Santé | Accueil Val de Marne (94) Créteil | 26/09/2012
Réagir Par

Dr Poupardin : décision le 24 octobre 2012

Dr Poupardin : décision le 24 octobre 2012

Le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale (TASS) a convoqué ce mercredi 26 septembre le docteur Didier Poupardin dans le cadre de la procédure qui l’oppose à la CPAM94 pour avoir refusé le principe des ordonnances bizones qui obligent à distinguer les médicaments remboursés à 100 % dans le cadre d’affections de longue durée de ceux prescrits pour une maladie passagère (voir notre article). L’avocate de la CPAM a demandé la « stricte application » de la loi, invitant à ne pas rentrer dans le débat politique suscité par cette affaire.

Accompagné de son comité de soutien, de nombreux élus et représentants de syndicats et partis politiques, le docteur Poupardin et son avocate Carole Yturbide dénoncent « la cabale et l’acharnement » de la justice à l’encontre de Didier Poupardin, qui n’est pas le premier praticien à être poursuivi pour ce genre de faits mais qui est le seul à subir une telle pression. La défense a détaillé les motivations « éthiques et thérapeutiques » du médecin, pour qui une Affection Longue Durée (ALD) ne peut pas être dissociée d’une autre pathologie contractée en même temps, due même parfois à l’absorption des traitements (allergies…). Rachel Lefebvre, avocate de la CPAM, rétorque quand à elle que le tribunal n’est « pas le lieu pour faire un débat politique et social« , réclamant la stricte application de la loi.

Pour rappel, la CPAM94 a évalué un préjudice à hauteur de 2.612 euros et réclame également une amende de 4000 euros à l’encontre du médecin, aujourd’hui à la retraite. La décision du TASS a été remise au 24 octobre 2012. Didier Poupardin, à l’issue de l’audience, a estimé être poursuivi avec autant d’acharnement parce qu’il a « osé clamé haut et fort que les directeurs de CPAM ont renoncé aux valeurs de la Sécurité Sociale. Je me battrai toujours, avec les syndicats, contre la privatisation de la sécurité sociale, dont les principes fondateurs sont détournés au bénéfice de la médecine à la performance« .

Jean-Marc Bourjac, maire-adjoint socialiste de Vitry-sur-Seine (où officiait le docteur Poupardin), conseiller régional et ancien directeur de la CPAM94 pendant 15 ans, a promis d’adresser un courrier au cabinet de Marisol Touraine pour lui demander d’intervenir sur le dossier (la décision n’étant pas rendue, une action ministérielle est possible). A noter que le comité de soutien du docteur Poupardin a déjà adressé une missive à la ministre, restée sans réponse. L’élu a aussi indiqué qu’il allait saisir le Tribunal administratif, convaincu de vices de formes dans la procédure (documents non-produits) et soulignant l’absence de preuves concrètes incriminant le médecin.

 

 

Voir article précédent

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi