Mouvement social | Accueil Val de Marne (94) Vitry-sur-Seine | 03/10/2012
Réagir Par

Cachin et Perrault reprennent leur siège devant le ministère

Mobilisés depuis la rentrée 2012 pour des ouvertures de classes, une vingtaine de parents et enseignants des écoles Charles Perrault et Marcel Cachin de Vitry sur Seine sont venus protester ce mercredi 3 octobre devant le ministère de l’Education nationale.

« A l’école Charles Perrault, on nous a fermé une classe. Nous nous retrouvons, aujourd’hui, avec deux classes de 29 et 31 élèves. Il y a même une classe avec deux niveaux:15 moyens de 4 ans et 14 grands de 6 ans ce qui fait deux ans d’écart. S’ajoute à cela le manque de sécurité dû au surplus d’élèves. C’est inadmissible après la prise d’otage que nous avons connue cet été! explique Aline, parent d’élèves. Selon la réglementation, lorsqu’une école atteint une moyenne de 29 élèves par classe, il y a une ouverture. Or, aujourd’hui nous sommes à 30,2 alors que sous Nicolas Sarkozy nous étions à 24,5 ! C’est ça, le changement c’est maintenant? »

Même constat pour les parents d’élèves de l’école Marcel Cachin : «  Nous avons aujourd’hui 4 classes de CE2 avec 32 élèves. Il n’y a pas eu de suppression de classe mais il y a de nouveaux logements dans le quartier et nous allons accueillir de nouveaux arrivants à l’école. Pourtant,  aucune ouverture de classe à l’horizon! » regrette une enseignante.

Selon les manifestants, plusieurs courriers ont été envoyés au rectorat, au ministère de l’Education nationale ainsi qu’à l’Elysée et à Matignon, sans aucune réponse. Après 45 minutes de mobilisation, un conseiller du ministère de l’Education Nationale vient expliquer que personne ne serait reçu aujourd’hui. « Si vous ne nous recevez pas aujourd’hui, nous reviendrons mercredi prochain, le mercredi d’après et le mercredi qui suit jusqu’à ce que l’on soit reçu » répond une mère d’élève avant de regagner la banlieue.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi