Publicité
Publicité : WELCOME 94 - l'évènement 2019 pour les entrepreneurs du Val-de-Marne
Société | Nogent-Sur-Marne | 10/01/2012
Réagir Par

Kremlin Bicêtre : le lycéen meurtrier renvoyé aux assises

Publicité

L’élève du lycée Darius-Milhaud du Kremlin Bicêtre, qui avait poignardé à mort l’un de ses camarades,Hakim Maddi, en janvier 2010, a été renvoyé hier devant la cour d’assises du Val de Marne. Dimanche, une centaine de personnes s’étaient rassemblées devant le lycée à la mémoire d’Hakim, qui avait alors 18 ans.

Détenu à Fleury-Mérogis et âgé lui aussi de 18 ans au moment des faits, le meurtrier présumé, Islam Belkebir, sera jugé pour « homicide volontaire », selon l’ordonnance du juge d’instruction rendue le 28 décembre et que l’AFP a pu consulter. La date de son procès n’a pas encore été fixée.

Le 8 janvier 2010 au matin, une altercation avait opposé les deux jeunes dans les murs de leur lycée. Selon l’ordonnance du juge, Hakim avait voulu s’expliquer avec Islam qui avait, la veille, « mal parlé » à sa soeur Ammel en lui demandant du tipex en classe. Les deux élèves, qui ne se connaissaient pas, s’étaient retrouvés dans un des bâtiments du lycée où le ton était vite monté. Après un échange de coups, Islam avait sorti un couteau de cuisine et avait poignardé Hakim à trois reprises, avant de prendre la fuite. Touché notamment au thorax, Hakim décédait dans la soirée des suites de sa blessure.

Interpellé le lendemain du drame, Islam Belkbebir avait nié les faits avant de revenir sur ses déclarations. Il reconnaissait s’être rendu au lycée le matin des faits avec un couteau de cuisine par crainte de représailles. Il en aurait ensuite fait usage après avoir reçu des coups au visage et alors que sa capuche était rabaissée sur son visage. Effectuant des « gestes de balayage », il avait fini par atteindre Hakim. « Sa version de la bagarre ne coïncide ni avec la version des témoins ni avec les constations médico-légales », écrit la juge d’instruction, notant qu’Islam Belkebir a fait usage du couteau « avec une force certaine » et à trois reprises. L’avocat de M. Belkebir n’a pu être joint.

Cette mort, ajoutée à d’autres incidents, avaient poussé à l’époque le ministre de l’Education, Luc Chatel, à convoquer des Etats généraux de la violence à l’école au printemps 2010.
Source AFP

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi