Société | Nogent-Sur-Marne | 09/02/2012
Réagir Par

30% de constructibilité supplémentaire: quel impact à Nogent ?

Comment sera mise en pratique à Nogent sur Marne l’annonce du président de la République, Nicolas Sarkozy (lors de son allocution télévisée du 29 janvier), d’augmenter de 30% les droits à construire des propriétaires ? Premiers éléments de réponse avec le maire de la ville, Jacques JP Martin.

«Tout d’abord, ce projet de loi est seulement en cours de finalisation et a déjà fait l’objet de plusieurs moutures avec Benoist Apparu (Secrétaire d’Etat au logement). Il devrait être soumis au parlement ce mois-ci. L’objectif est de contribuer à augmenter l’offre de logements et à rapprocher les habitants de leur lieu de travail plutôt que de poursuivre l’extension urbaine de plus en plus loin. Mais il s’agit d’une mesure transitoire qui ne doit durer que trois ans.

Son application passera par le Conseil municipal et nous aurons le choix entre consentir ces 30% de constructibilité supplémentaire sur tout le territoire, les refuser complètement ou les autoriser de manière ciblée, en fonction des quartiers.

Concernant Nogent sur Marne, il n’est pas question de l’appliquer unilatéralement ni de changer la figure de la ville en construisant par exemple des immeubles dans le quartier des Viselets ou du Coteau. Cet outil sera utilisé en priorité dans les quartiers résidentiels, pour permettre aux propriétaires de rajouter une pièce ou un garage. Sur le boulevard de Strasbourg, qui est déjà en zone UA (zone où la constructibilité est la plus importante), l’enjeu est de transformer cet axe en boulevard urbain et d’harmoniser la hauteur des bâtiments, sachant que la hauteur maximale restera de 19 mètres, soit 6 à 7 étages maximum», explique Jacques JP Martin.

Cette mesure n’est pas plébiscitée par tout le monde, les détracteurs de la mesure craignant principalement que cela ne contribue à renchérir les prix de l’immobilier. «Cela va créer de la spéculation et contribuer encore à la densification de la ville», indique ainsi Marc Arazi, (Nogent c’est maintenant). «Permettre aux propriétaires de pavillons de se rajouter une véranda ne va pas créer du logement social mais simplement renchérir les prix!», pointe aussi Annie Lahmer (EELV). «Il s’agit d’une mesure démagogique de campagne qui va faire monter le prix des propriétés et n’aura que peu d’impact sur l’industrie du BTP. Il faudrait pouvoir cibler pour pouvoir faire du logement social », commente pour sa part Michel Gilles (Nogent Démocratie).

«Cette mesure augmentera la valeur des propriétés bénéficiant d’un agrandissement mais il ne s’agit pas de spéculation. Cette valorisation sera liée à une transformation réelle financée par les propriétaires. Concernant le logement social, nous utilisons aussi d’autres moyens pour le développer et avons mené plusieurs projets mixtes intégrant du logement social en faisant par exemple appel à la loi Boutin», reprend le maire de Nogent.

7 commentaires pour 30% de constructibilité supplémentaire: quel impact à Nogent ?
  • « rapprocher les habitants de leur lieu de travail
    dans ce cas ce ne sont pas des logements qu’il faut construire dans l’Est Parisien mais des bureaux
    la majoration de 30% devrait concerner les bureaux à l’Est et les logements sociaux à l’Ouest

  • Dans cette période de définition du budget 2012, ne faut il pas donner l’exemple …
    Collectivités locales. M. Sarkozy évoque un « pacte de stabilité des dépenses publiques de l’Etat » pour les collectivités territoriales, afin qu’elles s’imposent « des règles de diminution des dépenses ». Si elles ne le font pas « volontairement », il suggère que « les dotations de l’Etat soient modulées en fonction de leur politique de maîtrise des dépenses ».
    http://goo.gl/JSgmR

  • Bone idée que de rehausser les immeubles existants pour créer des logements et des parkings…

  • « nous aurons le choix entre consentir ces 30% de constructibilité supplémentaire sur tout le territoire, les refuser complètement ou les autoriser de manière ciblée, en fonction des quartiers. »

    Il serait intéressant d’étudier les différents scenarii

  • « nous aurons le choix entre consentir ces 30% de constructibilité supplémentaire sur tout le territoire, les refuser complètement ou les autoriser de manière ciblée, en fonction des quartiers. »

    Il serait intéressant d’étudier les différents scenarii et d’essayer d’analyser des conséquences potentielles pour la ville des différents

  • Cette précision du maire a le mérite d’être claire comme de l’eau de roche …
    «L’objectif est de contribuer à augmenter l’offre de logements et à rapprocher les habitants de leur lieu de travail plutôt que de poursuivre l’extension urbaine de plus en plus loin. »
    Cette phrase decrit donc le but poursuivi …

     » Cet outil sera utilisé en priorité dans les quartiers résidentiels, pour permettre aux propriétaires de rajouter une pièce ou un garage. Sur le boulevard de Strasbourg, qui est déjà en zone UA (zone où la constructibilité est la plus importante), l’enjeu est de transformer cet axe en boulevard urbain et d’harmoniser la hauteur des bâtiments, sachant que la hauteur maximale restera de 19 mètres, soit 6 à 7 étages maximum»
    Et celle ci laisse à penser que l’offre de logements supplémentaires se traduira par des immeubles plus hauts et aussi par la possibilité de dormir dans des garages ou chez des habitants qui offriront une pièce en location …. Est ce bien cela ?

    Comme on peut donc le constater les modalités d’application à nogent répondent donc parfaitement à l’objectif poursuivi, n’est ce pas ?

  • Membre de l’Oeuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs, je ne peux m’empêcher de faire un parallèle entre le dessein du Grand Paris et les élevages. On fait travailler biens des franciliens dans des open-spaces, sans aucune intimité (chacun entendant les conversations de son voisin et voyant à quoi il s’occupe). Les politiques veulent les faire dormir dans des immeubles de 8 ou 10 étages selon la norme définie pour les années qui viennent. Tout cela dans une logique, une fois de plus, uniquement économique (être proche de son travail parisien étant le Graal du 21ème siècle). La norme européenne fixe la norme d’espace vital à une feuille A4 pour les poules. Quelle sera celle pour les humains ? Pousser les entreprises à une meilleure répartition sur le territoire national est la seule solution pour maintenir une qualité de vie. Un état régulateur devrait s’en préoccuper. Les moyens technologiques actuels doivent le permettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *