Sécurité | Val-de-Marne | 27/09/2012
Réagir Par

Arrestation d’un réseau de cambrioleurs serbes utilisant des mineurs

Arrestation d’un réseau de cambrioleurs serbes utilisant des mineurs

Huit personnes, principalement d’origine ou de nationalité serbe, ont été écrouées et deux autres placées en garde à vue, soupçonnées de diriger un vaste « réseau criminel » employant des mineurs à l’origine de « centaines de cambriolages » en France et en Europe, a-t-on appris de sources policières. Les suspects ont été arrêtés en France sur commission rogatoire d’un juge de Créteil (Val-de-Marne) qui avait confié l’enquête à la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP).

L’enquête avait  débuté en région parisienne en 2011 à partir d’un cambriolage où une jeune mineure a été mise en cause, ont dit les sources.

La police a remonté les fils du présumé réseau à l’issue d’une enquête de huit mois. Elle a permis de déterminer que des mineurs étaient acheminés d’Europe de l’Est (particulièrement de Serbie où ils appartenaient à la communauté tzigane) en France. Ils étaient, selon les sources, « hébergés dans des camps de fortune ou des squats » et « entraînés à cambrioler en équipes par effraction » dans des pavillons ou appartements par exemple. Des « objectifs » leur étaient « ensuite assignés », dont celui de « ramener 20 grammes d’or par jour » en bijoux ou montres.

Huit personnes, de nationalité serbe pour la plupart, ont été arrêtés depuis la mi-septembre, à Rive-de-Gier (Loire) et Brindas (Rhône), par d’importantes forces de police aidées de gendarmes. Puis un couple de 34 ans originaire d’Europe de l’Est, présumé effectuer et gérer les transferts d’argent, a été interpellé mardi dans une HLM de Fameck (Moselle), selon les sources.

L’enquête policière a « mesuré l’ampleur du phénomène » et « l »étendue du réseau » ayant ses habitudes en Ile-de-France, en régions Paca et Rhône-Alpes, mais aussi en Europe (Italie, Espagne, Suisse), selon les sources. Les huit premiers interpellés ont été écroués. Le couple placé en garde à vue devait être déféré vendredi devant la juge.

Selon les sources, ce « réseau criminel » est présumé s’être livré à des « centaines de cambriolages » se « chiffrant à des milliers d’euros » dont il reste à établir la liste exacte, de nombreux objets volés (montres, bijoux, numéraires) ayant été retrouvés lors des perquisitions.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi