Manifestation | Villiers-sur-Marne | 20/10/2012
Réagir Par

Ikéa Villiers et Thiais en grève pour leur prime d’intéressement

Ikéa Villiers et Thiais en grève pour leur prime d’intéressement
Publicité

Environ 70 personnes ont manifesté cet après-midi devant le magasin d'Ikéa Villiers (Val de Marne), soit 80 % de l'effectif planifié du distributeur, selon les syndicats CGT et CFDT. Le magasin était ouvert mais quatre services support avaient fermé (transport, service client, sortie marchandise et coin bonnes trouvailles).

« Seuls les cadres et CDD sont venus travailler et la direction a rappelé des cadres qui ne travaillaient pas aujourd’hui », indique Hassina Arabi, déléguée CFDT.

A Thiais, une même proportion de l’effectif planifié a aussi fait la grève, selon les syndicats. « Tout le premier étage est fermé et le rez-de-chaussée ne vas pas tarder!« , indiquait le délégué CGT Ben, à 13h15.

Une prime d’intéressement en diminution malgré la hausse du chiffre d’affaires

Motif de la colère : une diminution de près de la moitié de la prime d’intéressement alors que le chiffre d’affaires de l’enseigne a progressé.  « L’an dernier, nous avions touché entre 1200 et 1300 euros bruts par temps plein et cette année, la prime est descendue à 545 € alors que les recette sont progressé de 1,3%. Les salariés sont révoltés », explique Manuel Jimenez, délégué CGT à Villiers-sur-Marne (94).

 

 

« La semaine dernière, nous avons vu le président d’Ikéa France indiquer que le groupe résistait bien à la crise, et mardi, nous avons appris par voie d’affichage que notre prime était réduite à 545 euros!« , s’agace un gréviste. « Pourtant, nous avons beaucoup donné pour améliorer la productivité du magasin« , reprend Hassina Arabi.

Position du directeur d’Ikéa Villiers sur Marne

Christian Bonnard, le directeur magasin de Villiers, sorti pour donner un coup de main à remonter les chariots,  indique pour sa part que le nouvel accord d’intéressement a été signé par la CGC, la CFDT et la CFTC, et que celui-ci devait être plus avantageux que le précédent. « Mais depuis, la crise s’est fait sentir davantage. Le chiffre d’affaires sur les mois de juin, juillet et août 2012 a baissé par rapport à 2011, et au final, l’année complète (août 2011-août 2012) n’a progressé que de un peu plus de 1%, détaille le directeur. Il faut aussi rappeler que l’ensemble des salariés, hormis l’encadrement, a bénéficié début 2012 d’une hausse générale des salaires de 3%, indépendamment de l’évaluation de chacun, ceci pour donner un coup de pouce en raison de la crise. »

Jeudi soir, un premier débrayage avait conduit à une fermeture du magasin Ikéa Villiers,  le premier magasin du groupe en France en termes de chiffre d’affaires (environ 138 millions d’euros).

Dans l’après-midi, les salariés ne savaient pas encore s’ils reconduiraient la grève dimanche. La direction du magasin a proposé de recevoir une délégation mais les syndicats s’interrogeaient sur l’utilité d’une discussion dans la mesure où il s’agit d’un plan d’intéressement national. En Ile de France, entre 5 et 8 magasins étaient en grève aujourd’hui samedi 20 octobre 2012. Une réunion de la commission intéressement est prévue le 29 octobre.

Le précédent mouvement social qui s’était emparé du géant suédois du meuble début 2012 concernait l’affaire de fichage de certaines données personnelles de clients, voir articles à ce sujet.

 

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi