissy impliquerait néanmoins des frais supplémentaires évalués à 2 millions € par an pour le fonctionnement, ainsi qu’un investissement initial d’environ 12 à 14 millions car cela nécessiterait deux rames supplémentaires. Les usagers concernés par le tronçon en question sont évalués entre 60 000 et 100 000 par jour.

Le Schéma directeur de la ligne A en cours de définition

Alors que les instances décisionnelles, à savoir la RATP (entreprise d’Etat) et le STIF (syndicat des transports d’Ile de France qui dépend directement du Conseil régional) procèdent actuellement à des études pour définir le Schéma directeur de la ligne A dont le principe a été voté en février 2011 (après le dénouement du Grand Paris Express) et doivent finaliser ce dernier début 2012, il est stratégique pour les élus de défendre leur cause, car les projets liés à l’amélioration de la ligne A sont nombreux et ne verront pas tous le jour! Le voeu, formulé de manière symbolique hier soir par les maires, sera voté d’ici novembre au sein de chacun de leur Conseil municipal et devrait être également proposé au sein du Conseil général du Val de Marne. « Nous irons ensuite le porter en main propre au STIF« , a indiqué Marie-Caroline Ciuntu, maire (UMP) de Sucy en Brie à l’initiative de cette démarche.

 

 

Population et trafic croissants

La mise en service de nouvelles lignes renforçant le trafic du RER A, comme récemment la prolongation de la ligne 8 du métro, la ligne de bus 393 et prochainement les extensions de la ligne C et de la ligne D constituent en outre de nouveaux arguments d’actualité pour maintenir cette requête. De même que le développement économique sur place. « Nous avons une importante zone d’activité avec le port de Sucy Bonneuil et il y a 9000 salariés qui prennent les transports en commun chaque jour pour venir y travailler », a insisté Patrick Douet, maire (PCF) de Bonneuil sur Marne.

Les élus des communes concernées  ont également insisté sur la densification inéluctable de cette partie de la banlieue et demandé à ce qu’elle soit prise en compte. « On nous demande de densifier à proximité des gares et nous réalisons des projets en ce sens, mais il faut que les transports suivent », a ainsi posé Régis Charbonnier, maire (PS) de Boissy Saint Léger.

Plaider la cause de l’Est parisien

Comme sur la question d’un métro périphérique passant par le Val de Marne (initiative Orbival ardemment défendue par le département auprès de la région et du gouvernement dans le dossier Grand Paris Express),  élus de gauche comme de droite sont ici dans la même rame. Il s’agit de défendre la cause de l’Est parisien « toujours un peu défavorisé par rapport à l’Ouest », comme l’a rappelé Didier Gonzales, maire de Villeneuve le Roi (pas toujours au diapason avec ses collègues sur la question des transports… aériens), venu en tant que député. Même Laurent Lafon, Conseiller régional et maire (Nouveau Centre) de Vincennes, seule station du Val de Marne à bénéficier de l’arrêt de TOUS les RER A (qu’ils aillent à Boissy ou Marne la Vallée) était présent pour manifester son soutien.

* Sucy, Boissy, Bonneuil, Limeil Brévannes, Noiseau, Ormesson, Mandres les Roses, Marolles en Brie, Périgny sur Yerres, Santeny, Varennes-Jarcy, Villecresnes et la Communauté d’agglomération du Haut Val de Marne.

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi