Publicité
Publicité : WELCOME 94 - l'évènement 2019 pour les entrepreneurs du Val-de-Marne
Réagir Par

14 « Villes amies des enfants » dans le Val de Marne

14 « Villes amies des enfants » dans le Val de Marne
Publicité

Institué en France en 2002 par l’Unicef et l’Association des maires de France pour inciter les villes à considérer leur jeunes et en faire de véritables citoyens, le label « Ville amie des enfants » a déjà été obtenu par 14 villes dans le Val de Marne. Ce qui en fait le département record en la matière. Prochaine étape: la labellisation du département lui-même.  Mais en quoi consiste-donc ce label ? 

L’idée est née en 1996 d’un constat : 60 % des enfants du monde en développement vivront dans des villes en 2025 et le bien-être des enfants est l’indicateur suprême d’un habitat sain, d’une société démocratique et d’une bonne gestion des affaires publiques. C’est dans ce contexte, à l’occasion d ela  Conférence mondiale d’Istanbul sur les établissements humains (Habitat II) de 1996,  qu’a été initié par l’Unicef le label Ville amie des enfants, mis en oeuvre dès cette époque en Italie.

Objectif : Encourager les villes à être toujours plus accueillantes et accessibles aux enfants et aux jeunes, à améliorer leur sécurité, leur environnement, leur accès à la culture et aux loisirs, à favoriser leur éducation au civisme et leur insertion dans la vie de la cité, à les informer sur la situation et la vie des enfants dans le monde pour faire progresser un esprit de solidarité internationale, et enfin à promouvoir la connaissance de la Convention internationale des droits de l’enfant ainsi que le label Ville Amie des Enfants, et à célébrer la journée internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre de chaque année.

Concrètement, les villes qui souscrivent à ce label doivent s’engager dans cette démarche, qui passe, sur le terrain, au développement et à l’amélioration des lieux d’accueil – de la crèche aux pôles jeunesse, à l’intégration d’une dimension jeunesse dans les activités cultuelles et sportives de la ville, à la mise en place de conseils municipaux de l’enfance ou de comités des jeunes d’un quartier pour développer la citoyenneté et encore à l’organisation de manifestations. « Les jeunes doivent aussi pouvoir prendre la parole et proposer des idées« , défend Christian Lacroix, un retraité de la RATP qui a créé et anime le comité Unicef 94.

Dans le Val de Marne, c’est la ville de Thiais qui a montré l’exemple dès 2003, suivie de Fontenay puis de douze autres communes, ce qui représente au total 110 000 enfants dans le département. « En moyenne deux villes par année se joignent à nous. On vient de finaliser le dossier d’Ivry et la prochaine commune est Gentillly », indique Christian Lacroix, qui souhaite aussi développer le label Département ami des enfants., « Il y a déjà la Seine et Marne et le Doubs. Le Val de Marne a déposé son dossier mais c’est un travail de deux ans pour finaliser le projet.

Interventions dans les écoles et lycées

Au-delà du développement de ce label, le Comité Unicef 94 se mobilise aussi pour récolter des fonds pour l’ONG, via des ventes caritatives. Une cinquantaine de bénévoles se relaient  cette activité l’hiver. Le comité départemental agit aussi dans les établissements scolaires. « Ce sont les écoles qui nous contactent pour venir parler de questions comme l’accès à la santé, à l’eau, l’alimentation ou le sida ».  Parfois, l’actualité locale rattrape aussi l’association. « Lors qu’un jeune s’est fait tuer dans un lycée, avec lequel nous étions déjà en relation,  au Kremlin-Bicêtre, on nous a demandé d’intervenir. Le choc était terrible pour les jeunes. Nous avons alors parlé des enfants-soldats pour sensibiliser les lycéens », se souvient Christian Lacroix. « Il faut laisser les enfants avoir une vie d’enfant », conclut l’animateur du Comité Unicef 94.

Voir le site dédié au label Ville Amie des enfants
Voir le site de l’Unicef France
Coordonnées de l’Unicef Val de Marne

 


Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi