Réagir Par

Le Collectif des Travailleurs Sans-Papiers de Vitry toujours mobilisé

Le Collectif des Travailleurs Sans-Papiers de Vitry toujours mobilisé
Publicité

Le Collectif des Travailleurs Sans-Papiers de Vitry s’était à nouveau donné rendez-vous devant la préfecture de Créteil (Val-de-Marne), ce jeudi 8 mars en fin d’après-midi, pour dénoncer leur impossible régularisation, soutenu par quelques syndicats comme la CGT. 

En cette fin d’après-midi ensoleillée, une trentaine de sans-papiers sont réunis sur le parvis de la préfecture. L’ambiance est très détendue. Les bruits de djembé attirent l’attention de quelques passants. Mais peu s’arrêtent, ou alors seulement pour prendre un tract. Et pourtant, le Collectif multiplie les rassemblements ces dernières semaines.

Mais pourquoi des rassemblements si fréquents ? « Nous voulons mettre en lumière l’absurdité de la situation des travailleurs sans-papiers, explique un cégétiste. Certains d’entre eux travaillent et paient des impôts depuis plus de 10 ans. Quand on s’installe aussi longtemps quelque part, on maîtrise la langue et on fonde une famille. Mais l’Etat n’a plus de considération humaine pour ces personnes. De plus, le fait qu’ils n’aient pas de papiers permet aux employeurs de les surexploiter.« 

A Créteil toutefois,  on ne voit plus de sans-papiers qui dorment toute la nuit devant les grilles de la préfecture pour renouveler leurs titres de séjours. La préfecture a en effet mis en place un système de demande de rendez-vous sur le site Internet de la préfecture. « Mais depuis que ce système est effectif, nous n’avons jamais reçu aucune convocation, pour un rendez-vous… « , se plaint un manifestant.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi