Réagir Par

Alfortville : les enseignants exercent leur droit de retrait après l’agression d’un lycéen

Alfortville : les enseignants exercent leur droit de retrait après l’agression d’un lycéen

Les enseignants du lycée Maximilien-Perret d’Alfortville (Val-de-Marne) ont cessé les cours et exercé leur « droit de retrait » suite à l’agression au couteau d’un de leurs collègues qui s’était interposé dans un conflit entre élèves mardi matin. Ils réclament cinq surveillants supplémentaires pour encadrer cet établissement de 1600 élèves.

On ne dit pas que l’agression ne serait pas arrivée avec plus de surveillants, mais simplement qu’avec davantage d’encadrement, les élèves se sentiraient moins en roue libre« , témoigne un enseignant du lycée Maximilien-Perret.

Réunis jeudi à Créteil devant le rectorat, une trentaine d’enseignants ont affirmé avoir cessé les cours dès mardi après-midi, afin notamment de répondre aux inquiétudes des élèves et au nom de leur « droit de retrait » (un droit du code du travail permettant à un salarié exposé à un danger « grave et imminent » de cesser son activité sans s’exposer à des retenues sur salaires). « Il n’y a eu aucun cours le mardi après-midi et seuls quelques professeurs ont repris le travail mercredi et aujourd’hui« , a indiqué l’un de ces enseignants.

Mardi, le rectorat avait assuré que les cours avaient repris normalement. Contactée jeudi, une porte-parole n’a pas souhaité faire de commentaires, précisant qu’une délégation du lycée était reçue au rectorat.

Les élèves incriminés sont pour leur part encore en garde à vue à Créteil.
Source AFP

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi