Politique | Accueil Val de Marne (94) Saint-Maur-des-Fossés | 13/10/2012
Réagir Par

Crise politique à Saint Maur des Fossés

Crise politique à Saint Maur des Fossés

C’est une crise politique majeure que connaît le conseil municipal de Saint Maur des Fossés depuis sa séance du 11 octobre. Menacé par son maire adjoint Sylvain Berrios d’un appel à voter contre deux délibérations importantes, le député-maire Henri Plagnol a préféré les retirer de l’ordre du jour. A dix-huit mois des élections municipales et alors que la commune est dans une situation financière difficile en raison de son niveau d’endettement et de ses emprunts toxiques hérités du passé, cet incident marque le début de la campagne.

Après l’annonce d’un groupe dissident au sein même de la majorité municipale de Chennevières fin septembre, c’est au tour du député-maire de Saint Maur, Henri Plagnol, de voir sa majorité vaciller.

Jeudi 11 octobre au soir, alors que deux délibérations avaient suscité un débat préalable à la séance au sein de la majorité, l’une portant sur une décision modificative du budget, l’autre portant sur une augmentation de 23 % de la CFE (cotisation foncière des entreprises) pour toutes les sociétés réalisant un chiffre d’affaires de plus de 100 000 euros, Sylvain Berrios, second maire adjoint délégué notamment à l’urbanisme, a appelé à voter contre les délibérations. Quelques minutes plus tôt, Jean-François Le Helloco, maire-adjoint qui a déjà pris son indépendance vis-à-vis de la majorité municipale et s’est vu retirer ses délégations fin 2011, avait demandé à ce que le vote s’effectue à huis-clos. Suite à l’intervention de Sylvain Berrios, la séance est suspendue. Peu après, les deux délibérations qui fâchent sont retirées de l’ordre du jour.

«Ce n’est pas une prise de position personnelle, motive Sylvain Berrios, je représentais la majorité des conseillers au sein de la majorité municipale. Je ne souhaite pas être un élément paralysant et suis partie prenante d’une majorité. Saint Maur est actuellement dans une situation de crise avec 250 millions d’euros de dette dont près de 50 % d’emprunts toxiques. Il s’agit certes d’une situation héritée du passé mais les décisions budgétaires actuelles ne laissent apparaître aucun renversement de tendance, avec notamment des frais de fonctionnement en constante augmentation. Si nous ne retrouvons pas de marge de manœuvre, nous allons perdre notre indépendance.»

Parmi les dépenses pointées du doigt, les dépenses de personnel et certaines manifestations comme le festival Rock sur Marne, une question soulevée en Conseil municipal par Pascale Luciani. «Officiellement, il est budgété à hauteur de 50 000 euros, mais si l’on recoupe l’ensemble des dépenses afférentes à cette manifestation, on est plus proche des 300 000 à 400 000 euros. Est-ce bien raisonnable de dépenser une telle somme pour une seule journée lorsque la ville est endettée et qu’il serait plus urgent de réparer une école ou un équipement sportif ? », s’interroge Jean-François Le Helloco.

Qui est avec qui ?

Si la menace d’un renversement de majorité a plané durant la séance du Conseil municipal, elle n’a pas eu lieu puisque les délibérations ont été retirées. Difficile en conséquence de prévoir ce qui serait sorti des urnes. En dehors de Sylvain Berrios, personne n’a fait son outing et les conseillers potentiellement frondeurs restent dans l’anonymat. Sylvain Berrios donne tout de même un nom, celui du maire adjoint à la culture, l’historien de renom André Kaspi, comme gage de sérieux. «Nous avons la majorité au sein de la majorité municipale et allons lui donner une forme concrète, notre objectif est aussi de rassembler le plus largement possible pour pouvoir faire avancer les choses», expose-t-il. Cette ouverture ira-t-elle jusqu’à chercher une alliance avec Nicolas Clodong, conseiller municipal et général d’opposition divers droite qui a déjà indiqué qu’il se tenait prêt pour 2014 ?

Au sein du Conseil municipal de Saint Maur des Fossés, le règlement intérieur ne permet pas la formation de groupes autres que ceux qui sont issus des urnes en mars 2008, l’expression de cette nouvelle composante politique devra donc trouver un autre canal.

A qui ira l’investiture UMP ?

A dix-huit mois des élections municipales, la campagne a commencé dans la presqu’île. D’autant que la perspective de législatives partielles menace également le député-maire qui risque l’inéligibilité pour avoir choisi pour suppléant son premier adjoint Jacques Leroy, déjà devenu remplaçant de sénateur lors des élections sénatoriales.  La question se posera alors de qui obtiendra l’investiture UMP, alors qu’Henri Plagnol siège désormais au sein du groupe de Jean Louis Borloo.

En attendant, le retrait de délibérations impliquant directement la gestion financière de la ville risque de créer une situation de blocage qui  pourra difficilement durer dix-huit mois.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
12 commentaires pour Crise politique à Saint Maur des Fossés
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi