Justice | Accueil Val de Marne (94) Créteil | 14/05/2012
Réagir Par

Huis clos pour le violeur en série

Le procès d’un homme de 32 ans pour quatre viols commis sur des jeunes femmes à Paris, Lyon et Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) en 2003 et 2004 a débuté lundi devant la cour d’assises du Val-de-Marne et sera jugé à huis clos, à la demande d’une partie civile.

Aïssa Ziane Mamar, prostré et tête baissée dans le box, avait été confondu par son ADN, identifié sur trois victimes et retrouvé dans le fichier national des empreintes génétiques. Pour le quatrième crime, le mode opératoire est similaire, selon l’accusation.

Les faits reprochés à l’accusé se sont tous déroulés au milieu de la nuit, lorsque les victimes rentraient seules à leur domicile. Pour deux d’entre elles, l’agression est intervenue dans la rue, à Saint-Maur-des-Fossés.

La personne agressée à Paris, qui souffre de troubles schizophréniques, a été violée dans son appartement du XVe arrondissement où son agresseur l’avait suivie. A Lyon, la victime a été entraînée dans le local à poubelles de son immeuble.

L’accusé « reconnaît une partie des faits », selon son avocat, Me Jean-François Blay. « Il est dépressif » et « parle peu », a précisé à l’AFP l’avocat. Il a déjà été condamné par le tribunal de Créteil à une peine de neuf mois de prison dont huit avec sursis pour avoir, armé d’un couteau, tenté de violer une autre femme en janvier 2004. Il était alors jugé « curable » et « réadaptable ».

Trois des victimes se sont portées parties civiles, la quatrième étant décédée en 2006. Seule une des victimes, visiblement très éprouvée, assistait lundi matin au procès.
Le verdict est attendu le 18 mai.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi