Société | Accueil Val de Marne (94) Nogent-Sur-Marne | 10/07/2012
Réagir Par

Eiffage Travaux Public ne s’installera pas à Nogent

Publicité

Le projet d’aménagement du pôle RER A de Nogent sur Marne (Cité d’affaires Nogent Baltard) a enfin obtenu l’accord unanime des conseillers municipaux au Conseil municipal de ce 9 juillet 2012 (moins une abstention)! Le projet immobilier devrait donc aboutir d’ici 2015.

Au terme de nombreuses discussions entre les opposants au projet immobilier (en raison de sa volumétrie et de son montage financier), au terme également d’un recours juridique rejeté en mai dernier par le tribunal de Melun, un accord a finalement été trouvé entre la majorité des requérants en justice, la ville et le promoteur Eiffage. Un  mémorandum actant plusieurs modifications du projet (transformation de la résidence hôtelière en logements, intégration de 30 % de logements sociaux et légère diminution de l’un des immeubles de la descente vers le pavillon Baltard) ainsi que le projet de rachat par la ville de la place Pierre Sémard à la RATP pour une somme estimée à 2 millions d’euros (voir article présentant le mémorandum), a été voté lors du Conseil municipal d’hier soir, avec, parmi les votants, deux des principaux requérants en justice : les conseillers d’opposition William Geib (PS) et Michel Gilles (Div droite).

Si tout le Conseil municipal (à l’exception d’une abstention de Marc Arazi qui a souhaité resté en cohérence avec sa position initale) a voté ce mémorandum, enterrant ainsi la hache de guerre, cette délibération a toutefois été l’occasion d’échanges assez vifs, chacun justifiant sa position durant cette longue passe d’armes, tout en se défendant d’avoir jamais voulu faire capoter le projet et l’arrivée notamment du siège d’Eiffage Travaux Publics. Le scoop de la soirée, toutefois, a été la confirmation par le maire de Nogent, Jacques JP Martin, répondant à une question de Marc Arazi, qu’Eiffage Travaux Publics ne s’installerait pas à Nogent mais… à Vélizy (voir article du mois d’avril évoquant cette possibilité). Le maire a toutefois indiqué que ce serait en principe bien une filiale d’Eiffage qui s’installerait au-dessus du RER A, même si ce n’est plus Eiffage Travaux Publics.

Le projet est donc désormais définitivement sur les rails, sauf si l’un des 198 requérants décide finalement de faire appel. Michel Gilles, mandataire du recours rejeté en mai, a indiqué sur ce point qu’aucun requérant n’avait décidé de faire appel à sa connaissance. Une dizaine de personnes se seraient seulement manifestées en faveur d’une telle issue, qui auraient décidé de ne pas aller plus loin faute d’être suffisamment nombreuses. Il a toutefois rappelé qu’un autre recours était en cours, contre la délibération du Conseil municipal de 2010 ayant donné le feu vert au projet, tout en indiquant que ce recours serait abandonné si les engagements pris dans le mémorandum étaient respectés. Quatre requérants, Claude Bonnepart, Laurent Dupuis, Michel Cumet et Thierry Louis, ont pour leur part envoyé un communiqué au nom de leur collectif Vigilance citoyenne, pour prendre acte du mémorandum et porter à connaissance leur désaccord,  rappelant  leurs réserves sur l’économie du projet, l’ajustement à la marge de sa volumétrie , le report des contreparties pour les Nogentais à  « demain et ailleurs », l’avalanche annoncée des projets place Sémard, la multiplicité des parkings, ou encore  la faible visibilité sur les engagements de la Ratp et de la mairie », justifiant leur refus d’y donner suite. « Le seul engagement réel qu’il contienne était pour nous de rendre compte aux requérants ; ce qui, à l’évidence, consiste à rectifier autant que nécessaire la communication municipale de la majorité, comme de son « opposition ». Les Nogentais doivent savoir combien ces projets sont dénués de sens (en dehors de la démolition d’un parking pour le moins disgracieux) dans l’évolution urbaine de la commune comme du grand Paris. Et combien ces extensions non maîtrisées vont nous coûter en période de crise et de disette budgétaire. » Laurent Dupuis a néanmoins indiqué qu’il ne ferait pas appel, après consultation d’un avocat ayant considéré que le dossier en l’état avait peu de chance d’aboutir.

De nouveaux permis de construire modificatifs vont donc être déposés, qui, s’ils ne sont pas attaqués, donneront lieu aux travaux pour un ensemble de constructions livrables à l’horizon 2015. Il restera d’ici là à déterminer quelle filiale d’Eiffage ou quelle autre entreprise viendra y installer son siège.

(enregistrement du débat sur ce sujet en conseil à venir)

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags , Eiffage Travaux publics, Nogent, , Vélizy
12 commentaires pour Eiffage Travaux Public ne s’installera pas à Nogent
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi