Santé | Accueil Val de Marne (94) Vitry-sur-Seine | 16/03/2012
Réagir Par

Amiante: la famille d’un ex-salarié veut faire reconnaître la « faute » de Sanofi

Publicité

La famille d’un ex-salarié de Sanofi-Chimie, mort en 2010 d’un cancer broncho-pulmonaire, a demandé jeudi à la justice de reconnaître « la faute inexcusable » que l’entreprise aurait commise en exposant à l’amiante certains de ses employés à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Le tribunal des Affaires de sécurité sociale (TASS) de Créteil rendra sa décision le 3 mai.
« Je veux que Sanofi assume l’entière responsabilité de ses actes« , a déclaré à la sortie de l’audience, Soraya Berkane, dont le père Amar est mort en août 2010 alors qu’il venait de prendre sa retraite après trente-sept ans passées à l’usine Sanofi de Vitry.

A l’audience, l’avocate de la famille Berkane a estimé que le groupe de chimie avait commis une « faute inexcusable » en n’informant pas Amar Berkane des risques qu’il encourait concernant l’amiante. « Il n’y avait aucune protection spécifique« , a affirmé Me Camille Lassoudris, réclamant le versement d’indemnités et une revalorisation de la rente versée à la famille.

En défense, l’avocate de Sanofi a nié que les salariés du site aient été exposés à un quelconque risque, soutenant que les tuyauteries contenant éventuellement de l’amiante « se trouvaient à l’extérieur du site« , affirmant que les salariés étaient équipés de « masques à cartouche filtrante ». « Il n’y avait aucun risque d’inhalation« , a ajouté cette avocate, assurant que l’entreprise n’avait par ailleurs pas « conscience du danger » pour ses salariés.

La famille Berkane a également émis le voeu que la rente soit désormais versée par Sanofi et non plus par la Caisse d’assurance maladie du Val-de-Marne, comme c’est le cas actuellement conformément à la jurisprudence. « La Sécurité sociale n’y est pour rien, ce n’est pas à elle de payer », a estimé Soraya Berkane, qui a également annoncé qu’elle envisageait une action au pénal.

En novembre 2009, le TASS de Créteil avait déjà reconnu mardi la « faute inexcusable » de Sanofi-Chimie vis-à-vis d’un ancien salarié du site de Vitry contaminé par l’amiante.
Selon la CGT, au moins 28 anciens salariés de l’usine sont morts de pathologies liées à l’amiante.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans , , , , , avec comme tags Amiante, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi