Initiative | Accueil Val de Marne (94) Charenton-le-Pont | 13/02/2012
Réagir Par

Epiceries solidaires : Au petit plus va de l’avant

Epiceries solidaires : Au petit plus va de l’avant
Publicité

A Charenton, l’épicerie solidaire « Au petit plus » tenue par son vaillant président, Paul Cheyrouze, fourmille de projets pour accompagner les personnes en situation précaire. Petit détour au cœur de l’association. Créée en 2005 par l’association Saint-Vincent-de-Paul grâce au legs d’un particulier et devenue ensuite indépendante, l’épicerie solidaire Au petit plus apporte une aide alimentaire aux personnes en situation précaire de Charenton-le-Pont et Saint-Maurice.

Tous les jeudis, elle ouvre ses portes dès 9 heures du matin. Les personnes bénéficiaires y sont accompagnées par des bénévoles pour faire les courses. «Cela permet de les conseiller, les canaliser et leur tenir compagnie. Il y a aussi une psychologue et une diététicienne sur place. Ils ne payent que 10% du prix de vente des produits», explique Paul Cheyrouze, président de l’association. Au total, une centaine de familles se ravitaillent ici. Au petit plus apporte également son soutien aux personnes âgées qui ne peuvent se déplacer en leur apportant des paniers à domicile le samedi matin.

Pour être accueilli à l’épicerie, il faut au préalable avoir rempli un dossier et avoir été accepté par la commission d’attribution de l’épicerie. «Cette commission se réunit tous les 15 jours. L’étude des dossiers se fait au cas par cas et est anonyme afin de ne pas être influencée. Les attestations sont délivrées pour une période de 1 ou 2 mois renouvelables», détaille Paul Cheyrouze.

Fédérer les épiceries solidaire du Val de Marne

Les produits sont issus de la Banque Alimentaire, l’Association Nationale de Développement des Epiceries Solidaires (ANDES), des collectes, de la grande distribution et des achats fait par l’association. Pour gagner en efficacité, l’association souhaite pouvoir partager ses stocks et mutualiser sa logistique avec d’autres épiceries solidaires (le Val de Marne en compte une douzaine), et a d’ores et déjà sollicité le département pour obtenir un local afin de stocker les aliments (les locaux de l’épicerie sont, eux, mis à disposition par la ville). «J’ai signé un partenariat avec un groupe et je reçois 1,5 tonne de fromages, mais nous n’en avons besoin que de 100 kg ou 200 kg, nous donnons donc le reste», motive le président de l’association.

Petits boulots

Autre initiative en cours de de réflexion : « Au petit plus pour le pôle emploi ». Le principe : proposer les talents des personnes sans emplois bénéficiant de l’épicerie pour réaliser des travaux et services divers. En contrepartie, les personnes paieront la personne et feront un don (permettant une déduction d’impôt) à l’association correspondant à 30% du montant total, ceci à la fois pour aider les personnes en recherche d’emploi et participer au financement de l’association.

Comment aider ?

Il y a plusieurs manières d’aider l’association Au petit plus : en donnant des produits ou du matériel, en donnant de l’argent ou en donnant du temps.

Pour en savoir plus sur l’Association Au petit plus et les contacter, voir leur site Internet
Voir aussi le site de l’ANDES 94 (Association nationale des épiceries solidaires) qui regroupe une douzaine d’épiceries dans le département.

A lire aussi : les Restos du coeur dans le Val de Marne.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi