Publicité
Publicité : Fête des solidarités
Réagir Par

Essonne ou Val de Marne : qui transformera l’essai du Grand Stade de Rugby ?

Essonne ou Val de Marne : qui transformera l’essai du Grand Stade de Rugby ?
Publicité

Stade des villes ou stade des champs ? Qui de Thiais-Orly ou Ris-Orangis accueillera le futur grande stade de la Fédération française de rugby (FFR) qui doit être inauguré en 2017 ? Réponse en juin 2012. En attendant, retour sur les enjeux de ce projet et les atouts de ces deux sites. (rédaction Essonne Info et 94 Citoyens)Mise à jour du 29/06 : Le Grand stade de rugby ne se fera pas dans le Val de MarneL’équivalent du Stade de France pour le rugby ! Tel est l’objectif de la FFR qui entend ainsi garantir son indépendance dans l’organisation de ses compétitions. Sur le papier, le projet a de quoi faire rêver. Une capacité de 82 000 places pour un stade avec toit et pelouse rétractables,

l’accueil des compétitions internationales du ballon ovale (5 à 6 rencontres du XV de France sont prévues par an) mais aussi d’autres événements sportifs, des spectacles, grands rendez-vous… Et surtout, un formidable outil de développement du territoire pour le site vainqueur.

Après une période de pré-sélection qui a vu la candidature de neuf collectivités franciliennes désireuses d’accueillir le grand stade, le verdict sera rendu au mois de juin, pour savoir qui, du Val-de-Marne avec un site prévu entre l’aéroport d’Orly, le MIN de Rungis et Thiais, ou de l’Essonne à l’endroit de l’ancien hippodrome de Bondoufle Ris-Orangis, verra se construire le nouvel équipement.

 

 

Deux sites du Grand Paris Sud

Tous deux situés au sud de Paris et éloignés entre eux d’à peine une quinzaine de kilomètres, les deux sites s’inscrivent dans une perspective différente du Grand Paris. Mais les collectivités locales d’accueil vivent chacune cette future installation comme un levier de développement économique pour leur territoire et comme un moyen d’intégrer pleinement ce Grand Paris qui jusqu’à présent a fait beaucoup la part belle à l’Ouest.

Ris Orangis

A 25 km de la capitale, Ris Orangis se situe davantage aux confins de l’agglomération, dans un espace naturel à proximité de la forêt de Saint-Eutrope. Le site est généreux en espace (115 hectares) et facilement accessible par les autoroutes A6 et la francilienne, ainsi qu’en RER, ainsi que par le futur tram-train Evry-Massy. Il se situe aussi non loin du Centre national de Rugby de Marcoussis et ambitionne d’accueillir, aux côtés du stade, un futur pôle d’excellence autour du sport pour les professionnels et un village des sports, de la nature et des loisirs pour le grand public. Le site présente aussi l’avantage de n’appartenir qu’à deux propriétaires : France Galop et Axa, ce qui facilite l’acquisition du foncier.

(Voir le dossier complet sur ce projet sur le site d’Essonne Info)

Thiais-Orly

A 5 km de Paris intra-muros et juste à côté de l’aéroport, Thais-Orly incarne au contraire ce morceau de petite couronne désormais totalement urbanisé, hyper accessible par les transports en commun, avec en plus des réseaux existants le futur prolongement de la ligne 14 et une gare de TGV. Le site proposé, lui, correspond à la zone d’activité Senia, dont la reconversion-dynamisation est à l’ordre du jour depuis plusieurs années. Le stade répondrait à cet enjeu. D’autres projets de réaménagement urbain sont prévus à côté comme une cité de la gastronomie, vitrine grand public du MIN de Rungis et un grand parc urbain. Le site est par ailleurs déjà situé à proximité de deux grands centres commerciaux.

(Voir précédents articles sur ce projet sur 94 Citoyens).

Trois questions à Thierry Mandon, maire de Ris-Orangis et Christian Favier, président du Conseil général du Val de Marne

Voir les interviews croisées de Thierry Mandon, maire de Ris-Orangis et Christian Favier, président du Conseil général du Val de Marne, sur les enjeux et atouts respectifs des projets.

Mobilisation

En attendant le choix définitif de la FFR en juin 2012, chaque site tente de mobiliser au maximum. Un certain nombre d’entreprises se sont engagées sur l’une ou l’autre des candidatures. C’est le cas de la Chambre de commerce et d’Industrie (CCI) de l’Essonne ou de groupes comme Accor, Génopole, ou Arianespace pour le projet de l’ancien hippodrome de Ris-Orangis. Dans le Val de Marne, une quinzaine d’entreprises ont ainsi lancé un club de soutien à Thiais-Orly et les conseils municipaux des communes votent actuellement des vœux en faveur du projet val de marnais. La mobilisation se poursuit aussi sur Internet où chaque projet dispose d’un site dédié. Voir le site dédié à Ris Orangis, voir celui de Thiais-Orly.

Sur Facebook, le projet val de marnais récolte pour le moment plus de suffrages, avec 2900 supporteurs, contre un peu plus de 400 pour le site essonnien.

Quelques réserves

Est-il bien nécessaire de construire un second stade de France autour de Paris ? Malgré la vague d’enthousiasme qui traverse les clivages politiques, certains esprits s’interrogent.
Ainsi, alors que le conseil municipal de Nogent sur Marne votait à la quasi-unanimité un vœu de soutien au projet de Thiais Orly le 13 février dernier, suite à une sollicitation de l’association des maires du Val de Marne, quelques élus ont fait part de leurs doutes. «Est-ce vraiment le moment de réaliser un tel investissement ? s’est interrogé Michel Gilles, conseiller d’opposition divers droite. Il y a déjà pas mal d’infrastructures existantes, notamment le stade de France qui n’est pas toujours occupé, et la perspective d’une réalisation avec en partenariat public privé (PPP) fait aussi hésiter. Il y a eu récemment quelques expériences malheureuses de recours à ce type de montage financier.» Une réserve prolongée par une autre élue locale, Estelle Debaecker (UMP) : «Il n’y a pas que les frais d’investissement mais aussi de fonctionnement. Et créer de la valeur ajoutée pour ce pays ce n’est pas créer des stades.» Du côté d’Europe Ecologie Les Verts Val de Marne, le sujet fait aussi débat en interne et le parti n’a du coup pas encore pris de position officielle à ce sujet. En Essonne, les écologistes doivent se prononcer dans les prochains jours, et ainsi se positionner sur la perspective de construction du stade. Hervé Pérard, le co-secrétaire départemental d’EELV, émet quelques réserves sur l’opportunité d’une zone nouvelle zone commerciale dédiée au sport : « cela créera des emplois mais d’autres seront détruits ailleurs » précise-t-il. Il regrette par ailleurs que « des territoires soient mis en concurrence » au sein de l’Ile-de-France. « Que l’on commence déjà à faire le plein du stade de France » s’agace pour sa part un élu divers-droite de l’Essonne, qui préfère garder l’anonymat « dans cet enthousiasme ambiant » .

Mise à jour du 29/06 : Le Grand stade de rugby ne se fera pas dans le Val de Marne

Rédaction Essonne Info et 94 Citoyens
Retrouvez tous les articles consacrés à ce sujet sur le site d’Essonne Info et de 94 Citoyens.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi