Réagir Par

Bonneuil : François Hollande au pied des cités

Bonneuil : François Hollande au pied des cités

Sous le soleil et le ciel bleu, la cité Alexander Fleming de Bonneuil (Val de Marne), l’une des barres d’une quinzaine d’étages du quartier, paraissait presque radieuse ce lundi 20 février au matin.

C’est dans ce site qui doit être détruit l’an prochain dans le cadre d’une opération de rénovation urbaine que François Hollande a fait une halte de campagne pour apporter son soutien à Akli Mellouli, candidat socialiste de la circonscription aux prochaines législatives 2012.

Militants communistes arborant hardiment un autocollant PCF, manière de rappeler qu’ils étaient dans leurs terres, sont venus saluer leur candidat du second tour de bon cœur aux côtés de leurs camarades socialistes, laissant même échapper quelques Hollande président à l’arrivée du candidat. Patrick Douet, maire PCF de la ville, est même venu conduire le comité d’accueil avec son écharpe tricolore.

Avant cette arrivée joviale, une mini guerre d’affichage s’était tout de même déroulée en coulisse. Des affiches du Front de gauche ont ainsi surgi dans la nuit, au-dessus de celles de François Hollande fraîchement collées du weekend. Et en guise de représailles, ce-sont des images du candidat socialiste qui ont recouvert rageusement le visage de Jean-Luc Mélanchon un peu plus loin.

Quelques habitants de la cité sont aussi descendus aux côtés des militants, intrigués par la grappe de perchistes et caméramans au matériel ostentatoire qui stationnaient devant chez eux ou alertés par SMS par une connaissance ayant eu vent de la visite. Après un temps dans la cité ainsi que dans la galerie marchande attenante, dont les seuls magasins encore ouverts sont une boucherie hallal d’un côté, une pharmacie et un bar de l’autre, le candidat s’est assis quelques instants avec des représentants d’association et habitants de la ville pour écouter leurs interpellations, indignations et coups de gueule, avant d’énoncer quelques lignes de son programme destinées à répondre à leurs interrogations.

Préoccupations locales

Dans la rue comme dans la salle, les témoignages attestent de quatre préoccupations : emploi, école, logement et acceptation des étrangers. Concernant l’emploi, plusieurs personnes rappellent que le taux de chômage de cette partie de la banlieue est nettement plus élevé (autour de 15%), et l’un d’eux évoque sa situation, malgré son diplôme bac +5. L’une des coupables désignées  : la désindustrialisation. «Il y a pourtant un sacré potentiel intellectuel dans nos cités, et beaucoup d’entrepreneurs», insiste un chef d’entreprise. Il est aussi question de précarité, et plusieurs, notamment le tenant du café Le Concorde situé en face, rappellent au candidat à quel point les temps sont durs pour beaucoup de monde passé le quinze du mois.

L’école figure également en tête des indignations, en raison principalement des nouvelles fermetures de classe programmées à la rentrée 2012. Une militante en profite pour demander candidat s’il ne fera que redéployer des postes dans l’Education nationale ou s’il en créera. Un associatif plaide, lui, pour la promotion de l’éducation populaire.

Le logement n’est pas en reste, à commencer par le logement d’urgence. «Il n’est pas possible qu’en 2012 il y ait encore des personnes qui appellent le 115 et qu’on laisse malgré tout dormir dehors. Ce n’est pas digne !», s’émeut une militante.

Le vote des étrangers et la discrimination envers les personnes issues de l’immigration reviennent aussi sur la table. «Les noirs sont encore énormément discriminés en France, confie une Sénégalaise en aparté. Mes filles ont dû partir en Angleterre pour trouver leur premier emploi car là-bas, on ne regarde pas à la couleur de peau. Elles sont ensuite revenues avec leur CV rempli pour trouver du travail en France, car on est moins discriminé lorsque l’on a déjà de l’expérience.» Dans sa boucherie hallal, Hedi Jedi, lui, manifeste sa reconnaissance envers le parti à la rose. «C’est sous l’ère Mitterrand que j’ai été régularisé alors que j’étais arrivé en France avec un simple visa touriste», se souvient-il.

Face aux préoccupations évoquées, le candidat commence par promettre de poursuivre la rénovation urbaine du quartier et rappelle son engagement de construire 150 000 logements sociaux par an ainsi que d’en isoler thermiquement 1 million. «Tous les territoires sont des territoires de la République», ponctue-t-il. Sur l’école, le candidat fustige la double peine que représente la disparition des réseaux d’aide (RASED) qui concernent les enfants les plus fragiles. Il revient sur son contrat de génération pour stimuler l’emploi et évoque son projet de Livret Epargne Industrie. Il réaffirme également son approbation au vote des étrangers avant de conclure par un « Vous avez donné une belle image de votre quartier. »

Questions nationales

Interrogé sur la potentielle nomination de Jean-Louis Borloo à la tête de Véolia, suite un arrangement qui aurait été conclu entre le président et Henri Proglio (ex patron de Véolia et actuel dirigeant d’EDF), le candidat s’est indigné, se demandant « Dans quelle République est-on? » et promettant de ne pas accepter ce type d’arrangement. Concernant une éventuelle chasse aux sorcières dans la police et la justice en cas d’élection, François Hollande a insisté sur le devoir d’impartialité et de neutralité de l’Etat, rappelé il y avait eu quelques fonctionnaires de police qui avaient eu une relation étroite avec le pouvoir, que, enfin,  un haut fonctionnaire de police (Bernard Squarcini) et un procureur (Jean-Philippe Courroye) avaient même été mis en examen, qu’il y avait donc lieu de mettre fin à ces collusions, précisant que les fonctionnaires respectant la neutralité et l’impartialité n’avaient en revanche aucune raison de s’inquiéter.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Bonneuil : François Hollande au pied des cités
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi